La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mercredi 2 octobre 2013

La CGT fait des propositions



La Cgt revendique

- Que le dimanche soit un jour de repos commun à la majorité des salariés
- La Cgt exige que le dimanche, dans le cas où il est travaillé exceptionnellement donne lieu, au minimum, à un doublement du salaire et un repos compensateur. Ce minimum doit être identique quel que soit la situation (Zones touristiques et Thermale et PUCE).
- L’abrogation de l’amendement Debré concernant les commerces de l’ameublement qui peuvent ouvrir tous les dimanches sans majoration.
- Un véritable dialogue social territorial par des consultations et négociations avec les organisations syndicales de salariés, tant au niveau départemental que régional.

Concernant le volontariat la Cgt exige dans le cadre de négociation territoriale, d’entreprise et de branche :
- Que le volontariat ne soit assujetti à aucune contrainte, ni pression patronale.
- Que le salarié ait un « droit de retrait » lui permettant de cesser de travailler le dimanche dès qu’il le souhaite, par lettre simple et sans justification.
- Que le salarié ayant un contrat atypique fin de semaine, notamment les étudiants bénéficient des mêmes possibilités de refus de travailler le dimanche avec reclassement en horaires sur la semaine.
- Que les organisations syndicales dans les entreprises soient informées et consultés sur les demandes de refus de travailler le dimanche.
- Que la CGT soit partie intervenante dans chaque ville ou chaque zone afin de limiter les dérogations aux ouvertures des magasins le dimanche

La CGT revendique un encadrement des amplitudes des ouvertures des commerces. Un jour de fermeture hebdomadaire des commerces

La CGT affirme qu’il existe d’autres solutions pour relancer l’économie. Cela passe par :
- la revalorisation du pouvoir d’achat et des salaires.
- Le SMIC à 1700 euros dès l’embauche avec doublement du salaire en fin de carrière
- Des emplois stables et durables à temps complet
- Le passage des temps partiels à temps complet pour les salariés qui le souhaitent
- Une allocation d’autonomie pour les étudiants salariés
- Une sécurisation des parcours professionnels, avec une véritable formation professionnelle
- Deux jours de repos consécutif
- Une durée de travail hebdomadaire à 35 h