La cgt

NOUS SUIVRE
  
Publié le mercredi 6 juillet 2016
Marche des fiertés

Tract marche des fiertés 2016 : NON aux discriminations OUI à l’égalité



Fidèle à ses valeurs, la CGT lutte contre les discriminations, TOUTES les discriminations sans établir de hiérarchie entre elles.

Avec son « Collectif confédéral de lutte contre l’homophobie, pour l’égalité et la non-discrimination des Lesbiennes, Gays, Bi et Trans » elle a engagé depuis 20 ans un travail spécifique, à l’intérieur de la CGT pour informer, former ses militants et adhérents, et dans les entreprises pour réaffirmer aux directions et aux salariés que la CGT ne laissera jamais piétiner les droits des salariés, qu’elle ne tolèrera jamais qu’une ou un salarié(e) puisse être discriminé(e) pour quelque raison que ce soit : La lutte contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre entre donc dans le champ d’action de la CGT.

Plusieurs principes guident notre action :

Nous considérons que les droits des LGBT sont l’affaire de toute l’organisation et de tous les militants.

Nous sommes convaincus que les syndicats et le monde associatif doivent unir leurs efforts pour gagner des droits et combattre les discriminations.

Nous accordons une importance égale à toutes les composantes du sigle LGBT.

Nous sommes attachés à obtenir de véritables droits scellés dans les accords d’entreprises qui ont une valeur juridique, et non dans des chartes et autres codes de bonne conduite qui n’ont rien de contraignant pour les employeurs. Traiter des droits des personnes LGBT dans un accord d’entreprise peut également aider les personnes concernées à sortir du « placard ».

Nous sommes très préoccupés par la situation que continuent à endurer les personnes transgenres en France et convaincus de l’extrême urgence et de l’absolue nécessité de légiférer sur le changement d’état civil et de ne plus laisser cette question à la libre appréciation des tribunaux.
Nous attendons donc du gouvernement français des avancées concrètes pour les droits des personnes transgenres, dans l’esprit de la résolution 1728 du Conseil de l’Europe.

Malheureusement, les attaques en règle contre le monde du travail des Lois Macron et Rebsamen sur le dialogue social n’ont fait que fragiliser encore plus les salariés discriminés en réduisant les capacités d’action et de négociation des IRP (Institutions Représentatives du Personnel). Et la « émolition » du Code du Travail orchestrée par la Loi El Khomri, contre laquelle la CGT se bat, va saboter, saborder les droits que des années de luttes avaient réussi à conquérir ! Ce cadeau fait au Medef est une menace pour les salariés quels qu’ils soient, et fragilisera encore plus celles et ceux qui subissent des discriminations et/ou qui appartiennent à des minorités !
En promouvant la précarité, en facilitant les licenciements cette loi néfaste donnera blanc seing aux employeurs ! Il sera pour eux plus facile de se débarrasser d’un(e) salarié(e) « lui pose problème » que d’assurer sa sécurité tant physique que psychologique !

La loi de 2013 sur le mariage n’a fait disparaitre ni les discriminations, ni l’homophobie, ni la biphobie, ni la transphobie.

Nous le mesurons tous les jours sur le terrain de l’entreprise : ces discriminations s’expriment encore et toujours. Elles génèrent de la souffrance au travail pour les salariés LGBT quand elles ne les privent pas tout simplement de l’accès à l’emploi. Elles les poussent à taire leur vie de couple, et par là même à renoncer aux droits liés au statut familial. Mais les militants CGT sont de plus en plus sollicités par les victimes pour faire cesser les discriminations et réparer les injustices subies, ou par des personnes transgenres qui souhaitent être accompagnées pour annoncer leur démarche au collectif du travail et à l’employeur.