La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique
  • LOI " EL KHOMRI "
    Référendum d’entreprise et accords de compétitivité : pour le Conseil constitutionnel, la loi « El Khomri » est allée trop loin ›››

    Dans deux décisions du 20 octobre 2017 relatives à la loi « El Khomri », le Conseil constitutionnel a déclaré le référendum d’entreprise partiellement non-conforme à la Constitution et a émis une réserve d’interprétation sur les accords « de compétitivité ». Devant le Conseil constitutionnel, FO et la CGT reprochaient au référendum d’entreprise d’exclure les syndicats représentatifs non signataires d’un accord d’entreprise de la négociation du protocole (...)
    Voir tout le texte ›››
  • ORDONNANCES MACRON
    La CGT dans la rue et devant les tribunaux ›››

    Constatant que les ordonnances Travail portent gravement atteintes à des droits et libertés fondamentaux des salariés reconnus par la Constitution et les conventions internationales ratifiées par la France, la CGT a saisi le 17 octobre le Conseil d’État, juridiction chargée du contrôle des ordonnances avant leur ratification. Dans le cadre de la lutte globale de la CGT contre les ordonnances Travail, ce recours a pour objectif de contester (...)
    Voir tout le texte ›››
  • JOURNÉE NATIONALE D’ACTION
    Toujours mobilisés pour défendre nos droits ›››

    Aujourd’hui, ce sont des dizaines de milliers de salariés mais aussi privés d’emploi, retraités, jeunes qui ont de nouveau fait la démarche de s’engager dans les différentes initiatives proposées par la CGT. Que ce soit sous forme de débrayages, signatures de pétitions, assemblées générales dans les entreprises, participation aux rassemblements ou manifestations, le refus de subir une dégradation de ses droits au travail reste très fort. La mobilisation, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • AFPA
    Où est l’engagement de l’État ? ›››

    Mauvais signe à la veille de la négociation sur la formation professionnelle, annoncée par Emmanuel Macron et son gouvernement, l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) est encore davantage fragilisée ! La démission inattendue de son Président, ce matin, au Conseil d’administration, révèle des désaccords stratégiques fondamentaux sur l’avenir de l’Afpa. Nul doute que ce départ est précipité par la volonté du gouvernement (...)
    Voir tout le texte ›››
  • ORDONNANCES MACRON/MEDEF
    L’heure est à la mobilisation ›››

    La CGT s’est rendue le 18 octobre au ministère du Travail qui souhaitait présenter les grandes lignes des décrets d’application des ordonnances « Loi Travail » que le gouvernement aimerait voir prochainement publiés. La CGT a été très claire lors de cette rencontre. Nous nous refusons à des pseudo-concertations sur des décrets d’application qui ne peuvent en rien changer le contenu des ordonnances Macron/Medef qui se caractérisent par une précarité à tous (...)
    Voir tout le texte ›››
  • VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES
    La France doit soutenir l’adoption d’une nouvelle norme internationale ›››

    Les milliers de témoignages révélés depuis quelques jours sur les réseaux sociaux suite à l’affaire Weinstein démontrent encore une fois l’ampleur des violences subies par les femmes. Au travail, 80% des femmes disent être victimes de sexisme et 20% de harcèlement sexuel. Chaque jour en France, il y a environ 8 viols ou tentatives de viol sur un lieu de travail. La conséquence des violences conjugales pour les 216 000 femmes qui en sont victimes chaque (...)
    Voir tout le texte ›››
  • ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’ALIMENTATION
    Les véritables enjeux escamotés ›››

    Le président de la République a conclu hier le premier chantier des États Généraux de l’Alimentation. Le gouvernement présentera une loi début 2018, applicable par ordonnances. Ces annonces officielles confirment des tractations entre composantes du patronat pour la répartition de la valeur créée dans l’ensemble des filières agroalimentaires, pour une large part, par les salariés. À la clé, une augmentation généralisée des prix pour les consommateurs est (...)
    Voir tout le texte ›››
  • DÉSERTS MÉDICAUX
    La ministre de la Santé fait fausse route ! ›››

    Depuis près de 20 ans, les gouvernements se succèdent avec des plans pour trouver une solution à la désertification, qui s’avèrent être tous un échec. En effet, si le nombre total de médecins n’a jamais été aussi important, le nombre de médecins généralistes continue inexorablement de diminuer et leur répartition sur le territoire est de plus en plus inégale. À cela s’ajoute la fermeture des hôpitaux de proximité qui aggrave la situation. On peut (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Banque publique d’investissement
    BPIFrance doit servir à l’emploi, à la reconquête industrielle et au développement des territoires ›››

    BPIFrance, Banque publique d’investissement, organise, ce 12 octobre 2017, la « troisième édition de Bpifrance Inno Génération » qualifié dans son communiqué de « plus grand rassemblement d’émulation entrepreneuriale d’Europe. » Cette opération de communication coûteuse n’est pas compatible avec les missions de cette banque. L’argent ainsi dépensé aurait pu être utilisé pour financer l’emploi et l’activité économique et pour améliorer les conditions de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • FONCTION PUBLIQUE
    Comme les autres salariés, les fonctionnaires exigent d’être entendus ! ›››

    Avec près de 400 000 manifestants dans plus de 140 villes, la journée de grève et de manifestation du 10 octobre est incontestablement une réussite. La CGT s’en félicite. Les fonctionnaires et les salariés précaires des services publics étaient des dizaines de milliers en grève. On constate un taux global de grévistes de l’ordre de 30%, avec des pointes à plus de 50%, dans de nombreux secteurs d’activité. Écoles, crèches, cantines, hôpitaux et centres de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Logement
    Ensemble pour le logement social ! ›››

    Ensemble pour le logement social ! La situation du logement social devient catastrophique, pour les locataires, les salariés, les bailleurs sociaux. La CGT a décidé de s’engager auprès du collectif « Vive l’APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de défense de consommateurs, de bailleurs sociaux, etc. pour défendre le droit au logement social. 6,5 millions de locataires vont perdre 5 euros dès octobre. Et ce n’est qu’un (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Prix Nobel de la paix
    Un prix Nobel à l’ICAN pour un monde sans armes nucléaires ›››

    Le 6 octobre 2017, le prix Nobel de la paix a été attribué au réseau International ICAN (International Campaign to abolish Nuclear Weapons) dont la CGT est membre. Depuis de nombreuses années, les organisations partenaires d’ICAN appellent les États, les organisations internationales, les organisations de la société civile (ONGs) et tous les acteurs à agir pour l’interdiction des armes nucléaires. Le 7 juillet dernier, la CGT se félicitait de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • CICE
    L’effet d’aubaine confirmé ! L’urgence est au contrôle des aides publiques ! ›››

    Les nouvelles évaluations contenues dans le rapport 2017 du Comité de suivi du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) confirment celles des rapports précédents. Elles montrent l’absence d’effet ou un effet très limité et même nul du CICE en matière d’exportations, d’investissements, de salaires, de taux de marge, de recherche-développement, etc. Concernant l’emploi, le rapport retient « un effet positif mais modéré, concentré sur les (...)
    Voir tout le texte ›››

  • PLFSS 2018 : une priorité à l’austérité confirmée ›››

    Lors de la réunion de la Commission des comptes de la Sécurité sociale ce 28 septembre, les ministres Gérald Darmanin et Agnès Buzyn ont confirmé ce qu’on savait déjà de leurs orientations en matière de Sécurité sociale. Celles-ci s’inscrivent dans la priorité absolue à la réduction des déficits, annoncées par le Premier ministre Édouard Philippe lors de sa déclaration de politique générale et confirmées hier, à l’occasion de la présentation du projet de loi (...)
    Voir tout le texte ›››
  • 28 septembre : journée mondiale pour le droit à l’avortement
    La CGT défend le droit des femmes à disposer de leur corps ›››

    À l’occasion du 28 septembre, journée internationale pour le droit à l’avortement, la CGT, avec le collectif unitaire « Avortement, les femmes décident », a appelé à des rassemblements partout en France. Une manifestation européenne avait lieu à Bruxelles, soutenue par la Confédération Européenne des Syndicats. La CGT y était représentée par une délégation d’une centaine de personnes. Aujourd’hui, le droit à l’avortement au sein de l’Europe relève de la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • STX France
    Le sort des salariés, grand absent des stratégies politiques du gouvernement ›››

    Le 27 juillet 2017, l’État français décidait d’utiliser son droit de préemption concernant la vente de STX France, empêchant ainsi Fincantieri d’être majoritaire. Derrière ces manœuvres actionnariales, la CGT pressentait une stratégie politique visant à faire plier l’Italie pour qu’elle accepte son projet de constitution d’un Pôle Naval de Défense européen. Les déclarations de ce jour du Président Macron confirment malheureusement nos craintes. Cette (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Budget 2018
    Cadeaux pour les plus riches et « gains de pouvoir d’achat » en trompe-l’œil pour les autres ›››

    Le budget 2018 confirme les choix du tandem Macron-Philippe : respect des traités européens et attachement idéologique au libéralisme économique. Conformément au discours libéral, l’obsession de ce budget est de réduire le « poids des prélèvements obligatoires » et les dépenses publiques. Cette obsession est lourde de conséquences, notamment du point de vue social. Le gouvernement annonce 10 milliards d’euros de baisse d’impôts dont 4 milliards pour (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Chiffres du chômage
    Une précarité cachée qui doit être stoppée ›››

    Les chiffres du chômage parus ce mardi 26 septembre 2017 indiquent une augmentation du nombre de chômeurs. En catégorie A (Personnes sans emploi tenues d’effectuer des actes de recherche d’emploi) de 0.6% sur un mois, 1.3 % sur trois mois mais en baisse de 0.3 % sur un an. Ils montent de 3 518 100 à 3 540 400 sur un mois. Les catégories B et C (personnes ayant travaillé une partie du mois) passent de 2 103 300 à 2 105 600 soit une (...)
    Voir tout le texte ›››
  • PRÉCARITÉ
    CONTRE LA PRÉCARITÉ, DES SOLUTIONS EXISTENT ›››

    À Paris, les 27, 28 et 29 septembre 2017, le patronat mondial de l’Intérim organise sa Conférence Mondiale de l’Emploi (World Employment Conference). Alors qu’en France, les dividendes versés aux actionnaires n’ont jamais été aussi importants (54,3 milliards de dollars en 2016) et que l’appauvrissement des salarié-e-s s’aggrave d’année en année, le patronat va dérouler, trois jours durant, son programme de destruction du CDI, de précarité systématique et (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Etat d’urgence
    Contre l’Etat d’urgence permanent ! ›››

    Les 2 années d’Etat d’urgence nous ont montré combien les militant-es, salarié-es et privé-es d’emploi ont été la cible collatérale du gouvernement, sans pour autant être efficaces en terme de lutte antiterroriste. Les assignations à résidence pendant la COP 21, les manifestations interdites, les militant-es interdits de manifester et la gestion du maintien de l’ordre pendant les mobilisations contre la loi travail « El Khomri » montrent précisément (...)
    Voir tout le texte ›››

Retour à l’emploi des chômeurs de longue durée

Refuser le tour de passe-passe et choisir l’alternance

lundi 12 mai 2014
Texte en pdf

Contrairement à ce qu’a récemment prétendu le gouvernement, encore une fois sous la pression d’un patronat à l’affût de nouvelles baisses de « charges » tous azimuts, ce n’est pas l’apprentissage qui peut répondre au défi du retour à l’emploi des chômeurs de plus de 50 ans, mais le renforcement et la mise en œuvre effective de dispositifs de professionnalisation comme l’alternance

Derrière un effet d’annonce qui ressemble davantage à du « charity business » qu’à une politique cohérente et concertée pour l’emploi durable, un tour de passe-passe se dessine : on assiste ainsi au retour des préconisations du Rapport Boissonnat qui, à la fin des années 90, proposait la mise en place d’un contrat d’activité, avec un revenu garanti sur 5 ans, contre la possibilité de prêt de salariés entre entreprises autant que de besoin…

Face à la pénurie de main d’œuvre liée aux transitions démographiques, énergétiques, technologiques et environnementales, le patronat cherche, encore une fois, à mettre en place un nouveau type contrat de travail si possible moins rémunéré, ou payé par les collectivités locales, afin de capter un salariat précarisé et l’enfermer dans un sous-contrat de travail.

Dans cette tentative, il rencontre, de nouveau, l’oreille bienveillante d’un gouvernement qui, depuis le début du quinquennat, entretient de graves confusions entre la formation initiale et la formation tout au long de la vie et, par répercussion, sur la place et le rôle des différents contrats existants.

La CGT rappelle que le contrat d’apprentissage est en effet un contrat relevant de la formation initiale, en complémentarité avec la voie scolaire d’enseignement professionnel. Son but est d’amener un jeune en formation à une certification professionnelle, facilitant son insertion professionnelle comme sa poursuite d’études.

Ouvrir l’apprentissage aux privés d’emploi de longue durée en dénaturerait la fonction. Laisser faire renforcerait encore la confusion entretenue par le Ministère du Travail entre formation initiale et continue, en portant préjudice aux deux systèmes de formation. Si le projet du gouvernement voyait le jour, quel serait, dès lors, le rôle des contrats de professionnalisation, également appelé « formation en alternance », dont le but est justement l’insertion dans l’emploi ?

Actuellement, le patronat utilise massivement ce type de contrat pour les jeunes afin de transférer le financement du parcours, qui se faisait autrefois dans l’entreprise, sur la collecte de professionnalisation. De fait, le contrat de professionnalisation débouche, dans la très grande majorité des cas, sur des embauches en CDD en sortie de formation initiale. Il est ainsi détourné de sa fonction première, puisque le contrat de « formation » est transformé en contrat de « production ». C’est d’ailleurs une des fraudes courantes dénoncées par les services de l’inspection du travail.

En envisageant de répondre au défi du chômage de longue durée par l’apprentissage, on touche ainsi au vieux rêve d’un patronat qui revendique - Gattaz père et fils en tête -, de former a minima dans l’entreprise, en dehors de tout contrôle et de toute certification permettant la reconnaissance des qualifications acquises.

Pour la CGT, il est urgent de revenir aux fondamentaux et de ne pas brader les dispositifs qui existent : S’il s’agit de développer l’alternance, outil pédagogique de formation des salariés en situation de travail, pour permettre aux privés d’emploi de longue durée de revenir à l’emploi, elle applaudit, car c’est bien la voie du contrat de professionnalisation qui doit être retenue et proposée aux chômeurs de longue durée.

Le dispositif visant à la qualification et à l’insertion existe : le contrat de professionnalisation, dit « formation en alternance », est disponible en CDD comme en CDI. En plus d’imposer l’identification d’un tuteur dans l’entreprise, la loi encadrant ce type de contrat permet de le doter d’aménagements adaptés, d’ouvrir la question de la certification des tuteurs, et de favoriser l’inscription dans un parcours de qualification débouchant le plus souvent possible sur une certification professionnelle digne de ce nom.

Pour que ce type de contrat soit pleinement utilisé aux fins de combattre le chômage de longue durée et permettre, notamment, le retour à l’emploi des chômeurs de plus de 50 ans, la CGT exige qu’il soit mis fin à la dilapidation des financements de la professionnalisation pour maintenir les jeunes dans une précarité prolongée.

Pour la CGT, il est nécessaire de :

• Ramener les contrats de professionnalisation à leur finalité : l’accès à l’emploi de toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, donc majoritairement des privés d’emploi ;
• Réserver, de façon stricte, ce type de contrat aux jeunes sortis du système scolaire sans qualification, en renforçant l’accompagnement de ce dispositif par le service public de l’orientation régional ;
• Permettre le maintien du contrat de professionnalisation pour les jeunes ayant besoin de finaliser l’accès à un diplôme professionnel (comme par exemple : sortie en fin de 1re pro et une année pour accéder au BAC pro) ;

La CGT est prête à en discuter, avec l’objectif de sécuriser l’emploi par un débouché de la formation en alternance vers un emploi pérenne, première étape vers une sécurité sociale professionnelle.

Le gouvernement et le MEDEF détournent trop souvent cet objectif de son sens vers toujours plus de flexibilité, de précarité et de sous-emploi, pesant ainsi lourdement sur le pseudo « coût du travail ». La CGT y oppose la baisse du « coût du capital » pour une formation de qualité et une insertion dans un l’emploi durable.

Montreuil, 12 mai 2014