La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Santé
    CHU de Toulouse : 58 jours de grève pour les agents du service transports prélèvements ›››

    Les agents du transport de sang du CHU de Toulouse sont en grève depuis 58 jours. Leur mouvement a révélé plusieurs graves dysfonctionnements, notamment des problèmes de délais, dans le transport de sang mais aucune mesure n’a été prise. Les agents du service transports prélèvements du CHU de Toulouse et du 801 de la logistique du pôle ressources matérielles avaient déposé un préavis de grève depuis le 16 octobre, et un rassemblement était organisé le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Harcèlement
    Super U Châtellerault : on ne cède pas aux pressions ! ›››

    Désormais, il ne se passe pas un jour sans que ne soit dévoilée une nouvelle affaire de harcèlement sexuel ou sexiste au travail. La parole de celles et ceux, victimes ou témoins, qui ont osé révéler ces faits, doit être entendue et protégée des pressions. Pourtant l’Union départementale CGT de la Vienne (86) a été alertée sur les pressions que subissent depuis plusieurs mois, les salariés de l’enseigne Super U de Châtellerault, pour avoir révélé, en (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Télécoms
    STOP à la casse sociale chez SFR ›››

    Depuis le rachat de SFR par Numéricâble en 2014, les salariés paient la stratégie de Patrick Drahi. Le plan de départs volontaires (PDV) annoncé pendant l’été 2016 qui prévoyait la suppression de 5 000 emplois — plus d’un tiers des effectifs — sur l’ensemble du groupe a pris fin le 30 novembre 2017. La CGT Fapt (Fédération CGT des salariés des activités postales et de télécommunications) avait dénoncé cette casse sociale dès l’annonce de ce PDV, ce qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Médias
    Pour l’honneur du service public, préavis de grève à France Télévision ›››

    Dès lundi, les journalistes des rédactions nationales de France 2 et 3, Franceinfo et franceinfo.fr sont appelés à se rassembler en assemblée générale avant de procéder mardi au vote sur la motion de défiance. Avec l’objectif de préserver une information de service public, en toute indépendance. Car l’info de bonne qualité "nécessite du temps, de l’investissement et des moyens humains". Les syndicats du groupe - CGT, FO, SNJ - appellent à une grève de 24 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Médias
    Le groupe Le Moniteur ne veut pas partager 5 millions d’euros avec ses journalistes... ›››

    Depuis qu’il a racheté le groupe Le Moniteur en 2014, Infopro digital refuse de verser aux journalistes les droits de reprographie qui leur est dû. Le SNJ-CGT a publié un communiqué à ce sujet. Ce 13 décembre à la cour d’appel de Paris devrait se dérouler le procès en appel de 73 journalistes du groupe Le Moniteur, accompagnés des syndicats SNJ et SNJ-CGT, contre leur direction, Infopro Digital. Motif de la plainte : depuis leur rachat en 2014, les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    Non au plan de licenciement de Profilage Réunion ! ›››

    La fédération métallurgie de la CGT dénonce le plan de licenciement de 40 salariés orchestré par la filiale d’ArcelorMittal qui touche en plein cœur l’une des rares usines de production industrielle qui opère encore sur le territoire de la réunion. Nous reproduisons leur communiqué du 8 décembre 2017 ci -dessous. L’annonce brutale d’un plan de licenciement de 40 salariés de l’entreprise Profilage Réunion, filiale d’ArcelorMittal, touche en plein cœur (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agroalimentaire
    Chez Pasquier, les salarié.e.s gagnent des avancées sociales ›››

    Les syndicats CGT du groupe Pasquier avaient bien préparé, cette année, les négociations annuelles obligatoires (NAO). Avec les salariés, il avaient listé une série de revendications, ramassées dans un seul cahier de doléances. Entre autres, les salariés réclamaient une augmentation générale des salaires de 5%, l’instauration d’une prime d’ancienneté, une amélioration de la prime de départ à la retraite et une augmentation de la participation aux bénéfices. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Vélib’ Paris
    Victoire des salarié.e.s de Cyclocity ›››

    Les salarié.e.s de la société Cyclocity, filiale du groupe JCDecaux, chargé.e.s de l’entretien et de la régulation des Vélib’, étaient en grève depuis la mi-novembre et viennent d’obtenir gain de cause, avec le soutien des syndicats Sud et CGT. En effet la société JCDecaux, prestataire historique de Vélib’ pour la ville de Paris n’a pas été retenu, en début d’année, lors de l’appel d’offres lancé par celle-ci. Le nouveau prestataire, Smovengo, qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • IHS - Présentation du Cahier spécial
    « La Révolution russe et le syndicalisme français » ›››

    L’expérience révolutionnaire qui se joue en Russie en 1917 sera à l’origine d’importantes reconfigurations politiques et syndicales en France et en Europe. Quelles furent les conséquences, sur le mouvement ouvrier, de la crise morale et stratégique survenue après le ralliement à l’Union sacrée ? Comment a été reçue la révolution russe par les militants ? Comment a-t-elle été comprise ? Quelle fut la part des circonstances dans les choix opérés ? Dans (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Organisations
    Création d’un nouveau comité régional CGT en Occitanie ›››

    La fédération des finances CGT a produit un communiqué sur la création d’un comité régional CGT « Occitanie » issu des ex-comités régionaux Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, suite à la fusion de ces deux régions. La première conférence du comité régional CGT « Occitanie » a réuni à Carcassonne sur deux jours des délégué·e·s venu·e·s des 13 départements de la région Occitanie et des fédérations, dont celle des finances. Elle s’est terminée mercredi 6 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ile-de-France
    Grand Paris : des réformes sans vraie concertation ›››

    Créée en janvier 2016, « La métropole du Grand Paris est constituée en vue de la définition et de la mise en œuvre d’actions métropolitaines afin d’améliorer le cadre de vie de ses habitants, de réduire les inégalités entre les territoires qui la composent, de développer un modèle urbain, social et économique durable, moyens d’une meilleure attractivité et compétitivité au bénéfice de l’ensemble du territoire national. » (Extrait de l’article L. 5219-1 I du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Libertés syndicales
    Le personnel de l’OPH de Bobigny toujours en lutte ›››

    Face au projet de privatisation de 4 000 logements sociaux, la CGT continue de mener la lutte à l’Office Public de l’Habitat de Bobigny. Pour rappel, la direction avait notamment tenté de remettre en cause le résultat des élections pour destituer la déléguée syndicale CGT Nadia Giunta et son suppléant Christian Jacquin. La justice avait été rendue par le tribunal d’instance de Bobigny le 10 octobre dernier, et la direction de l’OPH avait été déboutée. Le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Holiday Inn Clichy (92)
    Solidarité avec les salarié.e.s en grève depuis 50 jours ! ›››

    Depuis 50 jours maintenant, 11 salariés du prestataire de nettoyage Héméra, femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de la sous-traitance, employés par l’Holiday Inn de Clichy (92) font grève pour dénoncer leurs conditions de travail et s’opposer à des mutations. Soutenus par la CNT et la CGT-Hôtels de prestige et économiques, 11 salariés réclament que soient ouvertes des négociations, pour obtenir leur internalisation, le respect de leurs contrats (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agroalimentaire
    De nombreuses actions dans tous les sites Coca-Cola ›››

    Les salariés de la firme organisent la lutte après l’annonce par la direction d’une nouvelle suppression de plus de 200 emplois. Cet énième plan de casse du travail ne passe pas. La Fédération nationale agroalimentaire et forestière (Fnaf) CGT annonce dans un communiqué en date du 6 décembre que de nombreuses actions se développent sur tous les sites de Coca-Cola suite à l’annonce de la suppression de plus de 200 emplois, en lien avec l’application (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Services publics
    La CGT de la mairie de Toulouse appelle à la grève le 8 décembre ›››

    La Fédération des Services Publics de la mairie de Toulouse appelle à la grève ce 8 décembre au Square De Gaulle à 9h pour demander l’arrêt des suppressions de postes et de certains services publics, ainsi que l’amélioration des conditions de travail des agents. La mairie de Toulouse va présenter ce 8 décembre un nouveau plan d’économie budgétaire qui prévoit une baisse de 31 millions des dépenses de fonctionnement. Ces économies touchent essentiellement le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Protection sociale
    Financement de la Sécurité sociale 2018 : encore des allègements de cotisations patronales ›››

    Le 5 décembre dernier, le Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018 a été définitivement adopté. Comme annoncé, il acte le basculement des cotisations « salariés » d’assurance maladie et d’assurance chômage sur la CSG réalisés en 2 fois (au 1er janvier et au 1er octobre), et de l’augmentation de la CSG de 1,7 % intervenant au premier janvier. Surtout, ce PLFSS confirme la transformation du CICE en allégement de cotisations en 2019. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Législatif
    Non-respect du Smic et des durées maximales de travail : le ministère compréhensif ›››

    Le ministère du Travail a présenté ce 27 novembre un projet de loi « pour un État au service d’une société de confiance », dit « droit à l’erreur », qui a fait bondir le syndicat Travail emploi formation professionnelle (CGT-TEFP). Présenté dans les médias comme un texte de loi cherchant à simplifier les relations entre les administrés et l’État, ce projet vise en fait « à protéger les intérêts de ceux qui sont coutumiers » des erreurs de déclaration vis-à-vis (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ferc Sup
    Temps de travail : le Conseil d’État donne raison aux syndicats de l’université de Lorraine ›››

    Après cinq années de procédure, le Conseil d’État vient de donner raison aux trois syndicats (CGT FERC Sup de l’université de Lorraine - FO - FSU) en rejetant le pourvoi de l’université de Lorraine. Le Conseil d’État confirme l’annulation de la décision du conseil d’administration du 20 novembre 2012 relative au temps de travail des personnels BIATSS, à savoir les personnels de la fonction publique (Bibliothèques, Ingénieurs, Administratifs, Techniques, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Finances
    Cap 2022, vers la suppression de 120 000 emplois ›››

    Le gouvernement a lancé le 13 octobre dernier son plan de modernisation de la fonction publique d’État, Cap 2022. Un comité composé de hauts fonctionnaires sera chargé de faire des propositions, agrémenté d’un grand débat national. Pour la CGT, ce comité aura pour fonction de supprimer des fonctions, ou de les confier au privé, afin de se débarrasser de 120 000 emplois. « Les ministères de Bercy et les établissements semi-publics sont en danger ! Pourtant (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ordonnances Macron-Medef
    La Confédération du travail de RDC soutient la lutte contre la loi Travail XXL ›››

    De passage en République démocratique du Congo, des camarades de l’espace international de la CGT ont pu constater que la lutte contre les Ordonnances Macron s’est internationalisée, jusqu’à trouver un écho à Kinshasa, capitale de la RDC. Guy Kuku, président de la Confédération du travail (CDT), principale confédération syndicale en RDC, se dit en empathie avec les combats menés en France contre cette attaque sans précédent contre le Code du travail. Pour (...)
    Voir tout le texte ›››

Le Mouvement de la Paix et la CGT

Pour la paix, le progrès social et la vie

jeudi 25 août 2016 , par Alessandro Vitagliano

Le mouvement pacifiste et le mouvement syndical ont de solides traditions de luttes communes qui se sont forgées au cours du temps dans l’action en faveur de la paix du désarmement, du droit des peuples, pour l’élimination des armes atomiques.

Le samedi 30 janvier le Mouvement de la Paix et la CGT ont organisé en partenariat une nouvelle initiative commune au siège confédéral de la CGT sous la forme d’un séminaire de réflexion sur « Les enjeux de la paix dans le monde aujourd’hui ».
Ce séminaire a été un succès tant par le nombre des participants inscrits (152) que par le nombre des intervenants (Angleterre, Tunisie, Algérie, Bosnie, Irak, USA, Portugal, France),
la diversité des organisations et par- cours des intervenants (journalistes, universitaires, responsables associa- tifs, syndicaux pacifistes, féministes, philosophes, cinéaste, chercheurs et experts).
Ce séminaire était présidé par Ha- bib Kazdaghli, Historien et Doyen de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba (1) à Tunis. Le doyen Habib Kazdaghli est membre de l’UGTT, organisation syndicale tunisienne partenaire de la Cgt qui a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 2015 avec 3 autres organisations
tunisiennes. Le Doyen Kazdaghli est aussi membre d’un mouvement de paix tunisien. Le séminaire s’est conclu par une intervention de Philippe Martinez secrétaire général de la CGT.
Ce séminaire a permis d’approfondir trois questions principales à savoir « De quoi le terrorisme est-il le nom ? De quelle sécurité parle-t-on ? Comment construire la paix : quelles alternatives, quelles solidarités ? ».

Il a aussi permis de mettre en évidence des convergences d’analyses et des perspectives pour l’action et pour la construction d’alternatives.
Les problèmes qu’affronte l’humanité sont graves : conflits et guerres, prolifération des armes y compris nucléaires, atteintes à l’environnement, réchauffement climatique, mauvaise gestion des ressources vitales, malnutrition et épidémies, régressions sociales, terrorisme et montée de l’extrême droite et des intégrismes…

Cependant, jamais l’humanité n’a autant qu’aujourd’hui disposé de moyens (connaissances, techniques, analyses) pour résoudre les problèmes et créer les conditions afin que chaque être humain puisse vivre en paix et en sécurité, sécurité physique, sociale, médicale, nutritive et environnementale, individuelle et collective.

Parmi les causes de la situation : le mode de production capitaliste qui est en pleine dérive financière et spéculative. La mondialisation néolibérale des économies, avec la circulation effrénée des capitaux et les délocalisations, ont accentué la fracture entre riches et pauvres à l’intérieur des sociétés et entre les pays. La recherche du profit à tout prix et la volonté des puissants de contrôler les richesses de la planète entretiennent la course aux armements et le commerce des armes, pérennisent le sous-développement et alimentent les tensions sur la planète.
Cette grave crise économique et financière peut, du jour au lendemain, entrainer une déstabilisation mondiale dangereuse pour la paix du monde d’autant que cette situation s’accompagne d’une volonté de remilitarisation des relations internationales sous la pression du lobby militaro industriel et de certains gouvernements dont ceux engagés dans l’Otan. Ainsi, les dépenses militaires mondiales qui s’évaluaient à : en 1999 à 950 milliards de dollars ont atteint 1800 milliards de dollars en 2015. En France, les budgets militaires sont à la hausse depuis 2002 pour atteindre 32 milliards d’euros en 2015.

Dans ce contexte, les engagements pris par les chefs d’Etat en l’An 2000 et réaffirmés en 2015 pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) destinés à réduire de moitié la pauvreté dans le monde, ne sont pas tenus. Cette situation, qui plonge plus d’un milliard d’habitants de la planète dans l’extrême pauvreté, est un facteur majeur d’insécurité sociale, de violences et de conflits armés.

Malgré tout, grâce aux luttes, des résultats ont été obtenus dont nous nous réjouissons (zones sans armes nucléaires, traité d’interdiction des essais nucléaires (CTBT), élaboration par les Nations unies, à l’instigation de l’Unesco, de programmes pour la promotion d’une culture de la paix et de la non-violence.

En ce qui concerne le désarmement nucléaire, nous nous réjouissons de la position de la Cour internationale de justice de la Haye déclarant que : « la menace ou l’emploi d’armes nucléaires serait contraire aux règles du droit international applicable dans les conflits armés, et spécialement aux principes et règles du droit humanitaire ».

Nous rappelons également que la Charte des Nations unies affirme en son article 26 qu’il convient « de favoriser l’établissement et le maintien de la paix et de la sécurité internationales en ne détournant vers les armements que le minimum des ressources humaines et économiques du monde », que l’OIT affirme dans son préambule « qu’une paix durable ne peut se construire qu’à travers la justice sociale » et qu’en 2000 des résolutions de l’assemblée générale des Nations Unies (A/RES/52/13 et A/53/243 par exemple) appellent l’ensemble des États et des peuples à s’engager dans une véritable transition pacifiste dans les termes suivants :
« préserver les générations futures du fléau de la guerre exige une transition vers une culture de la paix afin de prévenir les conflits en s’attaquant à leurs causes profondes pour résoudre les problèmes grâce au dialogue et à la négociation ».
Ce sont là des succès pour les forces de paix et des points d’appui pour exiger avec encore plus de force, que les États s’engagent résolument dans la construction de la paix et que les puissances nucléaires abandonnent la modernisation de leurs arsenaux et s’engagent réellement dans un processus de désarmement nucléaire comme le stipule l’article 6 du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) .

Oui, le monde est confronté à de nombreux dangers comme en témoignent les conflits en cours, la violence, le terrorisme, le développement du trafic de drogues et des pratiques mafieuses.

Mais un monde plus juste et plus sûr ne peut reposer sur la force des armes.

En effet, le sous-développement, la misère, le chômage, les injustices, le manque de démocratie, l’analphabétisme, l’obscurantisme contribuent à la désagrégation des sociétés et constituent le terreau où surgissent les haines et les affrontements qui mettent en cause la sécurité des peuples et la paix et poussent des centaines milliers de personnes sur le chemin de l’exil dans des conditions inhumaines.

La « sécurité humaine » conçue comme le respect des droits, individuels et collectifs, et la satisfaction des besoins, fondée sur une éthique de solidarité, doit devenir la référence commune pour promouvoir un développement durable, soutenable par la planète, partagé et respectueux de l’environnement. C’est à la promotion de cette culture de la paix conçue comme un objectif de civilisation que nous entendons travailler car au premier rang des besoins, figure le droit pour tous de vivre en paix.

La Paix et Le développement dans la justice sont donc de grands défis à relever. Cela ne se fera pas sans remettre en cause les choix actuels des institutions financières, économiques et les politiques internationales.

Dans ce contexte, la restructuration en profondeur de l’armée et de son outil de défense, telle qu’elle a été réalisée pose des problèmes graves. Cette restructuration ne s’est pas inscrite dans un processus de désarmement mais dans une militarisation des rapports internationaux, en privilégiant les stratégies interventionnistes, en accélérant la privatisation et la concentration des grandes firmes multinationales de l’armement qui placent encore plus cette fabrication sous la loi du profit et de la rentabilité financière, développant ainsi un marché des armes inacceptable pouvant toucher au nucléaire.

En revanche, cette restructuration se traduit par un gâchis humain et industriel considérable et inacceptable pour les travailleurs et les populations concernées. Pour la CGT et le Mouvement de la Paix, il n’est pas contradictoire de lutter pour la paix et le désarmement dans le monde et d’affirmer dans le même temps leur attachement
à la sécurité du pays, en recherchant les voies d’une autre conception de la sécurité, une sécurité de moins en moins basée sur
les rapports de force militaire mais donnant une place beaucoup plus importante aux coopérations écono- miques, sociales et culturelles qui favorisent le développement, la création d’emplois ainsi que la solidarité et la compréhension entre les peuples.

D’autres choix sont en effet possibles, sans briser les hommes et casser les outils mais en faisant d’eux les fers de lance d’une politique de reconquête industrielle pour répondre aux multiples besoins qui se font jour en France et dans le monde. Ce sont des exigences économiques et sociales mais aussi pacifistes.
Le Mouvement de la Paix et la CGT, au moment où les crédits pour le logement, l’emploi, l’école, la santé, la culture, les universités et les équipements civils subissent les effets des politiques d’austérité ; alors que des droits humains fondamentaux sont mis en cause comme le droit du travail, ont décidé de poursuivre leur concertation.

Face aux politiques d’exception (état d’urgence etc.) les 2 organisations réaffirment leur volonté de com- battre le terrorisme par la paix, la démocratie, la réalisation des droits humains et l’engagement. Elles refusent que les salariés et la population, à travers des modifications de la constitution, soient placés de fait dans un état d’urgence permanent. Elles appellent tous les citoyens à résister partout à toutes les formes d’amalgame (islamophobie, xénophobie, etc.) et à veiller à ne pas se laisser piéger par des discours belliqueux

ou racistes qui contribuent à opposer une partie de la population à une autre. C’est bien le combat pour la justice sociale et la réalisation concrète de tous les droits humains qui fera reculer le fondamentalisme, la xénophobie, le racisme, l’obscurantisme, les guerres et le terrorisme. Nous encourageons tous les citoyens à appuyer le dialogue, la démocratie, les valeurs républicaines, à s’engager dans les syndicats et les associations pour contribuer à faire avancer collectivement ces objectifs.

Nous réaffirmons notre attachement aux valeurs de paix, de fraternité, de justice, de solidarité, de démocratie, de liberté et de laïcité, nécessaires au bien vivre ensemble.

Dans ce contexte, la CGT et le Mouvement de la Paix déclarent vouloir poursuivre leurs échanges pour contribuer à la construction d’un monde de justice et de paix.

Le Mouvement de la Paix et la CGT souhaitent que la France prenne des initiatives marquantes, comme le gel du programme M 51 et les programmes de modernisation des armes nucléaires, afin de relancer les négociations internationales pour la mise en œuvre d’un désarmement nucléaire négocié. Le gouvernement français doit assurer partout en France la promotion du 21 septembre : Journée internationale de la paix et la mise en œuvre les résolutions des Nations unies pour la promotion d’une culture de la paix et de la non-violence.

Le Mouvement de la Paix et la CGT se félicitent des rapports confiants et amicaux qu’ils ont construits dans les luttes menées ensemble en recherchant avec d’autres forces de paix toutes les possibilités d’action sur tous les sujets qui leur sont communs et pour contribuer au développement d’une culture de la paix et de la non-violence. Ils entendent poursuivre cette collaboration à tous les niveaux.

À Montreuil, le 13 avril 2016

Appel aux Marches pour la paix

Marchons ensemble pour la paix le samedi 24 septembre 2016