La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Formation professionnelle

l’Afpa de Cantin conserve sa subvention, mais l’avenir reste incertain

mercredi 10 mai 2017

Jean Lanquetin, délégué syndical CGT du site de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) de Cantin (Haut-de-France) avait eu vent d’une suppression de la subvention allouée à l’établissement. Si la Région dément l’information, elle reconnait demander des efforts à la direction régionale sur les coûts de fonctionnement.

Les conséquences auraient pu être désastreuses. Sur la foi d’informations en interne, Jean Lanquetin, délégué syndical CGT du site de l’Afpa de Cantin dans les Hauts-de-France, craignait une suppression de la subvention jusqu’alors accordée par la Région à l’établissement : « La contribution à l’hébergement [des stagiaires] va passer de 40 € à 150 € par mois et le forfait repas de 4 € à 8 € avec une facturation au plat et non plus au forfait » explique-t-il à La Voix du Nord. Cette augmentation aurait eu pour conséquence une importante baisse de fréquentation de l’établissement, et par conséquent le péril de la structure.

La Région affirme cependant qu’une suppression de la subvention n’avait jamais été escomptée : « La subvention accordée pour l’hébergement et la restauration qui est versée à l’Afpa fait l’objet d’un renouvellement. On est encore en pleine discussion », avant d’ajouter que les stagiaires « n’ont pas à pâtir d’un relèvement des frais d’hébergement et de restauration ». Elle reconnait cependant avoir « demandé à la direction régionale de l’Afpa de faire des efforts sur les coûts de fonctionnement ».

Et en effet, malgré la non-suppression de la subvention (pour l’instant), l’inquiétude demeure quant à l’avenir pour les salariés de l’Afpa de Cantin. Les effectifs nationaux de l’Afpa ont ainsi été divisé par deux en à peine huit ans... et ce n’est pas fini : « La direction veut supprimer 300 postes en CDI par an » indique Jean Lanquetin.

On pourrait s’étonner de cette politique au regard des louanges chantées par les gouvernements des cinq dernières années sur la formation professionnelle, mais il n’en est rien, car l’objectif est clair : brader inexorablement la formation professionnelle aux agences de formation privées.