La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Climat

Un sommet sans ambition de changement

vendredi 19 septembre 2014
PDF - 126 ko
Texte en pdf

Le secrétaire générale de l’ONU, Ban Ki-Moon a invité les chefs d’état et de gouvernement à un sommet sur le climat le 23 septembre prochain à New-York. A deux mois de la prochaine réunion de la COP, à Lima au Pérou, il cherche à influencer les discussions autour du futur texte d’accord sur le changement climatique qui sera proposé à la COP de Paris en 2015. Le but est d’éviter le fiasco de la COP 15 à Copenhague en 2009.

La volonté de Ban Ki-Moon est de créer une dynamique positive. Mais, valoriser de nombreuses initiatives de la société civile, des collectivités territoriales ou des entreprises ne peut suffire à constituer un environnement politique favorable à un accord climatique international en 2015 de haut niveau. Pire encore, ce sommet pourrait masquer l’absence de réelle ambition des états de signer, en 2015, un accord ambitieux débouchant sur des engagements contraignants.

Le sommet sera l’occasion pour des organisations de la société civile de porter des propositions alternatives partout dans le monde. A Paris, une manifestation à l’appel d’ONG internationales aura lieu dimanche 21 septembre.

Cependant, force est de constater que la seule « bonne volonté » affichée par des gouvernements, contrits par les revendications patronales, ne suffira pas. En effet, à Varsovie, lors de la COP 19, les gouvernements ont démontré leur incapacité à prendre la mesure des enjeux liés au changement climatique, sauvant le fonds vert in extremis. Devant autant de mauvaise foi et de velléité à ne pas prendre en compte les aspirations des travailleurs du monde entier et de leur famille, les ONG et les organisations syndicales avaient quitté la conférence.

Cette sortie de la COP a eu des suites. Depuis un an, il existe une coalition climat composée d’ONG et de syndicats français dont la CGT, fédérant l’ensemble de ces acteurs qui travaille une plateforme revendicative et des exigences pour un accord satisfaisant à Paris.

Montreuil, le 19 septembre 2014