La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Santé
    Grève à la clinique Orpéa Saint-Estève ›››

    Démissions, arrêts de travail, sous-effectifs chroniques : les salarié.e.s de la Clinique La Pinède à Saint-Estève près de Perpignan, appartenant au groupe Orpea/Clinea, n’en peuvent plus ! Devant le refus de négociation de leur direction pour obtenir prise en compte de leurs difficultés, ils ont décidé de se mettre en grève le 4 septembre dernier. La réponse des dirigeants ? Remplacer les grévistes par des intérimaires ou des salarié.e.s du groupe (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    La psychiatrie parisienne dans la rue ›››

    Hier, 6 septembre 2018, les établissements publics psychiatriques parisiens étaient mobilisés. Sainte-Anne, Maison Blanche et Perray Vaucluse (Essonne), déjà regroupés en Groupement Hospitalier de Territoire vont fusionner en janvier 2019 en Groupement Hospitalier Universitaire. Un protocole de travail établi par la Direction va soumettre ce secteur déjà mal en point à une souffrance plus grande. En imposant son protocole de travail pour 2019, la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Transport
    Le pouvoir d’achat des agents de la RATP en berne ›››

    Avec le gel de la valeur du point, l’inflation et les politiques du gouvernement, le pouvoir d’achat des agents de la RATP se dégrade significativement. Ainsi, La CGT-RATP appelle les agents à participer à la journée interprofessionnelle organisée le 9 octobre 2018 à l’appel de la CGT – FO – Solidaires – UNL et UNEF. Les finances du groupe RATP sont plus que positives, avec un résultat de 2 787 millions d’euros au 30 juin 2018, en progression par (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Assurance chômage
    Quels sont les enjeux de la négociation sur l’assurance chômage ? ›››

    Après la réouverture de la négociation sur l’assurance chômage, Denis Gravouil, dirigeant de la CGT, nous explique l’importance que peut revêtir cet évènement. En l’espèce, tout le monde est concerné : ceux qui sont au chômage, ceux qui risquent de l’être, mais aussi ceux menacés par le chantage à l’emploi. Le chômage peut toucher tout le monde, même dans le public où l’on trouve de plus en plus de contrats précaires. Or, la croissance n’étant pas au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    Les cheminots poursuivent la lutte dès le 18 septembre ›››

    Deux cent représentants syndicaux rassemblés au Conseil National de la Fédération CGT des Cheminots ont confirmé la volonté de poursuivre la mobilisation contre la réforme ferroviaire et à mener des actions dès le 18 septembre. Dans un communiqué, dans lequel ils dénoncent « la déréglementation du système ferroviaire et la régression sociale », ils annoncent leur participation à la manifestaton intersyndicale du 9 octobre (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Birmanie
    Deux journalistes condamnés à 7 ans de prison ›››

    Pour avoir voulu enquêter, en décembre dernier, sur le massacre de dix paysans rohingyas par des soldats, deux journalistes birmans, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, employés par l’agence de presse britannique Reuters, viennent d’être condamnés à une peine de 7 ans d’emprisonnement. Cette condamnation, dénoncée par les syndicats de journalistes français et birmans a également provoqué une réaction de l’Onu, qui a demandé leur libération immédiate. Ce (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Justice
    Affaire Tefal : l’inspectrice du travail devant la Cour de Cassation ›››

    Laura Pfeiffer, 38 ans, était inspectrice du travail à Annecy, en Haute-Savoie. En charge du secteur où se trouve Tefal (groupe Seb), son inspection va tourner au calvaire, la conduisant à devenir lanceuse d’alerte sur les pressions subies par sa profession. Elle est aujourd’hui, mercredi 5 septembre, devant la Cour de Cassation, où un rassemblement à lieu à l’appel de la CGT SNTEFP. Tout commence lorsque Laura est sollicitée par les organisations (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Négociation sur l’encadrement
    A quoi joue le Medef ? ›››

    Depuis la fin des régimes complémentaires Agirc et Arrco, des négociations sur la définition de l’encadrement ont lieu afin de définir son périmètre, ses droits et ses moyens associés, permettant aux travailleurs de l’encadrement d’exercer leur activité professionnelle. Malheureusement, la définition de l’encadrement n’intéresse vraiment pas le Medef, comme s’en indigne sur twitter Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l’UGICT-CGT : « Ahurissant : (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Privé.e.s d’emploi
    50% des offres de Pôle emploi sont toujours illégales ›››

    Le comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires CGT vient de publier les résultats de l’étude menée sur les offres d’emploi disponibles sur le site pole-emploi.fr. En 2017, il avait déjà révélé que 50 % de ces dernières étaient illégales. Les chiffres sont indéniables : en 2018, 50% des offres d’emploi disponibles sur le site pole-emploi.fr sont toujours illégales, illustrant l’absence de mesures pour enrayer ce problème. Pôle emploi, qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Privé·e·s d’emploi
    La CGT traque de nouveau les offres d’emploi illégales ›››

    En 2017, la CGT avait mis à jour de fausses offres d’emploi diffusées en toute transparence par... Pôle emploi ! Forte du succès médiatique rencontré l’an dernier dans sa dénonciation de la tartufferie de l’agence nationale pour l’emploi, la CGT a décidé de remettre les plats cette année. Du 30 au 31 août, des militants aguerris vont analyser quelque 1 000 offres d’emploi diffusées sur le site de Pôle emploi, à la recherche de toute anomalie qui rendrait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Dialogue social
    Pour la CGT, le gouvernement reste sourd aux salariés ›››

    Trois sujets étaient fixés à l’ordre du jour de la rencontre entre le gouvernement et les organisation syndicales le 28 août : assurance chômage, santé au travail et indemnités journalières. La CGT a souligné, en premier lieu, que la méthode employée par le gouvernement depuis son arrivée ne change décidément pas, et cela même après les déclarations d’intention du président de la République en juillet. Il n’y a donc aucune volonté de prendre en compte les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • La Poste
    Une opération financière qui menace le service public ›››

    Dans son communiqué du 30 août, la fédération des activités postales et de télécommunications CGT revient sur l’annonce du gouvernement d’un désengagement de l’État du capital de La Poste au profit de la Caisse des dépôts et consignations menaçant une fois de plus un service public déjà fragilisé. Le gouvernement vient d’annoncer le désengagement de l’État du capital du groupe La Poste au profit de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui deviendrait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Interprofessionnel
    La CGT fait sa rentrée ! ›››


    Voir tout le texte ›››
  • Banques
    Signez la pétition contre les frais bancaires abusifs ! ›››

    Frais bancaires abusifs : il faut légiférer pour redonner du pouvoir d’achat ! L’Indecosa-CGT (Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés) vous appelle à signer cette pétition (que vous trouverez en cliquant sur ce lien) adressée à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, dont nous vous reproduisons le contenu. Des bénéfices colossaux et injustifiés Selon une étude de l’Institut national de la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Retraités
    Une journée de mobilisation nationale se prépare le 9 octobre ›››

    Suite aux déclarations du Premier ministre le dimanche 26 aout 2018, notamment sur les pensions de retraite, l’Union confédérale des retraités et 8 autres organisations et associations appellent à une grande journée nationale d’actions et de manifestations à travers toute la France le 9 octobre. Édouard Philippe a annoncé dans Le Journal du dimanche du 26 août un ensemble de mesures mettant à mal — comme d’habitude — le pouvoir d’achat des plus (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Chine
    Les militants de Shenzhen déterminés à se syndiquer malgré leur licenciement ›››

    Un petit groupe de travailleurs de l’usine chinoise de Jasics à Shenzen réclament leur réintégration après avoir été licenciés et battus par des nervis pour avoir essayé de créer un syndicat. Leur mot d’ordre : « Nous voulons être réintégrés ! Nous voulons nous syndiquer ! » Depuis le mois de mai, les travailleurs de l’usine de Jasics à Schenzen se plaignent de la dégradation des conditions de travail (passages à tabac, insultes, dénigrements…). Ils (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Asie
    Les travailleurs du thé Darjeeling en lutte pour un salaire minimum décent ›››

    La CGT et la NTUI apportent leur soutien aux salariés des plantations de thé au Bengale occidental pour l’obtention d’un meilleur salaire minimum. Avec la confédération syndicale NTUI (New Trade Union Initiative, confédération indienne la plus proche de la CGT), la CGT soutient les grévistes des plantations de thé au Bengale occidental qui fait suite à l’appel lancé par le Forum conjoint des syndicats (plateforme de tous les syndicats des régions des (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Campanile Bussy-St-Georges et Arcueil : victoire pour les sans-papiers des sous-traitants ›››

    13 salarié.e.s sans papiers des sociétés sous-traitantes pour les hôtels Campanile de Bussy-St-Georges et Arcueil vont obtenir leurs documents de demandes de régularisation. En grève le 2 août pour obtenir leur régularisation, 12 femmes de chambres et équipiers salariés du sous-traitant EGNH pour l’hôtel Campanile de Bussy-St-Georges, ont obtenu moins de 24h plus tard les papiers nécessaire au dépôt de leur dossier de régularisation en préfecture. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Palestine
    Notre camarade Pascal Mauriéras enfin libre ›››

    Ce matin à l’aéroport de Roissy se sont retrouvé-e-s des nombreux militant-e-s de la CGT et de l’AFPS pour chaleureusement accueillir Pascal Maurieras, marin CGT et John Turnbull capitaine canadien du navire Freedom, partie intégrante de la « flottille de la liberté contre le blocus imposé depuis plus de dix ans à toute la population palestinienne de Gaza ». Dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 août 2018 en pleine eau internationale le bateau a (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Proche-Orient
    La CGT proteste contre les actes de piraterie pratiqués par les forces israéliennes, ainsi que les arrestations de syndicalistes à cette occasion ›››

    Suite à un nouvel arraisonnement d’un navire par les autorités israéliennes, la CGT exige que le gouvernement français s’engage — entre autres — à saisir les organisations internationales afin que le gouvernement israélien soit condamné lourdement et qu’il cesse ses actions intempestives et illégales. Dans la nuit du vendredi au samedi 4 août, le Freedom, deuxième bateau de la « Flottille de la Liberté » a été arraisonné dans les eaux internationales. (...)
    Voir tout le texte ›››

Régularisations par le travail

Victoires en série : de l’onglerie du 50 bd de Strasbourg au chantier de Breteuil à Paris

mardi 13 décembre 2016 , par EB

Parce que tous les travailleurs sont égaux, depuis une dizaine d’années particulièrement, la CGT se bat pour la régularisation par le travail des travailleurs migrants, notamment pour faire sortir du travail non-déclaré ceux qui y sont contraints par leur employeur.

"La Lutte se fête"

Et parce que « La Lutte se fête », depuis 3 ans, à l’occasion de la Journée internationale des droits des travailleurs migrants et de leur famille, la CGT organise une grande fête dans son patio à Porte de Montreuil. Le 16 décembre prochain, en présence de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, les travailleurs migrants sont invités à se retrouver pour une soirée dont la marraine est la chanteuse Mamani Keita. La soirée se terminera par le concert du groupe DebaDemba. Voir le programme

L’appel au secours des lanceurs d’alerte

Bien souvent tout commence par l’appel au secours d’un travailleur migrant lanceur d’alerte qui contacte la CGT comme ce fut le cas dans le conflit de l’onglerie-salon de coiffure du 50 bd de Strasbourg à Paris. En 2014, il aura fallu presque 3 mois de lutte pour que les 7 employés voient enfin leur situation administrative régularisée par les autorités. Le 3 février 2014, les salariés avaient informé leur employeur qu’ils cessaient le travail tant que leurs salaires des mois de décembre 2013 et janvier 2014 ne leur seraient pas versés. Avec le soutien de la CGT, ils ont occupé nuit et jour leur lieu de travail.

Photo : Laurent Hazgui

Victoire sur toute la ligne pour les femmes du 57 Bd de Strasbourg

Même scénario de départ pour les 18 coiffeuses non déclarées, mal payées, exploitées du 57 bd de Strasbourg du même quartier Château d’eau. Avec le soutien très large d’associations, de politiques, du collectif des cinéastes pour les « sans-papiers » et de la CGT, elles avaient finalement toutes été régularisées en 2015 puis ont gagné aux Prud’hommes en juin 2016. Elles s’étaient mises en grève en mai 2014 devant la menace de se faire rafler si elles se rebellaient, et avaient obtenu des contrats de travail sous la pression de la CGT qui avait alerté l’inspection du travail.

Mais en juillet, leur employeur avait déposé le bilan, conduisant les salariés à déposer une plainte pour « traite d’êtres humains, travail dissimulé et faillite frauduleuse ». En novembre 2016, les gérants du salon ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Paris pour l’un à deux ans de prison, dont un avec sursis et 31 800 € d’amende, pour l’autre à 10 mois d’emprisonnement et 10 600 € d’amende.

Photo : Laurent Hazgui

Et puis il faudrait aussi citer les salariés contraints au travail dissimulé depuis des années parce que leur patronne savait qu’ils étaient sans-papiers de la Pizzeria la Mamma du quartier Montparnasse à Paris. Dès leur embauche, ils avaient pourtant demandé à être déclarés à temps complet. Avec le soutien des travailleurs sans papiers du 78, de la CGT Paris, de l’US Commerce CGT Paris, de l’UL CGT du 5e et 6 arrondissements, d’intenses négociations ont permis d’obtenir la victoire en 2015.

Une méthode de régularisation qui pourrait faire jurisprudence

Au chapelet de victoires, il faut également ajouter celle des 25 salariés du chantier du 46 Avenue de Breteuil à Paris. Après la chute d’un ouvrier tombé d’un échafaudage mal sécurisé le 6 septembre 2016, les travailleurs occupent pendant presque un mois, le chantier de Covéa, le groupe mutualiste qui réunit GMF, MAAF et MMA sous le slogan « Assurément humain ». Après une médiation appuyée par "les mardis de Covéa" des rassemblements devant le siège du groupe, les ouvriers, à l’origine employés par MT BAT-Immeubles le sous-traitant de Capron, ont tous été embauchés (15 en CDI et 10 en CDD) par Capron, le donneur d’ordre, à la demande de Covéa, le maître d’ouvrage. Une première dans la mesure où le donneur d’ordre a reconnu sa responsabilité.

Photo : Olivier Bebin

Les 25 ont tous été régularisés administrativement. Une cellule de reclassement a même été mise en place par l’employeur pour la fin du chantier pour ceux qui sont en CDD. Ce qui est relativement novateur c’est aussi la méthode de régularisation : même sans fiches de paie, l’inspection du travail a pu constater la relation de travail entre les salariés et leur employeur. Une méthode qui selon Marilyne Poulain de l’Union, déléguée à la migration au sein de l’Union Départementale de la CGT Ile-de-France, pourrait faire jurisprudence.

Obtenir des processus de sortie du travail non-déclaré

Il faut en effet, selon Francine Blanche du Pôle migrants CGT que l’on puisse généraliser les processus de sortie du travail non-déclaré. Il s’agit d’améliorer les textes conquis par la lutte pour faciliter l’accès à un titre de séjour et d’en finir avec l’hypocrisie institutionnalisée qui de fait encourage les patrons à dissimuler le travail et les travailleurs à se taire.

Pour plus d’infos :
- Voir la fiche n°2 des repères revendicatifs
- Voir le programme de la soirée « La lutte se fête » le 16 décembre au siège de la CGT à Montreuil