La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Transports

Vers la reconnaissance des spécificités des transporteurs de matières dangereuses

mardi 11 juillet 2017

Après une grève éclair qui avait asséché quelque 1 000 stations d’essence, les camarades de la fédération CGT Transports sont retournés à la table des négociations. Deux premières réunions se sont tenues les 16 et 19 juin derniers, la première consacrée à la santé et à la sécurité au travail, la seconde à l’intégration des spécificités des transporteurs de matière dangereuse dans la nomenclature des métiers. « La première réunion se tenait sous l’égide de l’État, la seconde est une réunion paritaire mixte sous la houlette d’un inspecteur de la DGT », informe Stanislas Baugé, de la fédération CGT Transport. Résultat, au sortir de la réunion du 16 juin, a été décidé la mise en place de groupes de travail sur la prévention et la santé, l’inventaire des dysfonctionnements, les besoins en formation, la sécurité. Le résultat de ces concertations devraient être pris en compte dans la refonte du contrat-type. « Une première réunion s’est tenue le 3 juillet dernier, et la réunion plénière devrait avoir lieu à la mi-septembre », explique Stanislas Baugé.

La seconde réunion du 19 juin avait pour trait l’intégration des spécificités dans les classifications de métiers : « Nous avons pris en compte toutes les spécificités, pas seulement celles des transporteurs de matières dangereuses. Cette réunion avait vocation à préparer la réunion paritaire qui s’est tenue le 10 juillet dernier. » Si la réunion du 10 juillet s’est bien déroulée, aucun document officiel n’a été publié. « Il faudra attendre la réunion du 15 septembre pour que l’on nous présente une reconnaissance des spécificités à peu près aboutie. Ensuite viendront les négociations les plus ardues, à savoir les revalorisations salariales en fonction des spécificités. »
La reconnaissance des spécificités des différents métiers de transporteurs devrait être incluse dans la convention. « Pour les mesures ayant trait à la sécurité et la santé au travail, elles devraient passer par le biais d’un texte réglementaire ou législatif », ajoute Stanislas Baugé, qui espère que les négociations aboutiront d’ici la fin de l’année.