La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Nutribio (Montauban)

Sept militants victimes de répression syndicale

mardi 20 mai 2014 , par Sabine Ferry

Parce qu’ils ont occupé leur usine pour exiger des négociations sur les salaires, sept salariés de Nutribio (lait en poudre pour nourrissons), sept élus et syndiqués de la CGT ont été mis à pied par leur direction.
Ce Mardi 20 mai, ces militants sont convoqués par la direction pour un entretien préalable au licenciement.

Dans la nuit du 4 au 5 avril dernier, les CRS délogeaient les salariés qui occupaient leur entreprise depuis le 27 mars pour réclamer 30 euros d’augmentation mensuelle, contre 17 euros proposés par la direction.

Le 12 mai, sept syndicalistes CGT, dont trois élus du personnel, reçoivent par voie d’huissier une convocation de la direction pour « un entretien préalable en vue d’un éventuel licenciement pour faute lourde ». « C’est de la répression syndicale », a affirmé à la presse Fabien Lemaire, un de ces sept militants.

Les menaces de licenciement à l’encontre des « sept de Nutribio » suscitent une vive émotion à Montauban. « Aurore, Fabien, Philippe, Jérôme, Christophe, Julien et Evguenii ne sont pas des voyous, juste des hommes et une femme qui défendent leurs emplois, leurs conditions de travail pour eux et leurs familles  », rappellent dans une déclaration commune les organisations départementales CGT, FO, la FSU et Solidaires.

La fédération nationale CGT Agroalimentaire et Forestière et l’union départementale CGT du Tarn-et-Garonne organisent ce mardi 20 mai une journée départementale d’action pour les libertés syndicales. Elles appellent l’ensemble des salariés de Nutribio et ceux des autres filiales du groupe Sodiaal à se mettre en grève pour soutenir ceux qui ont « une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes ».

Un temps fort qui devrait rassembler citoyens, actifs, retraités, privés d’emploi, réseau associatif et politique… A cette occasion, la CGT réaffirmera son exigence d’une loi d’amnistie, une loi pour renforcer la protection des militants syndicaux et associatifs qui agissent dans le cadre d’actions collectives et une loi pour supprimer de la liste du fichier des prélèvements génétiques tous les militants syndicaux et associatifs interpellés dans le cadre d’actions collectives.

Voir le dossier : Syndicalistes... pas voyous !