La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Sport
Publié le jeudi 26 juin 2008
Conseil National des Activités Physiques et Sportives

Le gouvernement programme la fin du CNAPS



Le projet de décret annonçant la suppression du CNAPS, a été remis à ses membres lors de l’assemblée générale du 25 juin 2008.
Cette décision unilatérale, prise sans concertation, mais surtout sans véritables motifs, hormis le fait que le CNAPS est un organisme consultatif totalement indépendant et pluraliste, est inacceptable.

Sa création avait été souhaitée par l’ensemble des mouvements progressistes de l’éducation populaire et des activités physiques et sportives (APS), dont la CGT. Créé officiellement en 1984, il faudra attendre 2001 pour qu’il soit mis en place. Il a la particularité d’être une des rares instances d’échanges démocratiques et constructifs de ce pays.
C’est aussi le seul lieu où les organisations syndicales, dont la CGT, peuvent s’exprimer et dialoguer avec l’ensemble des acteurs du mouvement sportif et plus particulièrement le Comité National Olympique et Sportif Français.
La richesse des débats et la qualité des travaux qui y règnent ont permis de contribuer à des avancées significatives dans le domaine des APS, de la Recherche, des équipements sportifs, et surtout de mener une réflexion sociale sur les pratiques et les métiers du sport.
C’est ainsi que le CNAPS a pu affirmer des positions fortes et consensuelles, concernant les dérives récurrentes du sport marchand, la violence dans le sport ou encore la « casse » du Code du sport.
La CGT, forte de sa présence dans le mouvement sportif et chez les salariés du sport, a contribué à faire partager ses idéaux de progrès et d’avancées sociales.
Elle a toujours été écoutée et surtout entendue au niveau de ses analyses sur les 7 ans écoulés, par l’ensemble des participants et par sa présidente, Madame Edwige Avice, ancienne Ministre des sports.

La décision du gouvernement de supprimer le CNAPS est un nouveau déni de démocratie et une faute politique. Elle vise à supprimer une instance qui n’a pas d’égale dans le pays.
Elle s’inscrit dans une logique ultra-libérale où tous les garde-fous, règlements et codes doivent disparaître, mettant en péril le monde sportif associatif où se retrouvent des millions de Français pratiquant une activité physique sans être pour autant des sportifs de haut niveau.

La CGT appelle à la mise en en échec cette décision et réaffirme son exigence d’une véritable politique du sport au service des citoyens.

Montreuil le 26 juin 2008