La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Contrôleurs SNCF

Une grève pour la sécurité et la tranquilité des voyageurs

lundi 1er décembre 2014 , par Frédéric Dayan

La CGT-Cheminots et SUD-Rail appellent les contrôleurs de la SNCF à débrayer du jeudi 4 décembre au soir au dimanche 7 au matin . Les deux syndicats veulent ainsi réclamer des postes, protester contre la réorganisation des contrôles, groupés et plus systématiques et défendre les déroulements de carrière des contrôleurs, dont le métier est aujourd’hui "en refonte". Pour la CGT, ce qui est posé, "c’est une modification du métier et des conditions d’exercice qui abaisse le niveau de sécurité des circulations en limitant leur travail aux tâches commerciales et la lutte anti- fraude."

"Au delà des conséquences internes des réformes pour les cheminots, ce sont les conditions de transport des usagers qui posent question", affirme la CGT Cheminots qui prédit que "les niveaux de sécurité, de service et de sûreté vont baisser et se dégrader , les zones de non droit et le taux d’incivilités vont augmenter , comme récemment sur l’axe Paris/ Beauvais."

Cette grève était-elle évitable ? Sans aucun doute car après 2 réunions de conciliation , dans le cadre d’ une demande de concertation immédiate déposée le 05 novembre, l’entreprise n’a apporté aucune réponse satisfaisante aux préoccupations avancées par les agents de contrôle fondées notamment sur l’expérimentation de ces nouvelles méthodes d’organisation. C’est pourquoi la CGT a déposé un préavis de grève, tout en exigeant d’ici là "une réelle négociation", après déjà deux réunions infructueuses. "La direction a les leviers pour répondre aux cheminots", estime son porte-parole Thierry Nier. La CGT estime qu’il manque au niveau national 436 contrôleurs "pour assurer la charge de travail conformément aux cadres d’organisation définis par la direction elle-même". Les deux syndicats considèrent également que le mode d’exploitation dit "agent seul" à l’œuvre sur près d’un train sur deux, laisse à certaines heures le conducteur seul agent à bord, met à mal la sécurité et bouleverse le métier des contrôleurs. La direction de la SNCF préférant désormais des contrôles ciblés par des brigades de plusieurs contrôleurs.
Pour la CGT-Cheminots, ce mode d’exploitation "ne convient pas sur un certain nombre de lignes". "Conduire un train est un métier. Informer les passagers et accompagner le train en veillant à la sécurité de tous en est un autre".
"Nous considérons que la présence humaine dans les gares et dans les trains a un effet dissuasif"
, ajoute le porte-parole de la CGT-Cheminots, pour qui la SNCF "cherche à faire des économies pour financer la réforme ferroviaire", qui au 1er janvier réunira la SNCF et Réseau ferré de France, le gestionnaire du réseau.

La CGT Cheminots revendique :
- le recrutement de 436 cheminots pour le service commercial train afin de couvr ir les besoins en personnel au regard de la charge de travail à réaliser ;
- une présence de contrôleurs dans les trains, de façon adaptée en tenant compte des réalités ;
- plus de souplesse dans la production en permettant aux contrôleurs d’exercer leur métier sur l’ ensemble du matériel roulant.