La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >>  Europe/Inter  >> Paix et sécurité
Publié le vendredi 17 septembre 2004

Tchétchénie : la Cgt condamne les actes de terreur



La Cgt a été profondément choquée par la prise d’otage et son issue à l’école n°1 de Beslan en Ossétie.

Elle condamne le recours à la prise d’otage et tous les actes de terreur notamment contre des populations civiles.

Personne parmi les preneurs d’otages comme parmi les forces armées et de police russe ne semble avoir véritablement placé au premier plan de ses priorités, la vie et la sécurité des êtres humains victimes de ces événements dramatiques.

La CGT s’associe à la douleur des familles et des proches des victimes de cette violence extrême.

Ces événements sont le résultat de choix politiques désastreux, notamment les plus récents :

- la reprise de la guerre en 1999

- la violence et l’omniprésence des forces armées et de police russes auxquelles des procès complaisants assurent l’impunité

- une mascarade de normalisation et d’élections totalement dirigées par le gouvernement russe

- le non respect par la Russie et par l’administration tchétchène pro russe des droits humains, humanitaires et des réfugiés dans tout le Caucase nord

- tout cela, justifiant la radicalisation d’une partie du mouvement indépendantiste.

La timidité, voire le silence de la plus grande partie de la communauté internationale y compris l’Union européenne, ne favorise pas la recherche d’une solution qui ne se limite pas à donner l’apparence d’une région pacifiée.

Aucune forme de violence ne peut être une solution ni pour la Tchétchénie ni pour la Russie, que ce soit celle des forces armées et de police russes et pro russes avec l’argument de la lutte mondiale contre le terrorisme ou celle des indépendantistes radicaux tchétchènes renforcés par l’absence de perspectives d’avenir.

Pour la Cgt, seule une issue politique pacifique, authentiquement démocratique et se basant sur l’acceptation et le respect mutuel entre toutes les populations, peut ramener la sérénité dans la région.
Il est temps de rendre toute sa force à l’Etat de droit en Tchétchénie et dans toute la Russie.