La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >>  Europe/Inter  >> Paix et sécurité
Publié le vendredi 26 mars 2004

Rencontre CGT-Mouvement de la paix sur la situation du Moyen -Orient



Le 23 mars 2004, des représentants de la Confédération Générale du Travail (M. Guy Juquel responsable de l’Espace Europe/International, M. Alphonse Véronèse et M. François Blumental), du Mouvement de la paix (Arielle Denis co-présidente, Roland Claverie et Yves-Jean Gallas du Bureau national) se sont rencontrés au siège de la CGT.

Les échanges ont fait apparaître de larges convergences de vue et des préoccupations communes. De nombreuses questions ont été abordées parmi lesquelles une grande inquiétude vis à vis de la situation du Moyen-Orient.

La guerre en Irak, désavouée par les deux organisations qui ont à plusieurs reprises unis leurs efforts pour l’empêcher en 2003, a créé une situation de grande détresse sanitaire et sociale pour les Irakiens. Il est urgent, ont-elles convenues, de mettre fin à l’occupation militaire et de permettre aux Irakiens de reprendre les rênes de leur destin avec l’aide indispensable, de l’ONU et de ses agences pour lesquelles des fonds importants devront être débloquées.

Pour ce qui est de la situation en Israël et en Palestine, les deux organisations ont fait état de leurs actions de solidarité active avec des forces qui œuvrent sur place pour la paix ; parmi celles-ci, elles soutiennent et travaillent à promouvoir la courageuse « initiative de Genève ».

Le Mouvement de la paix a fait état de sa campagne en faveur d’un nouvel article de l’éventuelle constitution instituant que « L’Europe rejette la guerre (…)et promeut le renforcement et la démocratisation de l’ONU ».

Les deux organisations ont déploré l’absence de débat démocratique qui préside aux gigantesques bouleversements actuellement à l’œuvre dans les industries militaires, soumises à la seule logique capitaliste.

Inquiète de la recrudescence de la prolifération nucléaire aussi bien horizontale que verticale et de la panne des processus de désarmement le Mouvement de la paix a plaidé en faveur de nouvelles mobilisations à un an de la révision du Traité de non Prolifération.

La CGT rappelle qu’elle est favorable à l‘abolition de l’arme nucléaire dans le cadre des processus multilatéraux.

Les deux organisations ont constaté une nouvelle et encourageante sensibilité des opinions publiques aux questions internationales, favorable à une meilleure intervention des peuples dans ces questions cruciales à l’heure de la mondialisation. Pas de développement sans paix, pas de paix sans développement durable cette double dynamique augure de futures coopérations entre les deux organisations qui travaillent dans des champs différents à faire émerger une culture de la paix.