La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Education
    Avec le gouvernement, plus d’élèves = moins d’enseignants ›››

    Les effectifs d’élèves augmentent, pas ceux des enseignants. Alors que le ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer la suppression de 1 800 postes de son ministère sur le budget 2019, la CGT dénonce ces coupes et exige un service public d’éducation nationale de qualité, avec la création de postes statutaires en nombres suffisant et le dégel du point d’indice. Les effectifs d’élèves du second degré sont en perpétuelle augmentation, que ce soit (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    Contre la répression syndicale, la CGT fait reculer la direction de Bruder-Keller ›››

    Alors qu’une procédure de licenciement avait été entamée à l’encontre de Pascal, délégué syndical de l’entreprise Bruder-Keller, la direction a finalement cédé en l’annulant suite à l’action de la CGT. Pascal était délégué syndical CGT de Bruder-Keller, une entreprise de production de matériel de haute précision en tôlerie fine. Reconnu pour ses compétences, il a pourtant été la cible d’une procédure de licenciement de la part de la direction. Grâce à la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Presse
    Le rapport Schwartz, ou la libéralisation de la distribution de la presse ›››

    Alors que le rapport Schwartz, rendu fin juillet au gouvernement, recommande notamment la fin du statut coopératif et solidaire de la distribution de la presse, la SGLCE-CGT conteste ce dernier, demandant le maintien de la loi Bichet, pour un système de distribution coopératif, égalitaire et démocratique de la presse. Ce rapport, commandé par le gouvernement et confié à Marc Schwartz, conseiller-maître à la Cour des comptes, préconise une (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Précarité
    La revue du Comité CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires ›››

    La revue, trimestrielle, du Comité CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires fait peau neuve. Ce numéro 89 traite de la casse de Pôle Emploi, aborde des aspects pratiques auxquels sont confrontés chômeurs et précaires, et relaie les luttes gagnantes ou en cours. Vous pouvez le télécharger ci-dessous :
    Voir tout le texte ›››
  • Fonction Publique
    6000 douaniers supprimés, 66 millions de citoyens en danger ! ›››

    Des attaques sans précédent ont été annoncées cet été contre les services publics dans le cadre du rapport du Comité Action Publique 2022 (Cap 2022). À travers une campagne comportant douze visuels, le SNAD CGT compte sensibiliser sur le rôle essentiel des douaniers. Afin de sensibiliser au rôle essentiel des douaniers, la défense des missions douanières et dans la perspective des élections de la Fonction publique du 6 décembre 2018, la CGT douanes a (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Seine-Saint-Denis
    Les salariés du Théâtre de La Commune appellent à la grève ›››

    Les salariés du centre dramatique national d’Aubervilliers ont déposé un préavis de grève à partir du 20 septembre 2018 pour dénoncer une gestion et des conditions de travail calamiteuses. Le Théâtre de la Commune, centre dramatique national d’Aubervilliers, rassemble des salariés qui travaillent à remplir les missions que ce lieu emblématique s’est vu confier. Pourtant, depuis quatre ans et à budget constant, on ne dénombre pas moins de 12 ruptures (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Un clip pour dénoncer la rigueur budgétaire à l’EPSM de la Sarthe ›››

    Depuis le début de l’année 2018, l’intersyndicale CGT-FO-Sud de l’EPSM de la Sarthe, mais aussi la communauté médicale d’établissement (CME) de l’établissement, se battent contre l’intégration forcée de l’EPSM dans le groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Sarthe. Un recours devant le tribunal administratif a été déposé, qui rendra son verdict le 11 septembre prochain. En attendant l’intersyndicale s’est fendue d’un clip de campagne, "GHT Nan Nan" (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Sixième jour de grève à la clinique Orpéa Saint-Estève ›››

    Démissions, arrêts de travail, sous-effectifs chroniques : les salarié.e.s de la Clinique La Pinède à Saint-Estève près de Perpignan, appartenant au groupe Orpea/Clinea, n’en peuvent plus ! Devant le refus de négociation de leur direction pour obtenir prise en compte de leurs difficultés, ils ont décidé de se mettre en grève le 4 septembre dernier. La réponse des dirigeants ? Remplacer les grévistes par des intérimaires ou des salarié.e.s du groupe (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    La psychiatrie parisienne dans la rue ›››

    Hier, 6 septembre 2018, les établissements publics psychiatriques parisiens étaient mobilisés. Sainte-Anne, Maison Blanche et Perray Vaucluse (Essonne), déjà regroupés en Groupement Hospitalier de Territoire vont fusionner en janvier 2019 en Groupement Hospitalier Universitaire. Un protocole de travail établi par la Direction va soumettre ce secteur déjà mal en point à une souffrance plus grande. En imposant son protocole de travail pour 2019, la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Transport
    Le pouvoir d’achat des agents de la RATP en berne ›››

    Avec le gel de la valeur du point, l’inflation et les politiques du gouvernement, le pouvoir d’achat des agents de la RATP se dégrade significativement. Ainsi, La CGT-RATP appelle les agents à participer à la journée interprofessionnelle organisée le 9 octobre 2018 à l’appel de la CGT – FO – Solidaires – UNL et UNEF. Les finances du groupe RATP sont plus que positives, avec un résultat de 2 787 millions d’euros au 30 juin 2018, en progression par (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Assurance chômage
    Quels sont les enjeux de la négociation sur l’assurance chômage ? ›››

    Après la réouverture de la négociation sur l’assurance chômage, Denis Gravouil, dirigeant de la CGT, nous explique l’importance que peut revêtir cet évènement. En l’espèce, tout le monde est concerné : ceux qui sont au chômage, ceux qui risquent de l’être, mais aussi ceux menacés par le chantage à l’emploi. Le chômage peut toucher tout le monde, même dans le public où l’on trouve de plus en plus de contrats précaires. Or, la croissance n’étant pas au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    Les cheminots poursuivent la lutte dès le 18 septembre ›››

    Deux cent représentants syndicaux rassemblés au Conseil National de la Fédération CGT des Cheminots ont confirmé la volonté de poursuivre la mobilisation contre la réforme ferroviaire et à mener des actions dès le 18 septembre. Dans un communiqué, dans lequel ils dénoncent « la déréglementation du système ferroviaire et la régression sociale », ils annoncent leur participation à la manifestaton intersyndicale du 9 octobre (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Birmanie
    Deux journalistes condamnés à 7 ans de prison ›››

    Pour avoir voulu enquêter, en décembre dernier, sur le massacre de dix paysans rohingyas par des soldats, deux journalistes birmans, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, employés par l’agence de presse britannique Reuters, viennent d’être condamnés à une peine de 7 ans d’emprisonnement. Cette condamnation, dénoncée par les syndicats de journalistes français et birmans a également provoqué une réaction de l’Onu, qui a demandé leur libération immédiate. Ce (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Justice
    Affaire Tefal : l’inspectrice du travail devant la Cour de Cassation ›››

    Laura Pfeiffer, 38 ans, était inspectrice du travail à Annecy, en Haute-Savoie. En charge du secteur où se trouve Tefal (groupe Seb), son inspection va tourner au calvaire, la conduisant à devenir lanceuse d’alerte sur les pressions subies par sa profession. Elle est aujourd’hui, mercredi 5 septembre, devant la Cour de Cassation, où un rassemblement à lieu à l’appel de la CGT SNTEFP. Tout commence lorsque Laura est sollicitée par les organisations (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Négociation sur l’encadrement
    A quoi joue le Medef ? ›››

    Depuis la fin des régimes complémentaires Agirc et Arrco, des négociations sur la définition de l’encadrement ont lieu afin de définir son périmètre, ses droits et ses moyens associés, permettant aux travailleurs de l’encadrement d’exercer leur activité professionnelle. Malheureusement, la définition de l’encadrement n’intéresse vraiment pas le Medef, comme s’en indigne sur twitter Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l’UGICT-CGT : « Ahurissant : (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Privé.e.s d’emploi
    50% des offres de Pôle emploi sont toujours illégales ›››

    Le comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires CGT vient de publier les résultats de l’étude menée sur les offres d’emploi disponibles sur le site pole-emploi.fr. En 2017, il avait déjà révélé que 50 % de ces dernières étaient illégales. Les chiffres sont indéniables : en 2018, 50% des offres d’emploi disponibles sur le site pole-emploi.fr sont toujours illégales, illustrant l’absence de mesures pour enrayer ce problème. Pôle emploi, qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Privé·e·s d’emploi
    La CGT traque de nouveau les offres d’emploi illégales ›››

    En 2017, la CGT avait mis à jour de fausses offres d’emploi diffusées en toute transparence par... Pôle emploi ! Forte du succès médiatique rencontré l’an dernier dans sa dénonciation de la tartufferie de l’agence nationale pour l’emploi, la CGT a décidé de remettre les plats cette année. Du 30 au 31 août, des militants aguerris vont analyser quelque 1 000 offres d’emploi diffusées sur le site de Pôle emploi, à la recherche de toute anomalie qui rendrait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Dialogue social
    Pour la CGT, le gouvernement reste sourd aux salariés ›››

    Trois sujets étaient fixés à l’ordre du jour de la rencontre entre le gouvernement et les organisation syndicales le 28 août : assurance chômage, santé au travail et indemnités journalières. La CGT a souligné, en premier lieu, que la méthode employée par le gouvernement depuis son arrivée ne change décidément pas, et cela même après les déclarations d’intention du président de la République en juillet. Il n’y a donc aucune volonté de prendre en compte les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • La Poste
    Une opération financière qui menace le service public ›››

    Dans son communiqué du 30 août, la fédération des activités postales et de télécommunications CGT revient sur l’annonce du gouvernement d’un désengagement de l’État du capital de La Poste au profit de la Caisse des dépôts et consignations menaçant une fois de plus un service public déjà fragilisé. Le gouvernement vient d’annoncer le désengagement de l’État du capital du groupe La Poste au profit de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui deviendrait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Interprofessionnel
    La CGT fait sa rentrée ! ›››


    Voir tout le texte ›››

International

Syndicaliste en Afghanistan : un combat pour la paix

jeudi 5 octobre 2017

Comment passer de commandant des moudjahidines à président de la principale confédération syndicale afghane ? « Avec l’invasion des soviétiques en 1979, il a fallu libérer le pays et prendre les armes », nous a expliqué Maroof Qaderi, ex-commandant moudjahidine donc. Par la suite, il a fallu encore se battre pour restaurer le droit de militer interdit par les Talibans et autorisé de nouveau en 2014. Devenir le président de NUAWE, syndicat créé en 1964, était donc dans la suite logique des choses pour Maroof Qaderi.

Cet été la CGT a reçu dans son enceinte, à Montreuil, une délégation afghane. Maroof Qaderi, Président du NUAWE, et Imamudin Hamdard, responsable des relations internationales du syndicat afghan, ont pu notamment échanger avec les membres de l’espace international, ainsi qu’avec Philippe Martinez dans le cadre du soutien aux mouvements syndicaux dans le monde.

NUAWE, qui compte selon ses dirigeants 161 000 adhérents, tente de fédérer le syndicalisme afghan en reconstruction dans un pays qui a subi près de quarante années de guerre. La CGT a pris des engagements en termes de formation syndicale. Il s’agit également de tisser des liens en prévision de l’arrivée de grandes entreprises françaises en territoire afghan et avec elles de syndicats CGT.

Être syndicaliste dans un pays où la législation du travail était jusqu’il y a peu de temps dictée par la charia, ce n’était pas gagné ! La charia était imposée dans tous les domaines, y compris celui du travail, par les talibans. Pourtant, depuis quatre ans, NUAWE a rejoint l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Confédération syndicale internationale (CSI). En 2011, après trois jours de manifestations à Kaboul, les militants ont imposé un changement de statut au sein de NUAWE. Le syndicat, qui était auparavant « sous la coupe du gouvernement », revendique désormais son indépendance et un fonctionnement totalement démocratique. Élever le revenu minimum à 200 dollars par mois, militer pour les droits des femmes, figurent parmi les priorités du syndicat. Il s’agit aussi de défendre les droits des travailleurs afghans à l’étranger, comme en Iran ou au Pakistan, mais également de favoriser le retour au pays des travailleurs l’ayant quitté ces dernières années. Aujourd’hui, le pays, avec un taux de chômage de 40 % et une population très jeune, compte de nombreuses ressources naturelles inexploitées. Après le départ des troupes étrangères en 2014, la bulle économique engendrée par la guerre s’est effondrée. Il reste beaucoup à faire.

Quelques repères :

NUAWE, c’est 500 adhérents en 1967, jusqu’à 200 000 environ lors de la période soviétique, et 161 000 actuellement dont environ 23 000 femmes.
Le syndicat compte 28 sections géographiques et 16 fédérations. Ses adhérents sont essentiellement des fonctionnaires, mais aussi des salariés du privé, surtout dans le secteur des télécommunications, de l’agriculture ou de l’enseignement supérieur. Dernièrement, le syndicat a créé un bureau dédié à la question des droits des femmes, un autre se concentrant sur les jeunes travailleurs, un troisième se penchant sur les relations entre Kaboul et la province, et un dernier chargé de développer l’éducation et la formation professionnelle et syndicale des travailleurs (article NVO).

Il y a quelques syndicats en Afghanistan. Le Syndicat national de travailleurs des salariés Afghans (NUAWE) est la plus grande confédération. Elle cherche à unifier le mouvement syndical. À la suite du congrès, le Conseil central des syndicats de l’Afghanistan (CCLUA), s’est créé, à partir d’une scission de NUAWE. Le CCLUA est ainsi devenu la deuxième plus grande confédération du pays (avec une présence forte parmi des enseignants·enseignantes). D’autres syndicats et associations revendiquent également une représentativité. Cependant, certains d’entre eux, comme les travailleurs·euses du spectacle, représentent des intérêts plus individuels que collectifs, ou fonctionnent comme des ONG.

- 1964 : création de la confédération pour défendre les droits de travailleurs·euses et d’employeurs·employeuses ;
- 1967 : officiellement établi comme syndicat par le parti Démocrate ;
- 1978 : le syndicat est officiellement établi sur tout le territoire ;
- 1979 : invasion de l’Afghanistan par les troupes de l’Union soviétique : début de la guérilla, guerre de près de dix ans contre l’occupation du pays par l’armée soviétique ;
- 1980 : la confédération tient son premier congrès ;
- 1990 : au deuxième congrès, la confédération prend le nom de NUAWE ;
- 1996 : coup d’État portant les talibans au pouvoir ;
- 2001 : début de la guerre d’Afghanistan, lancée par les États-Unis contre le régime des talibans et chute des talibans ;
- 2003 : la confédération de nouveau autorisée ;
- 2011 : congrès extraordinaire (le 4e), Abdul Maroof Qaderi élu président ;
- 2014 : NUAWE rejoint la Confédération syndicale internationale ;
- 2016 : 5e congrès de NUAWE. Maroof Qaderi a été réélu président du syndicat pour quatre ans ;
- 2017 : le président de NUAWE a assisté à la Conférence internationale du travail (CIT-ILO) à Genève.