mis à jour le 23 octobre 2014

Enquêteurs Insee

Le conflit dure pour les salaires et le statut

lundi 12 mars 2012 , par F. Dayan

Le mardi 13 mars devrait constituer un nouveau temps fort dans le long conflit qui oppose les enquêtrices et enquêteurs de l’Insee à la direction de l’institut. Le contentieux porte sur les salaires et le statut de ces salariés pigistes.

Une grève sans précédent secoue l’Insee. En effet, ces précaires, essentiellement des femmes, revendiquent une rémunération correcte pour leur futur statut. Ce mouvement a débuté début novembre, et s’amplifie au fil des semaines.

Elles et ils revendiquent également l’application de la loi Sauvadet sans conditions défavorables qui les précariseraient davantage.

C’est pourquoi :
- l’indice des prix est fortement perturbé suite à une grève depuis le mois de novembre
- les chiffres du chômage de juin seront perturbés. En effet, les enquêtes non collectées actuellement pour fait de grève auraient dû servir à faire ses calculs.

Après 3 semaines de rupture des négociations par la direction, le nouveau directeur général de l’Insee, Jean-Luc Tavernier, arrivé en début de semaine, a brièvement reçu l’intersyndicale et des représentant-e-s des enquêtrices et enquêteurs jeudi 8 mars. Il a enregistré les revendications, sans s’engager à ce stade. Il a formé le vœu que la loi Sauvadet ne défavorise pas les enquêtrices et enquêteurs. Le volet rémunération n’a donné lieu à aucune ouverture. Rappelons que la rémunération proposée par l’Insee est très proche du Smic pendant plus des dix premières années de carrière.

Les enquêtrices et enquêteurs attendent donc maintenant des engagements fermes et écrits de la part de la direction de l’Insee et des ministères Economique et Financier.