La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Grenelle de l’environnement

Reconnaître le Canal Seine Nord Europe « Grand Chantier »

mardi 7 octobre 2014
PDF - 125.6 ko

Le gouvernement, par la voix de son Premier ministre, relance la construction du canal Seine Nord Europe. Sa réalisation, envisagée en 2008 sous forme d’un partenariat public-privé, avait été abandonnée en 2012.

Dès sa genèse, la CGT s’est engagée pour la concrétisation de ce grand projet d’infrastructures mais en a contesté le mode de financement et de gestion sous forme de partenariat public-privé compte tenu du bilan accablant de ce type de montage. Si aujourd’hui le partenariat public-privé est abandonné, de nombreuses questions d’ordre industriel, social et démocratique appellent des réponses concertées. Elles concernent notamment l’objectif économique de cette infrastructure, sa maîtrise d’ouvrage et son exploitation, les conditions de travail des salariés, la pérennité des emplois créés, et enfin l’organisation de la démocratie sociale avant, pendant et après les travaux prévus à l’horizon 2022-2023.

La CGT estime que le canal Seine Nord Europe doit être déclaré d’intérêt général dans une logique de multimodalité et de maîtrise publique. Il doit répondre aux besoins des populations et viser l’aménagement solidaire et le développement économique et industriel des territoires. Il doit constituer un levier de créations d’emplois pérennes dans les entreprises des filières concernées.

Pour la CGT, une maîtrise et un contrôle publics constituent des garanties pour doter la France de transports fluviaux modernes capables d’assurer le nécessaire report durable des trafics de marchandises de la route vers la voie d’eau en complémentarité avec le réseau ferroviaire. A ce titre, la CGT considère indispensable la construction des sept plateformes multimodales prévues. Elles sont essentielles à la réussite de l’exploitation du canal et au développement économique des territoires traversés et des ports maritimes et fluviaux français du Havre, de Dunkerque, de Calais, de Rouen, de Paris, etc….

La CGT demande que soient respectées et mises en œuvre les décisions du Grenelle de l’environnement parmi lesquelles l’instauration d’obligations contraignantes pour les transporteurs et les logisticiens incitant au report des transports de marchandises vers le fluvial et le ferroviaire.

Si la construction d’infrastructures multimodales peut répondre aux défis énergétiques et environnementaux, cela ne peut suffire. Il convient également d’apprécier le juste coût de chacun des modes de transports et de procéder à une internalisation des coûts dans leur tarification.

La CGT portera ces enjeux et ses exigences lors de la prochaine Conférence environnementale dont un volet est consacré aux transports.

Enfin, ce chantier d’envergure doit être exemplaire en matière de lutte contre le dumping social, de conditions de travail, d’hébergement et de garanties sociales pour les milliers de salariés qui y travailleront. D’ores et déjà, la CGT anticipe les reconversions des emplois de chantiers en emplois pérennes. C’est une des raisons pour lesquelles elle demande au gouvernement de reconnaître ce programme comme « Grand Chantier ». En effet, la labellisation « Grand Chantier » ouvre des perspectives de couverture sociale spécifique pendant et après les travaux.

Déterminée à faire prévaloir l’intérêt général, des conditions de vie et de travail dignes, des créations d’emplois pérennes ainsi que le développement économique et social des territoires traversés par le canal Seine Nord Europe, la CGT revendique l’ouverture rapide d’une négociation sur l’ensemble des questions.

Montreuil, le 7 octobre 2014