La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Mory-Ducros

Le plan social va être réexaminé !

lundi 7 juillet 2014

En novembre 2013, l’entreprise de transport Mory-Ducros était placée en redressement judiciaire. Pour la sauver, la société avait été rachetée par son actionnaire majoritaire, Arcole, au prix de 2 800 licenciements. Aujourd’hui, après les recours déposés conjointement par la CGT-CFDT-CGC, la justice pourrait remettre en cause le plan social, ce qui occasionnerait d’importants dommages et intérêts pour les salariés.

Ce recours porte sur les critères de licenciements et sera examiné le lundi 7 juillet par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) pour une décision rendue à la fin du mois.

Le plan social mis en œuvre début mars va donc être examiné par le tribunal administratif. Si le feu vert de l’administration est annulé, les licenciements seront considérés « sans cause réelle ni sérieuse ». Mory-Ducros ayant été liquidé, les salariés ne peuvent pas réintégrer l’entreprise, mais peuvent demander des dommages et intérêts.

Pour Fiodor Rilov, avocat représentant un collectif de 1 000 salariés licenciés, « le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) s’est contenté d’exposer une brochure de mesures possibles, financées par la collectivité et que les salariés auraient de toute façon pu obtenir. »

L’avocat promet d’ouvrir « avant septembre » une autre procédure, devant le tribunal de grande instance, contre les actionnaires de Mory-Ducros.

Maître Rilov explique qu’Arcole et sa maison mère Caravelle ont tenté de mener l’entreprise « à une faillite certaine de telle sorte que les licenciements soient pris en charge par la collectivité ». Il ajoute que le sauvetage de l’entreprise par Arcole, actionnaire majoritaire de l’époque, est « une opération totalement illégale ».

La CGT-Transports et une centaine des salariés licenciés de Mory-Ducros sont allés manifester, lundi 7 juillet, devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise pour exprimer leur colère.