La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Médico-social

Les salariés de l’Apajh 94 remportent la lutte

vendredi 27 octobre 2017

À l’issue des négociations, de mercredi 25 octobre, après un rassemblement devant le siège de l’APAJH 94 et devant l’Agence régionale de santé à Créteil, les salarié·e·s ont obtenu des postes, le paiement de leurs jours de grève, des commandes de matériel… « Une grande victoire », salue la CGT.

Après six jours de grève à la maison d’accueil spécialisée (MAS) de Bonneuil et trois jours à la MAS Robert Séguy à Alfortville renforcée par la mobilisation exceptionnelle des salarié·e·s des autres établissements de I’APAJH 94, les négociations ont enfin abouti !

Suite au rassemblement de mercredi devant le siège de I’APAJH 94, 150 salarié·e·s, accompagné·e·s par de nombreuses délégations venues d’autres établissements de la santé et de l’action sociale, de syndicats de l’interprofessionnel, de l’union départementale CGT, de la fédération Santé et Action sociale, des unions locales des territoires de Bonneuil, Créteil, Saint-Maur, Gentilly et de I’USR, se sont rendu en manifestation à I’ARS-DT-94 pour soutenir la délégation qui a été reçue dans la foulée.

Cette délégation composée de 9 représentant·e·s des salarié·e·s des MAS d’Alfortville et de Bonneuil, de représentant·e·s des IME, du centre d’habitat d’Alfortville et de l’USD Santé Action sociale de Val­ de-Marne a pu ainsi exposer aux représentant·e·s de l’agence l’ensemble des difficultés qu’il·elle·s vivaient au quotidien pour exercer leur mission auprès des personnes accueillies.

Si pour l’ARS les dotations en personnel dans les MAS sont suffisantes, elle indique, dans le cadre de son rôle de contrôle, vouloir regarder de plus près l’affection et l’utilisation des moyens mis à disposition dans les MAS.

À la suite de l’entretien à l’agence, les négociations avec la direction de I’APAJH 94 ont repris à 14 heures à la MAS d’Alfortville. Dès le début de séance, un document écrit reprenant les 5 points revendicatifs a été remis aux membres de la délégation.

Parmi ces points, la quasi-totalité répondaient à la demande de salarié·e·s. Seul celui sur les effectifs a fait l’objet de discussions supplémentaires sur quelques aspects techniques. Après une légère suspension de séance, la délégation est revenue à la table de négociations pour exposer de nouvelles proposions concernant le volume d’emplois fixes et emplois de remplacement. Finalement, la direction accepte de positionner un ETP sur chacune des MAS sur un poste « volant », qui servirait notamment à renforcer les équipes lors d’accompagnements de résident·e·s.

Considérant les propositions de la direction comme étant une avancée significative, la délégation s’est rendue auprès des salarié·e·s des 2 MAS en grève pour restituer le résultat des négociations et les faire valider...

Les propositions de la direction étant approuvées à l’unanimité des salarié·e·s des 2 MAS, les piquets de grève ont été levés et le travail a repris dans la foulée.

Rappel des points :

  • les salarié·e·s dont le jour de repos habituel n’est pas le dimanche, bénéficieront d’un repos d’égal durée en compensation des jours fériés légaux, travaillés ou non ;
  • dans un délai d’un mois suivant la signature de l’accord, un état des stocks de matériels et des modalités de mise à disposition sera établi et présenté au comité d’entreprise. L’employeur s’engage à procéder aux éventuelles commandes sans attendre la fin du processus ;
  • les rectifications de calcul des heures supplémentaires seront poursuivies le plus rapidement possibles. Les éventuelles remarques concernant les modifications déjà effectuées seront examinées et feront l’objet d’une explication écrite ;
  • une étude sur l’absentéisme dans les MAS sera confiée à un organisme choisi par l’employeur avec l’accord du comité d’entreprise et du CHSCT. Les conclusions seront présentées à ces deux IRP ;
  • trois postes seront créés dans chacune des MAS pour améliorer les conditions de travail des salarié·e·s et faire face aux remplacements. Au total, l’enveloppe budgétaire sera affectée dans le budget 2018 pour suppléer les absences et ainsi porter de 4 à 7 postes supplémentaires sur chacune des MAS, soit un effort budgétaire de 210 000 euros ;
  • les ressources tirées du CITS en 2017 seront utilisées conformément à l’accord Nexem pour des revalorisations salariales ;
  • le paiement intégral des jours de grève a été validé.