La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Mayotte

La révolte gronde !

mercredi 16 septembre 2015
PDF - 134.9 ko
Texte en pdf

Depuis plusieurs semaines, la situation sociale se tend dans l’île mahoraise, au cœur de l’Océan Indien.

De nombreuses entreprises ont connu des mouvements de grève durs cet été, la SOMACO (plus de 37 jours de grève), BDM (groupes de grande distribution), Orange, SFR… Au cœur des revendications, l’application des conventions collectives nationales unifiées. Mayotte, 101ème département français dispose d’un code du travail spécifique et seules deux conventions collectives nationales sont appliquées. En résulte une inégalité de traitement entre les salariés d’un même groupe, avec notamment de fortes disparités salariales. Face au coût extrêmement élevé de la vie à Mayotte et l’absence de changement (le gouvernement a promis l’application du code du travail français en… 2018), c’est toute la population qui gronde. Salim Nahouda, secrétaire général de la CGTMa prédit une crise sans précédent si rien ne change et en appelle à une « révolution sociale »

Le vase est prêt de déborder et la goutte d’eau est la tentative de licenciement des délégués syndicaux de la COLAS (groupe d’infrastructures de transport), meneur d’une grève au mois de juin. Parmi les 400 grévistes, seuls les 4 délégués syndicaux, CGT et CFDT, ont été inquiétés. Il s’agit là clairement d’une atteinte à la liberté syndicale et au droit de grève, orchestrée par l’intimidation et la menace de licenciement. La CGT condamne fermement cette tentative patronale de casser les mouvements sociaux légitimes et soutient la CGTMa dans sa lutte auprès des délégués et des salariés.

La CGT soutient pleinement la CGTMa dans ses revendications, à savoir le renforcement du Droit syndical et des Instances Représentatives du Personnel, l’abandon des poursuites des salariés pour faits de grève, l’application immédiate du Code du travail à Mayotte ainsi que des conventions collectives nationales. Elle témoigne de sa plus grande solidarité aux travailleurs mahorais et est aux côtés de la CGTMa dans son combat pour la justice sociale à Mayotte.

Montreuil, le 16 septembre 2015