La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >>  Europe/Inter  >> Nouveau traité européen
Publié le lundi 24 septembre 2012

Les propositions de relance pour l’Europe



La France a avancé quatre propositions
pour une politique de relance
en Europe : mettre en place des
« projets d’infrastructure », comme le développement
de réseaux haut débit, financés
via les « euro-obligations » ; augmenter les
fonds de la Banque européenne d’investissement
(BEI) ; mieux mobiliser les fonds
structurels ; taxer les transactions financières
au niveau européen, ce qui servirait également
à financer des projets. La voie est
étroite et ces propositions ne suffisent pas.
Les moyens budgétaires mobilisables ne
sont pas négligeables. Mais ils ne feront sentir
leurs effets qu’à moyen terme et seront
destinés en priorité aux pays les plus en
difficulté. Les 350 milliards d’euros alloués
aux fonds structurels et à la BEI ne représentent,
étalés sur cinq ans, que 0,3 % du
produit intérieur brut (PIB) de la zone. Leur
effet d’entraînement est donc limité.
Deux autres leviers doivent être actionnés.
D’abord celui de la politique monétaire
et du crédit. La Banque centrale européenne devrait participer à la relance en
coordination avec les institutions bancaires
et financières nationales. La Banque centrale
européenne doit continuer à mener
une politique monétaire accommodante
pour relancer la demande. Mais il faut mobiliser
les capacités de création monétaire
au service d’une croissance efficace et une
réforme financière qui remette les banques
sur leur métier, ce qui leur permettra de
prêter davantage aux ménages ou aux
entreprises.
Ensuite il faut créer les conditions d’une
nouvelle dynamique de l’emploi et des salaires
en Europe. C’est la condition pour
s’ouvrir mutuellement des débouchés. La
revendication d’un salaire minimum dans
chaque pays prend tout son sens, de même
que la « clause générale de progrès social »
revendiquée par la Confédération européenne
des syndicats.
L’alternative à l’austérité passe par une
véritable politique de relance en Europe.