La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Le 12 mai pour dénoncer la pénibilité

Première victoire après 52 jours de grève pour les salariés de Sénerval

lundi 12 mai 2014

En Alsace, 90% des salariés de Sénerval, l’usine d’incinération de déchets de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS), sont en grève depuis le 21 mars et en droit de retrait depuis le 23 avril pour protester contre leurs mauvaises conditions de travail.

Par ces actions, ils entendent signifier à la direction de Sénerval, filiale du groupe Séché Environnement qui est le vrai décideur, leur volonté de ne plus accepter des conditions de travail nuisant gravement à leur sécurité et leur santé.

Selon Raymond Ruck, secrétaire général de la CGT Alsace, « Les salariés sont exposés à des risques chimiques. Lorsque des lignes d’incinérations d’ordures fonctionnent mal, elles rejettent des cendres toxiques qui contiennent des agents CMR (Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques), ce qui est insupportable pour les salariés. »

Déjà en 2013 une grève avait été engagée sans grand changement pour les conditions de travail des salariés, les obligeant à relancer un mouvement en mars dernier.

Ce conflit exceptionnel par la durée (52 jours aujourd’hui) démontre la détermination du personnel pour obtenir satisfaction sur des sujets qui relèvent normalement de la simple application des règles environnementales édictées par le ministère compétent.

Aujourd’hui, enfin, les pouvoirs publics reconnaissent les faits. Le préfet a émis deux arrêtés d’urgences, le 22 avril et le 7 mai, relayés par communiqués de presse. Ces arrêtés préfectoraux imposeront des contraintes précises pour l’exploitation des 4 lignes d’incinération. L’application de ces contraintes aura un effet positif sur la santé, la sécurité et les conditions de travail, ainsi que sur l’environnement.

Pour permettre une reprise de l’activité de l’usine dans de bonnes conditions, dans un climat serein et de confiance, il est indispensable que ces dispositifs servent d’appui à l’élaboration d’un protocole de sortie du conflit. En regard des enjeux, cette élaboration nécessitera une rencontre des différents acteurs : le Président de la CUS, le Président Directeur Général du groupe Séché environnement, le Préfet du Bas-Rhin et une délégation des salariés, accompagnée par la CGT.

L’action des salariés, avec leur syndicat CGT, pour dénoncer les conditions d’exploitation inacceptables de l’usine a permis la reconnaissance de fait, par la préfecture, de graves dysfonctionnements. Il serait scandaleux que les salariés doivent supporter des pertes de revenus pour des raisons totalement imputables à l’employeur.

  • Écouter Raymond Ruck secrétaire général de la CGT Alsace. Il explique les causes de la grève et expose les revendications des salariés.