La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Interprofessionnel
    Les fédérations mobilisées à l’unisson le 28 juin ›››

    A l’occasion d’une journée de mobilisation interprofessionnelle le 28 juin 2018, de nombreuses catégories socio-professionnelles seront dans la rue pour dénoncer les politiques menées par le gouvernement. Avec d’autres syndicats étudiants, les jeunes CGT seront présents pour cette journée. Contre la politique idéologique menée par le gouvernement dans l’éducation, à travers l’instauration de la sélection à l’université qui laisse bon nombre de lycéens (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Villejuif
    La justice annule l’expulsion des syndicats de la Bourse du travail ›››

    Le 31 mai dernier, le Tribunal administratif de Melun a annulé son ordonnance du 9 août 2017, qui exigeait l’expulsion des syndicats de la Bourse du travail demandée par le maire de Villejuif. C"est une affaire qui dure depuis plusieurs années maintenant : en 2015, la mairie, souhaitant réaliser une opération immobilière, avait tenté d’en déloger les syndicats. Enfin, grâce aux mobilisations successives et à la ténacité des syndicalistes et au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Election carte de presse
    Le SNJ-CGT conforté comme deuxième syndicat de la profession ! ›››

    Jeudi 14 juin 2018, le deuxième tour des élections à la commission de la carte de presse s’est achevée, voyant le SNJ-CGT conforté comme deuxième syndicat de la profession avec 18,59% des voix, devant la CFDT. Malgré une campagne d’information active de la part de la commission de la carte et des organisations syndicales, le taux de participation demeure faible avec 37,5%. Le SNJ-CGT remercie les 2340 consœurs et confrères qui ont voté pour ses (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    Jeudi 14 juin, les retraités étaient dans la rue : « La CSG, ça nous casse les pattes » ›››

    Jeudi 14 juin 2018, à l’appel de neufs organisations syndicales ou associations, une nouvelle journée nationale de manifestations décentralisées dans tous les départements, au plus près des retraités, avait lieu. Ils étaient 10 000 à Paris, 700 à Clermont-Ferrand, 700 à Avignon, 500 à Nancy et rassemblés dans beaucoup d’autres villes pour interpeller le gouvernement qui affirmait cyniquement au même moment que « les aides sociales coûtent un pognon de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Energie
    Electriciens et gaziers mobilisés pour un service public de l’énergie ›››

    « Osez dire non à ceux qui veulent exploser le service public de l’électricité et du gaz ! » Les électriciens et gaziers du Secteur Distribution sont en lutte sur l’ensemble du territoire et occupent à ce jour 150 sites de distribution et 4 centrales de production : Agrandir la carte [ >https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1fVat-S6mIMj2AgTLkkYmuqubSOpA-vUF&ll=48.41731451190771%2C0.06926959765621632&z=6] « L’énergie est devenue (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Transport
    Privatisation d’ADP : un scandale ! ›››

    Le Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire est venu au siège social d’Aéroports de Paris annoncer au Comité Exécutif, puis en conférence de presse, que la privatisation d’A.D.P. a été décidée dans le cadre de la loi PACTE. Le Ministre a été interpellé dès son arrivée par les délégués des organisations syndicales qui ont manifesté leur vive opposition au projet de privatisation. Sous la pression des représentants des salariés mécontents, le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agroalimentaire
    Cession fantôme chez Nestlé pour éluder un PSE ›››

    Alors que Nestlé décide fin 2015 de céder une partie de son « activité » PURINA à un repreneur inconnu, ce dernier a annoncé le 24 mai 2018 à ses salariés qu’il dépose le bilan. Face à ce simulacre de cession (cession de 60 salariés sans transfert d’actifs) dont le but est d’éluder la solution légale de PSE, les salariés se battent aujourd’hui pour que justice soit rendue et que chacun assume pleinement ses responsabilités dans cette opération désastreuse. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Bras de fer à la clinique Saint-Pierre (Perpignan) entre les salariés en grève et la direction ›››

    Depuis le mardi 5 juin, les salariés de la clinique Saint-Pierre du groupe ELSAN, à Perpignan, sont en grève afin que la direction fasse droit à leurs revendications. Depuis le mardi 5 juin, les salariés de la clinique Saint-Pierre du groupe Elsan, à Perpignan, sont en grève. Face à cette contestation, la direction reste inflexible, arguant que cette protestation n’émane pas des délégations syndicales légales à l’intérieur de la clinique. Face au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Smovengo
    Licencier au lieu de négocier, il fallait oser ! ›››

    A la suite du conflit qui l’oppose la majorité de ses salariés depuis le 17 avril, Smovengo a trouvé mieux que d’ouvrir des négociations : licencier ! Plusieurs salariés ont en effet reçu le 9 juin une lettre de licenciement pour fait de grève. Tout ceci est la suite de la lutte menée par les salariés de Cyclocity (filiale de JCDecaux), qui s’étaient battus fin 2017 pour conserver leur emploi lors du changement de contrat de la Mairie de Paris vers (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Énergie
    L’Etat abandonne sa souveraineté gazière au marché et aux financiers  ›››

    Le gouvernement a annoncé qu’il sortirait du capital d’Engie après le vote de la loi Pacte. Cette décision est l’aboutissement d’une posture « tout marché » qui fait fi de la maîtrise des services publics. La communication gouvernementale accumule les contradictions pour essayer de justifier l’injustifiable. Le ministre de l’Economie a ainsi déclaré qu’il n’avait pas vocation à garder des parts dans les secteurs concurrentiels mais « qu’il doit garder la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Environnement
    Pour rendre au service public de protection de l’environnement sa grandeur ›››

    Alors que la CGT s’adresse le 13 juin aux participants aux Assises nationales de la Biodiversité à Valenciennes, les salariés du service public de protection de l’environnement lancent l’alerte. L’Etat veut-il continuer à donner la priorité aux économies à court terme ou essayer d’éviter le désastre écologique ? Aux Assises nationales de la diversité, le 13 juin à Valenciennes, la CGT et les salariés du service public de protection de l’environnement (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Buzz de la vidéo de soignants toulousains reprenant « Basique » d’Orelsan ›››

    Leur vidéo est devenue virale, atteignant plus de 2,7 millions de vues en moins de deux jours sur la page Facebook CGT CHU Toulouse. Les soignants en lutte du CHU de Toulouse et d’autres structures toulousaines ont adressé un message fort à leurs directions ainsi qu’au président de la République en s’inspirant du célèbre clip « Basique » d’Orelsan. L’objectif de ce clip est de montrer les aberrations du système actuel de soin que tout professionnel vit (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Béziers
    La mairie préfère-t-elle sa police aux enfants de la ville ? ›››

    Lors du comité technique (CT) de la mairie de Béziers, le seul point porté à l’ordre du jour concernait la restructuration du temps scolaire et périscolaire liée au passage à la semaine de quatre jours pour l’année scolaire à venir. Les choix présentés, définis sans concertation en amont, ont obligé la CGT à dénoncer la méthode employée, d’autant que le conseil municipal avait validé l’ensemble avant la moindre réunion groupe de travail chargé de réfléchir au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Maritime
    Contre l’exploitation des enfants asiatiques dans le démantèlement des navires ›››

    Le démantèlement des navires en fin de vie est toujours aussi inacceptable. Plus de 70% des navires européens sont démantelés sur les plages d’Asie du Sud, au mépris des conditions sociales et environnementales. La CGT appelle la France à intervenir afin de stopper ces pratiques scandaleuses. Chaque année, ce sont plus de 70 % des navires européens qui sont démantelés sur les plages d’Asie du Sud. Afin de se soustraire à leur responsabilité sociale (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Hôpital psychiatrique du Rouvray
    Plus de deux mois et 15 jours de grève de la faim pour obtenir 30 postes ›››

    En grève depuis le 22 mars, des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray à Sotteville-les-Rouen (Seine-Maritime) réclamaient, avec leurs syndicats CGT, CFDT, CFTC et Sud, la création de 52 postes pour remédier au manque de moyens humains qui mettait littéralement en péril les patients. La mobilisation très forte des personnels, à la hauteur de l’urgence de la situation, n’a pas permis d’ouvrir de négociations, et, le 22 mai, sept salariés se (...)
    Voir tout le texte ›››
  • En direct de l’OIT
    Journal de bord d’une bataille pour une convention contre les violences sexistes et sexuelles ›››

    L’Organisation Internationale du Travail (OIT) à débattu, du 27 mai au 6 juin 2018, de l’adoption d’une nouvelle convention contre les violences et le harcèlement au travail. S’y sont retrouvés des représentants de tous les États, des travailleurs et des employeurs. La CGT y représentait les salariés français, avec une délégation composée de Bernard Thibault, membre du Conseil d’Administration de l’OIT et ancien Secretaire Général de la CGT, Sophie Binet, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Presse
    La lutte reprend chez ASH ›››

    Les salariés de la rédaction des Actualités sociales hebdomadaires repartent en grève suite au non-respect par la direction de l’accord signé le 19 janvier 2018, fin d’un conflit qui avait alors duré près de trois semaines. Moins de six mois après leur premier mouvement, les salariés du périodique Actualités sociales hebdomadaires — ASH — sont repartis en grève le 11 juin 2018. En effet, avec le mépris dont elle a déjà fait montre, la direction revient (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    Fermeture programmée inacceptable du site Ford de Blanquefort ! ›››

    Jeudi 7 juin 2018, la direction de Ford Europe a annoncé sa décision de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) concernant le site de Blanquefort (Gironde), entraînant une fermeture programmée inacceptable ! Les pouvoirs publics doivent rapidement prendre leurs responsabilités, afin d’éviter une catastrophe sociale. En l’espèce, jeudi 7 juin 2018, la direction de Ford Europe a annoncé sa décision de mettre en place un plan de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Assurance-chômage
    Décryptage de la dette de l’Unédic ›››

    Un groupe de travail, composé de militants issus du monde associatif ou syndical et baptisé Groupe d’audit citoyen de la dette de l’assurance chômage (Gacdac) vient de publier un rapport intermédiaire de plus de 50 pages. Ce rapport analyse — chiffres, tableaux et documents à l’appui — la dette de l’Unedic et met en garde contre la réforme préparée par le gouvernement, qui vise, selon les auteurs, tout l’édifice de la protection sociale. De 1981 — (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Enseignement supérieur
    Parcoursup, premier bilan, catastrophique ›››

    La CGT Éduc’action dresse un premier bilan — catastrophique — de la plateforme Parcoursup. Malheureusement, les craintes de la CGT se confirment, avec des élèves angoissés et des classes populaires sacrifiées, dans le cadre d’un système de plus en plus élitiste. Par conséquent, la CGT Éduc’action exige l’ouverture de places nécessaires en Licence, ainsi que l’abrogation de la loi ORE (orientation et réussite des étudiants) et des projets de réformes des (...)
    Voir tout le texte ›››

Négociations de la Convention assurance chômage

Les propositions de la CGT

mercredi 9 mars 2016 , par Alessandro Vitagliano
Dans cette vidéo Eric Aubin, dirigeant de la CGT, nous parle des propositions de la CGT dans la négociation assurance chômage.

Cet article vise à faire connaître les propositions de la CGT dans la négociation assurance chômage. Elles ont été construites à partir du constat partagé suivant :
la précarité est un fléau dans notre société et un coût pour l’assurance chômage,

• les entreprises usent et abusent des ruptures conventionnelles, notamment concernant les seniors,
• tous les clignotants sont au rouge : chômage des jeunes, des seniors et de longue durée,
• la durée au chômage augmente,
• Les employeurs n’assument pas leurs responsabilités en matière de formation de leurs salariés.

Avec ces propositions, la CGT entend améliorer le sort des demandeurs d’emploi dont seuls 43,3 % sont indemnisés. Elle vise l’objectif d’un accompagnement qui leur permette un retour à l’emploi dans de bonnes conditions.
Elle entend réduire le déficit en s’attaquant aux causes.

C’est dans cet esprit que la délégation CGT c’est rendue à ces négociations en ayant l’ambition d’apporter une nouvelle pierre à la construction d’une sécurité sociale professionnelle.

Situation de l’Unedic

La CGT a donc construit ses propositions en s’atta- quant aux causes du déficit et avec l’objectif de construire une sécurité sociale professionnelle amé- liorant la vie des salariés et des demandeurs d’emploi.

Les deux principales causes du déficit de l’Unédic sont :
1. la précarité ;
2. conséquences de mesures qui amènent à un transfert de caisses.

1. La précarité

Selon les services de l’Unédic, la précarité coûte à l’assurance chômage près de 9,3 milliards d’euros.

Derrière précarité, il faut entendre :
• contrats courts ;
• temps partiel, activité réduite.
Dans la dernière convention, une sur cotisation a été mise en place. Elle n’a rapporté que 70 millions d’euros contre 150 attendus. Si on prend la mesure compensatrice qui permettait aux employeurs de bénéficier d’une réduction des cotisations pour les embauches de salariés de moins de 26 ans qui a coûté 74 millions, le solde est négatif à hauteur de 4 millions d’euros.
De plus, les contrats d’intérim ont été écartés de la sur cotisation avec l’argument selon lequel le PRISME s’engageait à créer 20 000 CDI intéri- maire. Aujourd’hui, 2 882 ont été créés.
L’objectif n’a donc pas été atteint.

Propositions de la CGT
Niveau de cotisation
Sur cotisation des contrats courts et à temps partiel
CDD et intérim :
• contrat de moins de un mois : 12,40 % de cotisation patronale,
• contrat de un à deux mois : 10,40 % de cotisation patronale,
• contrat de deux à six mois : 8,40 % de cotisation patronale.

Pour tout contrat supérieur à six mois ou en CDI, le taux normal est appliqué, soit 6,4 %. Seuls seraient exclus de cette taxation les remplacements pour maladie, congé maternité, congé parental, formation.

Les contrats à temps partiels de moins de 24 h hebdomadaires seront taxés sur la base d’un temps plein, la sur cotisation salariale étant prise en charge par l’employeur.

Mieux indemniser les plus précaires
Aucune indemnisation ne doit être inférieure au seuil de 80 % du Smic.

Activité partielle, y compris pour l’intérim
Le salarié reprenant une activité réduite pourrait cumuler ses salaires avec les allocations perçues. La limite étant soit l’atteinte du Smic pour ceux dont l’indemnisation est inférieure au Smic, soit le dernier salaire pour les autres.

2. Conséquences de mesures qui amènent à un transfert de caisses

Une autre cause du déficit, au-delà des conséquences liées à la crise, est liée à des évolutions législatives, des accords qui ont eu des effets de transfert de caisse, c’est le cas notamment :

• des ruptures conventionnelles dont le nombre de 2 millions, depuis la création, a été franchi en octobre dernier et les 350 000 pour l’année 2015 alors que les démissions sont en baisse. Avec les ruptures conventionnelles, nous avons un effet d’aubaine certain, notamment concernant le chômage des seniors qui résulte plus de pré-retraites déguisées ;
• le report de l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans qui renvoie nombre des plus de 60 ans à l’assurance chômage.

Une des conséquences est notamment l’allongement de la durée du chômage avec :

• pour le chômage de longue durée :
– chômeurs de un an à moins de deux ans : +81000 en un an,
– chômeurs de deux à trois ans : + 20 100 en un an,
– chômeurs de plus de trois ans : + 114 800 en un an,

• pour la durée moyenne du chômage des plus de 50ans :
– 546 jours contre 518, soit + 28 jours en un an.

Si le chômage des jeunes de moins de 25 ans baisse sur un an de 4,5 % en catégorie A, notamment sous l’effet des contrats aidés, il augmente de 7,8 % en catégorie B et C. La durée moyenne d’indemnisation des jeunes de moins de 25 ans augmente de six jours pour passer de 162 à 168 jours.

La part des demandeurs d’emploi indemnisés au titre de l’assurance chômage, toutes catégories confondues (A, B, C, D, E), est de 44 % en intégrant les demandeurs d’emploi indemnisés au titre de la solidarité nationale.

La CGT propose de revoir les droits.
Conditions pour être indemnisé, nous proposons :
• pour les primo demandeurs d’emploi, l’abaissement de quatre à deux mois pour être indemnisé ;
• de porter la durée d’indemnisation de 24 à 30 mois et de 36 à 60 mois pour les seniors ;
• de revenir au différé d’indemnisation de 75 jours ;
• pour les démissions autres que celles relevant de motif légitime recensé, la CGT propose un passage en IPR pour étude de la situation du demandeur d’emploi avec examen des motifs ayant conduits à la démission pour une admission immédiate selon les règles fixées ;
• lorsque des salariés se retrouvent au chômage suite à la défaillance de leur employeur, fait constaté par un PV de l’inspection du travail ou par une prise d’acte, les droits à indemnisation sont ouverts sur la base des bulletins de salaire jusqu’à régularisation ultérieure par le mandataire judiciaire ;
• droits rechargeables.
Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi et indemnisés par le régime d’assurance-chômage bénéficient d’un compte rechargeable qu’ils pourront activer à la fin de leurs droits ouverts en tenant compte des éléments suivants :
• un jour de travail égal à un jour de droits ;
• période de référence d’activation du droit rechargeable équivalente à la durée de l’ouverture du droit ;
• niveau d’indemnisation : le demandeur d’emploi, au bout d’un mois de travail consécutif peut demander le recalcul de son taux. Les périodes de formation de maternité et de maladie sont neutralisées.

Exemple : Chômeur avec vingt-quatre mois de droits ouverts
Un demandeur d’emploi a une période de vingt-quatre mois ouverts. Durant ces vingt-quatre mois, il retravaille à plusieurs reprises pour une durée totale de quarante-cinq jours. À l’issue des vingt-quatre mois, il se verra ouvrir un droit supplémentaire de quarante-cinq jours d’indemnisation.

Emploi des seniors

On observe une hausse du nombre de demandeurs d’emploi senior catégorie A de près de 70 % en quatre ans. Pour les plus de 60 ans, une hausse de 874 % toutes catégories confondues.
Sur les 128 400 demandeurs d’emploi supplémentaires sur un an, 74 500 ont plus de 50 ans.
Le chômage des seniors continue de croître pour atteindre 1 269 000, soit 47 % du total des demandeurs d’emploi catégories A, B et C.
80 % des ruptures conventionnelles sont à l’initiative de l’employeur.

La CGT propose que
• l’employeur qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 50 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 12 % du montant de la transaction ;
• celui qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 55 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 10 % du montant de la transaction ;
• celui qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 60 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 8 % du montant de la transaction.
Cette contribution ne peut, en aucun cas, être retenue sur le montant de la transaction qui bénéficie au salarié.

Déplafonnement

Il ne peut y avoir déplafonnement des cotisations sans déplafonnement des prestations.
Selon une note de l’Unédic, environ 133 000 personnes seraient concernées par un déplafonnement des cotisations pour un nombre de 1 200 qui le seraient par un relèvement des prestations. L’économie réalisée serait de l’ordre de 700 millions d’euros.

La CGT propose :
• un déplafonnement simultané des contributions et des allocations.

Formation des demandeurs d’emploi

Comme le soulignait la DARES dans une enquête de septembre 2014 sur la mise en œuvre du CSP, « les bénéfices de la formation sont d’autant plus importants pour les [demandeurs d’emploi] adhérents au CSP que ceux-ci sortent tout juste de l’emploi et se projettent très vite dans l’emploi »

Par ailleurs, l’ambition affichée du gouvernement de former plus de demandeurs d’emploi et de trouver les financements correspondants ne doit pas occulter la responsabilité des employeurs en matière de formation.

La qualification est la meilleure garantie pour le maintien dans l’emploi, tout en étant un élément pour la compétitivité des entreprises.

C’est pourquoi la CGT propose :
Lorsqu’un demandeur d’emploi s’inscrit à Pôle Emploi et peut justifier d’au moins vingt-quatre mois de travail dans les cinq dernières années dans son ou ses précédents emplois, il doit bénéficier d’un droit à une formation diplômante ou quali- fiante financée par l’entreprise, ouverte sur les douze premiers mois d’indemnisation à Pôle Emploi. A fortiori quand il n’a pas bénéficié de formation lors des cinq dernières années.
En cas de défaillance de l’entreprise, la formation pourra être financée :
• par le CSP ;
• par les contributions « professionnalisation » mutualisées au sein de l’OPCA auquel l’entre- prise a versé sa contribution formation (1 %) ;
• dans le cadre de la portabilité du CIF pour les demandeurs d’emploi sortant d’un CDI qui aujourd’hui perdent tout droit au CIF à la rup- ture de leur contrat de travail ;
• dans le cadre du CIF CDD ou intérimaires pour les travailleurs précaires.
Les différentes modalités de financement restent à déterminer, l’important étant qu’aucun privé d’emploi ne soit privé de cet accès à une formation qualifiante ou diplômante lui permettant une réelle reconversion professionnelle.

En ce qui concerne l’indemnisation

• Garantir au demandeur d’emploi entrant en formation une allocation équivalente à l’ARE perçue pendant toute la durée de la formation.

Le 4 pages, en PDF, des propositions CGT