La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Grève

Les salariés de l’Hippopotamus St Martin sur le grill à la sauce Flo

jeudi 20 juillet 2017

"Le groupe Flo abandonne ses salariés" peut-on lire sur la devanture du restaurant Hippopotamus de la porte Saint Martin à Paris sous le coup d’une fermeture et occupé par ses 15 salariés.

Racheté en avril dernier par le groupe Bertrand (Quick, Burger King, Procope, Lipp, etc) au groupe Flo, le restaurant a été cédé à un repreneur tiers, un particulier, qui laisse les salariés dans le flou sur leurs conditions de reprise. Les employés demandent que des négociations aient lieu et que notamment des mesures de reclassement et de transfert soient proposées quel que soit leur statut. Lundi 17 juillet, les salariés ont été assignés au tribunal pour, entre autres, les inciter à arrêter la grève démarrée depuis le 12 juillet et décidée à l’unanimité. Le nouvel acquéreur qui parle sans précision aucune de faire du restaurant une pizzéria, ou un salon de thé, etc, a menacé les salariés de licenciement.

La CGT à travers notamment la Fédération Commerce et Services et les syndicats CGT du groupe Flo soutient les salariés en grève. Hier, mercredi 19 juillet, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, était d’ailleurs venu participer au rassemblement organisé devant le restaurant occupé. "Il s’agit d’un restaurant qui va être fermé et dont le groupe refuse de négocier et préfère faire assumer à un repreneur les conséquence de sa stratégie. C’est ce qu’on retrouve dans beaucoup d’entreprises alors que le groupe devrait envisager le reclassement des salariés ou une porte de sortie pour ceux qui ne souhaitent pas rester", dénonce Philippe Martinez.

A l’intérieur du restaurant, ambiance tendue entre des salariés aux traits tirés et des membres de la direction du restaurant. Certains employés travaillent ici depuis 25 ans et l’unique réponse de la direction à leurs demandes de négociation a été une tentative de déménagement du matériel, tentative empêchée par les salariés bien déterminés à poursuivre le mouvement. Ils réclament aussi que le business plan du nouvel acquéreur leur soit communiqué. Depuis deux ans la réduction des effectifs a eu pour résultat la dégradation du service rendu et des conditions de travail. Une situation reflétant les difficultés financières du Groupe Flo (Brasseries Flo, Hippopotamus, Taverne de Maître Kanter, Tablapizza) notamment touché par la réduction de la fréquentation de ses tables parisiennes suite aux attentats.

Le cadre légal prévoit dans le cas d’une cession de fonds de commerce que l’intégralité du personnel soit repris par le nouveau gestionnaire et dans les mêmes conditions. Mais une fois de plus, ce sont les salariés qui font les frais des stratégies menées par les grands groupes. A l’avenir, ce sont 20 autres restaurants Hippopotamus qui pourraient être concernés. Et la Fédération du Commerce et des Services de rappeler qu’en 2015, "les restaurants Hippopotamus ont reçu 2,7 millions d’euros au titre du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).