La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Immigration
Publié le jeudi 1er juillet 2004

La vérité sur la démarche et le programme du Front national



La Front national est le parti de la démagogie. Ses pratiques font fi de toute honnêteté intellectuelle et morale. Les mots changent en fonction des circonstances, du climat politique et social et de l’audience, mais les idées demeurent fondamentalement inchangées. Il mise sur la peur et nourrit la haine.

Extrait de l’article
A la haine vis-à-vis des progressistes qui marquait ses premières années d’existence, s’est ajoutée la haine vis-à-vis des immigrés, puis
la haine vis-à-vis de tout ce qui viendrait menacer, de l’extérieur, la France et son identité. À chaque étape, une nouvelle catégorie
d’ennemis s’est ajoutée aux anciennes. Il est légitime que les syndicalistes combattent ces idées avec la plus grande détermination.

Une stratégie de manipulation

L’extrême droite manipule l’opinion des citoyens, et particulièrement celle des couches sociales les plus modestes, en profitant de leurs souffrances, de leur amertume et de leur frustration. Dans cette perspective, il emploie une stratégie à double détente : d’une part,
il présente tous les autres mouvements politiques et sociaux comme faisant partie d’un seul ensemble dont les pratiques léseraient la France en général et particulièrement les classes sociales les plus défavorisées.
Pourtant, le programme du FN est fondé sur le libéralisme économique qui est à l’origine de la plupart des maux sociaux sur lesquels il s’appuie pour tromper les gens et gagner des voix. D’autre part, il prétend que
tous les partis politiques auraient les « mains sales » sauf le FN. C’est vouloir dissimuler derrière les affaires les plus médiatisées que les élus et militants du FN ont été condamnés plusieurs fois devant divers tribunaux. C’est vouloir cacher que le parti de l’extrême droite a
assuré la gestion des villes avec les résultats que l’on sait : corruption, ségrégation raciale, atteinte aux libertés individuelles et collectives, recul culturel...
À présent, le parti lepeniste cherche à se libérer d’une image véhémente et agressive qu’a véhiculée Le Pen. Cette nouvelle mission est confiée à sa fille qui, avec un langage moins dur, cherche à donner une tonalité apparemment plus sociale aux discours de l’extrême
droite. Ainsi, après avoir bâti toute sa campagne sur le thème de la sécurité et nourri les peurs sur ce sujet, le parti lepeniste récupère le thème de « l’insécurité sociale ». Cette récupération est scandaleuse quelle que soit l’aggravation du chômage et de l’exclusion résultant
des politiques désastreuses des gouvernements. Le parti lepeniste ne veut pas développer les droits sociaux. Au contraire, il veut accélérer la déréglementation, la réduction des dépenses publiques et sociales ;
il veut aussi supprimer l’impôt sur le capital et les revenus. Autrement dit, si elles étaient appliquées, les politiques qu’annonce le FN aggraveraient encore plus les difficultés auxquelles sont confrontées notamment les couches les plus modestes.
Le parti de Le Pen profite à plein des erreurs des décideurs politiques. En l’occurrence pour cette campagne régionale, il mise sur la façon dont le gouvernement Chirac-Raffarin a géré le problème du voile à l’école ainsi que sur les réactions du chef de l’État et de la
majorité parlementaire concernant la condamnation d’Alain Juppé au tribunal de Nanterre. Le FN cherche non sans succès à récupérer les débats autour du voile pour nourrir la haine vis-à-vis des immigrés et faire l’amalgame entre l’immigration et l’intégrisme. Parallèlement,
profitant de l’affaire Juppé, il prétend que le FN est le seul parti qui ne serait pas impliqué dans les affaires. Ce qui est totalement faux. Le Pen et d’autres responsables du FN ont été, à plusieurs reprises,
condamnés à des peines diverses.
Cette stratégie démagogique permet difficilement, surtout pour le citoyen peu familier avec les mécanismes profonds du fonctionnement de l’économie et de la société, de se rendre compte des contradictions entre le discours lepeniste et son projet de société qui est totalement inégalitaire et dans lequel tout doit être misau service des intérêts du capital. Le parti lepeniste ne veut pas d’une France plus solidaire ; il veut une France où les salariés et les travailleurs français se mettraient
de façon la plus efficace possible au service des capitaux français.
...