La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Holiday Inn Clichy (92)

Les « invisibles de la sous-traitance » iront demander justice à Bruxelles

lundi 8 janvier 2018

Depuis le 19 octobre 2017, la majorité des femmes de chambre, gouvernantes, plongeurs et équipiers du sous-traitant de la propreté Héméra, soutenus par la CNT et la CGT-Hôtels de prestige et économiques, sont en grève reconductible à l’hôtel Holiday Inn de Clichy (marque d’Intercontinental Hotels Group, lire nos précédents articles du 7 décembre 2017 et du 2 janvier 2018).

Après avoir manifesté devant un Holiday Inn à Barcelone et devant le siège social d’Intercontinental Hotels Group à Londres, c’est à Bruxelles qu’ils veulent faire entendre leurs voix auprès des parlementaires européens, le 10 janvier.

  • Parce qu’être payé à la chambre et ne pas être payé de toutes ses heures de travail est illégal, ça s’appelle du « travail dissimulé » ;
  • parce que travailler à l’Holiday Inn de Clichy et ne pas bénéficier d’un statut social équivalent aux personnes employées directement par l’hôtel est scandaleux et constitue un délit de marchandage ;
  • parce qu’elles et ils ont droit au respect de leur dignité, qu’elles et ils soient d’origine immigrée ou pas ;
  • parce que le groupe Inter-Continental (4 400 hôtels dans le monde) propriétaire, entre autres, de la marque Holiday Inn, a fait 400 millions d’euros de bénéfices l’an dernier et a largement les moyens de satisfaire les revendications des grévistes de Clichy.

Plus motivés que jamais, et forts des soutiens des syndicats comme de nombreux citoyens et élus, ils ont conscience qu’abandonner cette lutte signifierait « le retour à l’esclavage moderne qu’ils subissent dans la sous-traitance hôtelière » et n’entendent pas lâcher.