La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 11 juillet 2017
En direct de la CGT en territoires

Pour un droit effectif à la formation des demandeurs d’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes



L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, Unsa et FSU d’Auvergne-Rhône-Alpes a lancé, le 12 juin 2017, un appel-pétition « pour un droit effectif à la formation des demandeurs d’emploi »adressé au conseil régional et à la préfecture de région.

Depuis son élection en décembre 2015, le conseil régional de la seconde région française a clairement fait le choix d’une baisse massive des financements publics et de mettre les dispositifs régionaux et ressources financières au service exclusif des entreprises et des projets patronaux.

« Le financement de la formation des demandeurs d’emploi sur le second semestre 2017 est en grand danger » s’alarme Stéphane Bochard (CGT), s’exprimant au nom de l’intersyndicale.

Les six organisations syndicales dénoncent les réductions des budgets formation par le conseil régional en 2016, amplifiées en 2017.

En 2016, La région a supprimé environ 20 000 places en formation. Seul un demandeur d’emploi sur quatre a pu bénéficier d’une formation, ce qui est très insuffisant au regard des besoins.

En 2017, les choix régionaux s’ajouteront en juin à la fin du financement de formations par Pôle emploi et l’État dans le cadre du plan national 500 000 formations.
Ces décisions font craindre une rupture dramatique de l’effectivité du droit à la formation pour tous les demandeurs d’emploi.

« Le président de région souhaite qu’Auvergne-Rhône-Alpes soit la première région de France en nombre d’apprentis, elle sera la dernière pour la formation des demandeurs d’emploi » poursuit Stéphane Bochard.

De plus l’appareil de formation régional est en danger. Les réductions budgétaires correspondent à plus de 500 emplois détruits dans les organismes de formation professionnelle.

Dans sa lancée, le 29 juin, la région a adopté une nouvelle feuille de route pour l’apprentissage, avec pour objectif d’atteindre les 55 000 apprentis d’ici 2021 en adaptant notamment la carte régionale des formations aux besoins des employeurs et en créant un dispositif unique d’aides aux employeurs avec des bonifications financières aux entreprises recruteuses d’apprentis.

(Source AEF du 15 et du 29 juin)