La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Sport
Publié le vendredi 3 septembre 2004

Les activités physiques et sportives : un besoin et une exigence du XXIe siècle



La société du XXIe siècle plonge ses caractéristiques dans l’évolution économique libérale, laquelle impose, si l’on ne propose pas d’alternative, ses propres choix essentiellement basés sur le profit immédiat, d’où les contraintes de rentabilité et de productivité.

Dans leur grande majorité, ce sont les salariés qui subissent de plein fouet l’onde de choc qui en résulte : restructurations des entreprises, déstructuration des horaires, baisse importante du pouvoir d’achat, problème de subsistance pour les catégories les plus défavorisées et, aujourd’hui, menace sur les retraites. C’est la dictature des marchés !
Dans ce contexte, et alors que nous sommes plongés dans une société qui fait la part belle aux loisirs, donc au activités physiques et sportives, et que la mise en place des 35 heures devrait être un élément moteur dans ce domaine, nous assistons à une dégradation des conditions de pratique. Les équipements et les infrastructures des clubs en général, et des clubs d’entreprise en particulier, sont remis en cause pour des raisons financières. Le patronat profite de l’éclatement des entreprises en multiples filiales de moindre taille pour se débarrasser du patrimoine sportif, et réduire les ressources des comités d’entreprise. Les bénévoles ont de plus en plus de contraintes pour exercer leurs responsabilités, alors qu’ils sont pour la plupart devenus employeurs et encadrants sportifs. Ils rencontrent des difficultés souvent liées aux moyens, mais aussi à la formation et à une reconnaissance de leur action.
Alors que le besoin de professionnels est de plus en plus criant, on assiste à une précarisation de l’emploi. Le salariat, souvent saisonnier, se retrouve marginalisé, que ce soit en terme de formation, de rémunération ou de protection sociale.
Quant aux sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, ils rencontrent des problèmes concernant le suivi médical, l’encadrement, les conditions de pratique et, pour la deuxième catégorie, ceux concernant l’intégration en entreprise, la syndicalisation, face à ce nouveau type de patronat que sont les propriétaires de clubs professionnels.
La structuration du sport en France, sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et des Sports, est révélatrice des enjeux, qu’ils soient de pouvoir ou financiers. Elle nécessite une réflexion sur une évolution désormais indispensable de son organisation et des responsabilités.
C’est pourquoi il est apparu nécessaire à la commission « Sport » de la Cgt de réaliser un dossier balayant l’ensemble vaste des sujets concernés par les pratiques sportives et les activités physiques et sportives, qui ne soit pas une fin en soi, mais un révélateur de ces enjeux et de la responsabilité de l’organisation syndicale.