La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Immigration
Publié le mercredi 13 avril 2005

Notre pays est un pays d’immigration massive : FAUX



Les politiques engagées en France, comme dans l’ensemble de l’espace européen, s’inscrivent dans une vision irraisonnée de mouvements migratoires qui seraient ingérables.

Cette attitude politique et des reportages télévisés, conduisent
l’opinion publique à penser que les populations du monde voudraient toutes venir en Europe.

Cependant, les recensements périodiques démontrent que le taux d’étrangers reste stable depuis des décennies. Cela est dû à une double réalité. Celle d’un flux d’immigration en volume assez constant sur des périodes décennales, avec un retour au pays d’une partie d’entre eux. Mais aussi, celle de l’acquisition de nationalité par de
nombreux étrangers après quelques années de présence et cela, quelle que soit leur origine.

C’est la preuve de leur intégration ou à tout le moins, de leur insertion sociale dans notre pays.

L’étude des mouvements migratoires démontre que l’essentiel des mouvements est interne aux zones sous-continentales, dont sont originaires les personnes. Cette réalité est aussi présente en Europe.

Le niveau économique, ses droits démocratiques et sociaux et ses liens historiques avec de nombreux pays, sont attractifs pour une partie de la population des pays tiers. Néanmoins la présence en
France d’immigrés européens reste forte (43 % de l’ensemble des immigrés).

L’immigration présente sans titre de séjour n’est pas comptabilisé dans les statistiques officielles. Cependant on peut s’accorder sur un nombre de 3 à 400 000 sans-papiers présents depuis la dernière régularisation. La Cgt considère qu’ils doivent être régularisés
et ils ne suffiront pas pour autant à résoudre les besoins de notre pays en main-d’œuvre qualifiée ou non.

Selon les résultats du recensement de1999 :

  • la population étrangère s’établit 3,6 millions personnes (35 % de ressortissants de l’Union européenne et 45 % des pays tiers). Elle reste stable depuis plus de dix ans ;
  • les acquisitions de la nationalité française augmentent : 110 000 en 1996 à 128 000 en 2002.