La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

11 octobre

Mobilisons-nous contre le traité transatlantique et les accords de libre-échange

mercredi 8 octobre 2014
PDF - 135.7 ko

Samedi 11 octobre est une journée d’action européenne contre les Accords de Libre-Echange négociés par la Commission Européenne avec le Canada (Comprehensive Economic and Trade Agreement – Accord économique et commercial global) et les Etats-Unis (Transatlantic Free Trade Agreement – Accord de partenariat transatlantique). 173 évènements, manifestations, actions sont déjà recensés à ce jour dans 18 pays d’Europe.

La CGT est opposée aux négociations menées actuellement et appelle ses militants à s’opposer à la signature de ces accords en rejoignant les manifestations organisées à Paris ou en région (liste des actions consultable sur www.collectifstoptafta.org).
Ces accords sont une menace pour l’emploi, la démocratie et nos modèles de société.

L’ALENA, accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique devait permettre de créer des emplois. Ce sont en réalité des dizaines de milliers qui ont été supprimés de part et des d’autres des frontières…
Le CETA, préfiguration de l’accord avec les Etats-Unis, prévoit que les multinationales puissent porter plainte contre les Etats par le biais de tribunaux privés si elles estiment que ceux-ci entravent leur activité. Ainsi Philip Morris réclame des milliards de dollars à l’Australie et l’Uruguay parce que ces pays ont mis en place des politiques anti-tabac…
Dans le TAFTA, ce sont nos modèles de société qui sont visés par une harmonisation des normes environnementales, sanitaires, sociales entre les Etats-Unis et l’Europe.
Les droits du travail, les libertés syndicales, seront considérés comme des contraintes au libre commerce et seront nivelés par le bas…

Un accord commercial devrait entériner comme objectif le plein emploi, le travail décent et de meilleures conditions de vie pour tous. Il devrait être l’occasion de tirer vers le haut le droit du travail, d’entraver les violations des droits fondamentaux, amener à la ratification des conventions internationales de l’Organisation Internationale du Travail. La protection de l’environnement et le respect des conventions environnementales internationales devraient également être érigés comme critères incontournables ainsi que la garantie juridictionnelle des Etats en matière de règlements des différends.

Aucune de ces revendications n’étant prise en compte, la CGT appelle ses militants à rejoindre les manifestations du samedi 11 octobre 2014.

Montreuil, le 8 octobre 2014