La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Rencontre du Premier Ministre avec le Forum français de la jeunesse

Où est la priorité jeunesse ?

mercredi 26 février 2014
PDF - 128.1 ko
Texte en pdf

Le Premier ministre rencontrait, ce mercredi 26 février 2014, le Forum français de la jeunesse (FFJ), ainsi que les représentants jeunes des organisations syndicales pour faire le bilan des mesures « Priorité jeunesses », prises en février 2013, et préparer la feuille de route interministérielle pour 2014.

Participant à cette rencontre, la CGT devait interpeller Jean-Marc Ayrault sur les sujets suivants :

Emploi : les indicateurs restent au rouge

Si le dispositif des « Emplois d’avenir » ont permis de faire baisser le nombre de jeunes chômeurs de catégorie A, le chômage continue d’augmenter dans les catégories B et C. La précarité explose et pénalise particulièrement les jeunes qui sont à 55% en CDD ou en intérim.

Les politiques publiques ne permettent pas d’enrayer ce phénomène : 45,5% des « Emplois d’avenir » sont recrutés sur des CDD de deux ans et moins, contrairement à l’esprit de la loi. L’accord national interprofessionnel « Contrat de génération », signé par la CGT, devait permettre de lutter contre la précarité et de créer des emplois.

Cependant, le bilan démontre le blocage opéré par le patronat sur le sujet : de très nombreuses branches et entreprises n’ont toujours pas ouvert de négociation, quand c’est le cas, cela débouche à 50% sur des plans d’actions unilatéraux. Le contenu est donc très limité, notamment en termes d’objectifs chiffrés sur la baisse de la précarité et les créations nettes d’emploi.

La feuille de route 2014 ne peut donc se limiter au suivi des outils actuels et doit proposer de nouvelles orientations.

La CGT propose :

- Conformément à la loi, les « Emplois d’avenir » doivent obligatoirement être sous forme de CDI Temps plein dans le secteur privé et de CDD de trois ans dans le public ;

- Les entreprises de 50 à 300 salariés qui n’ont pas ouvert de négociation sur le « Contrat de génération » doivent être pénalisées, la durée des plans d’action doit être limitée à 1 an ;

- Les 200 milliards d’euros annuels d’aides publiques doivent être conditionnés à des objectifs en termes de créations nette d’emploi en CDI temps plein et de réduction de la précarité pour les jeunes.

Assurer une protection sociale pour l’ensemble des jeunes
Pour la première fois en France, les jeunes sont les premières victimes de la pauvreté : 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans sont sans emploi ni formation, souvent sans aucun revenu, le RSA n’étant pas accessible aux moins de 26 ans.

La « Garantie jeunesse » proposée par les syndicats à l’échelle européenne doit constituer une réponse à cette situation. Cependant, pour des raisons budgétaires, le gouvernement français limite sa mise en place à 10 000 jeunes en 2014. Ce dispositif se superpose à de nombreuses autres mesures très ciblées (CIVIS, ANI jeunes, RSA jeunes…) sans aucune cohérence.

Il est temps d’arrêter de superposer les expérimentations pour les jeunes et de se donner les moyens d’avoir une protection sociale universelle adossée à un accompagnement individualisé vers la formation ou l’emploi.
Pour cela la CGT propose :

- L’ouverture d’une négociation tripartite entre l’Etat et les acteurs sociaux pour remettre à plat l’ensemble des dispositifs existants et mettre en place un accompagnement individualisé du jeune vers l’emploi ou la formation ;

- L’ouverture du RSA socle aux moins de 26 ans pour assurer à l’ensemble des jeunes sans emploi ni formation une allocation financière minimum.

60 millions d’euros pour la « Garantie jeune » en 2014, 30 milliards d’euros au patronat dans le cadre du « Pacte de responsabilité » : la priorité du gouvernement est-elle vraiment la jeunesse ?

Les études et sondages qui s’accumulent brossent le portrait d’une génération sacrifiée, avec une défiance vis-à-vis du politique qui ne cesse de croitre. Sacrifier les jeunes sur l’autel de l’austérité nous conduit à tourner le dos à notre avenir.

Pour sortir de la crise, la CGT appelle le gouvernement à renouer avec les engagements faisant de la jeunesse une priorité et à investir sur l’avenir.

Montreuil, mercredi 26 février 2014