La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Liberté d’expression

Le SNJ-CGT dénonce la "timidité" de l’AFP face au nouveau pouvoir

vendredi 23 juin 2017

L’agence France Presse (AFP), l’une des trois principales agences mondiales, aurait-elle des scrupules à couvrir les affaire qui portent l’opprobre sur le nouveau gouvernement ? C’est ce que pense le SNJ-CGT, qui s’est fendu d’un communiqué sur la question. Selon le syndicat, l’affaire Richard Ferrand, sortie par le Canard Enchainé, dans son édition du 24 mai, aurait pu être révélée par l’AFP. Des journalistes de l’agence étaient en possession des informations sur l’affaire Ferrand, mais la rédaction en chef France a refusé de les publier. "Généralement un média met les bouchées doubles pour enquêter sur ce type d’informations quand elles se présentent. Pas à l’AFP, où les courrriels de journalistes adressés à la rédaction en chef France soit sont restés sans réponse, soit ont reçu une réponse peu encourageante".

Ces mêmes journalistes de l’AFP se sont vu opposer un refus de publier de la part de la même rédaction en chef, lorsqu’ils ont proposé le témoignage exclusif de l’avocat en charge de la vente de l’immeuble des Mutuelles de Bretagne en 2010-201.
Avant l’affaire Ferrand, le 17 mai, une dépêche, annonçant que le garde des sceaux François Bayrou allait être renvoyé en correctionnelle pour diffamation, n’a pas non plus été diffusée, sur ordre de la rédaction en chef.

Face à ces "ratés", les syndicats ont pu interroger leur direction lors de la réunion des délégués du personnel, "qui s’est montrée incapable de justifier de manière argumentée les choix de sa rédaction en chef". Le SNJ-CGT appelle la direction et la rédaction en chef de l’AFP à s’expliquer sur le traitement incompréhensible de l’affaire Ferrand.