La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Rencontre de dirigeants syndicaux d’Europe

Une autre politique est nécessaire en Europe

mercredi 8 octobre 2014

Thierry Lepaon a participé à une rencontre de dirigeants syndicaux venus de toute l’Europe à Rome, le 6 octobre 2014, à la veille de la conférence sur l’emploi et la croissance organisée par la Présidence italienne européenne pour souligner leurs attentes vis-à-vis de la future commission Juncker.

PDF - 122.2 ko

Thierry Lepaon, en présence de Ignacio Toxo et de Bernadette Ségol, respectivement Président et secrétaire générale la Confédération Européenne des Syndicats (CES), a souligné les conséquences néfastes des politiques d’austérité en France. Accompagnées de tentatives de détricotage du code du travail, menées en parallèle dans plusieurs pays européens, ces politiques réduisent les protections des travailleurs, et génèrent une pression sur les niveaux salariaux, partout en Europe.

La contre-proposition que portent les syndicats en Europe, a mis en exergue Thierry Lepaon, consiste en politiques qui renforcent la demande. À travers un plan d’investissement public, financé au niveau européen, les syndicats portent une approche alternative. « L’expérience sur d’autres continents, dans des situations économiques aussi difficiles que celles que rencontre l’Europe actuellement, montrent que l’investissement public engendre une activité où l’investissement privé renforce l’effet de relance. » En particulier, en Amérique Latine, l’exemple de l’Uruguay montre que des politiques de ce type sont capables de réduire les inégalités sociales assez rapidement.

Par ailleurs, le maintien parmi les pays européens de véritables paradis fiscaux qui favorisent le dumping social au sein de l’Union Européenne, a-t-il ajouté, ne peut être une base du vivre ensemble sur notre continent.

Aussi, la construction européenne se trouve à une croisée des chemins : d’un côté les politiques néolibérales prônées par la Commission Européenne sortante sous Barroso sont en échec, tandis que le programme de la nouvelle Commission Juncker n’affiche pas de changement de cap très lisible : « Nous avons besoin de politiques qui favorisent la réduction des inégalités en Europe et certainement pas une poursuite des mesures qui bardent encore plus les nantis ! ».

Pour appuyer leurs propositions alternatives, les dirigeants syndicaux ont signé la Déclaration de Rome, qu’ils adressent à la nouvelle Commission Européenne et au nouveau Président du Conseil Européen (document attaché).

Montreuil, le 8 octobre 2014

Word - 27.5 ko
Déclaration du 6 octobre