La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Violences sexistes et sexuelles
    Une norme OIT et cinq propositions contre les violences et le harcèlement au travail ›››

    « En Europe, 40 à 50 % des femmes déclarent avoir été l’objet de sexisme et de harcèlement sur le lieu du travail », expliquait hier Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale lors de la conférence organisée par la CGT en marge de la journée d’étude sur les violences sexistes et sexuelles rassemblant 200 militant·e·s. La Confédération syndicale internationale (dont est membre la CGT) a gagné l’inscription à l’ordre du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé et action sociale
    Relaxe pour la lanceuse d’alerte Céline Boussié ›››

    Ancienne aide médico-psychologique salariée (de 2003 à 2008) de l’Institut médico-éducatif de Moussaron dans le Gers, Céline Boussier était poursuivie pour diffamation par son employeur. Pour avoir dénoncé aux médias les maltraitances institutionnelles dont elle était témoin sur les enfants polyhandicapés accueillis par l’IME, elle comparaissait le 21 novembre devant le Tribunal correctionnel de Toulouse. En 1995 puis en 1999, trois salariés de l’IME (...)
    Voir tout le texte ›››
  • FNIC-CGT
    Ordonnances Macron : mobilisation dans le secteur pétrolier ›››

    A compter d’aujourd’hui, 23 novembre, la CGT appelle à l’arrêt de travail dans l’ensemble de la branche pétrole, sur tous les sites, raffinage, pétrochimie, dépôts de carburants et dépôts portuaires, stations aéroportuaires d’avitaillement, etc. Les syndicats CGT de la branche Pétrole se sont réunis le 25 octobre dernier. La FNIC-CGT a reçu une fin de non-recevoir de la part des patrons du Pétrole à son à ses revendications qui engagent simplement la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Sondage
    Avez-vous été victime de sexisme ou de violences sexistes ou sexuelles ? ›››


    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Nouveau jeu chez Amazon : dénonce ton collègue et gagne un cadeau ! ›››

    Ce n’est hélas pas une blague. À l’occasion de la « fête du pic d’activité », Amazon lance un grand jeu concours sur son site de Lauwin-Planque dans le département du Nord, le « Safety Fun Game ». Il consiste à dénoncer ses collègues en cas de manquement aux règles de sécurité. Pour réutiliser les termes de l’affiche (écrite dans un franglais de circonstance) : « Cumulez les good points à chaque action non safety de la part du General Manager, d’un Senior Ops, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Médias
    Dans le métro parisien, agression contre un journaliste ›››

    Un journaliste a été agressé le 17 novembre dernier par des agents de la RATP, alors qu’il filmait un contrôle des titres de transport. Le SNJ-CGT s’est fendu d’un communiqué pour dénoncer cette atteinte à la liberté de la presse. Vendredi 17 novembre, Raphaël Godechot, journaliste qui collabore à plusieurs titres de presse, a été violemment agressé par des contrôleurs de la RATP. Alors qu’il se trouvait à la station Denfert-Rochereau, notre confrère est (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    90e jour de grève au McDonald’s de Villefranche-de-Rouergue ›››

    Depuis le 23 août dernier, les salarié.e.s du McDonald’s de Villefranche-de-Rouergue sont en grève pour obtenir de meilleures conditions de travail, des augmentations de salaire et surtout l’instauration d’un dialogue social qui semble faire défaut depuis de longs mois (lire notre article précédent) Pour l’heure, toutes les médiations ont échoué. Dans un communiqué de presse, la Fédération CGT commerce et service « exige de la direction de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    L’Union des industries métallurgiques et minières en rêvait, Macron l’a fait ! ›››

    L’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM) veut renégocier la convention collective de la branche. Il y a plus d’un an, le syndicat patronal engageait une négociation de tous les accords qui structurent la majeure partie des statuts et garanties sociales pour 1,4 million de salariés. "Un projet patronal qui propose de revenir au moyen âge avec notamment un paiement à la tâche" selon Stéphane Flégeau, membre du bureau fédéral FTMCGT. Un (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Numérique
    Comment utiliser la transformation numérique pour changer le travail ? ›››

    L’Ugict-CGT met à disposition des équipes syndicales un nouveau Guide pour promouvoir transformation numérique et qualité de vie au travail. L’arrivée du numérique sur les lieux de travail induit un éclatement des unités de lieux et de temps, la dématérialisation des postes de travail, un accroissement des tensions entre autonomie et contrôle, et la redéfinition des périmètres des métiers et de leur contenu. Ce guide doit aider les négociateurs à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agro-alimentaire
    Primes, intéressement... Victoire pour les salariés de Saint-Louis Sucre ›››

    Prétextant la fin des quotas depuis le 1er octobre 2017, la direction de Saint-Louis Sucre (SLS) accélère les restructurations en allongeant notamment la durée de la campagne sucrière. Elle cherche par tous les moyens à accentuer la flexibilité et la précarité, aboutissant à une dégradation des conditions de travail, et une perte de revenu annuel de 1500 euros. Pour ce faire, elle a présenté un projet, tout de suite rejeté par une pétition lancée par la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Finances
    Opacité bancaire, politiques désastreuses... Arrêtez le massacre ! ›››

    Alors qu’éclate le scandale des « Paradise papers », la Fédération CGT des finances souhaite pointer quelques faits qui méritent qu’on s’y arrête. Les journalistes qui ont révélé le scandale estiment à 350 milliards le manque à gagner pour les États. Mais les mesures prises pour endiguer le phénomène tiennent plus de la posture que d’une volonté réelle de lutte contre l’évasion fiscale. Ainsi, depuis son arrivée, le gouvernement français fait le choix (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Tati, de mal en pis ›››

    La nouvelle société Tati Mag, issue de la fusion des magasins Tati et Vetura, s’était engagée à préserver les emplois et les conditions de travail des salariés suite au PSE de juin dernier. Mais la réalité est toute autre. Pour rappel, le 2 mai 2017, la direction d’Agora Distribution, maison-mère de Tati, avait décidé de placer l’enseigne à bas prix en redressement judiciaire. Alors que sept offres de reprise partielle étaient sur la table, les 1300 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Environnement
    Au collège Saint Exupéry, la présence de solvants cancérogènes oblige au déménagement ›››

    Le collège Saint-Exupéry de Vincennes (Val-de-Marne) ne recevra plus ses élèves à partir de ce début de semaine. Ceux-ci vont être répartis sur d’autres établissements du département. En cause, la découverte, lors d’analyses préparatoires à la réhabilitation des bâtiments, d’un taux très élevé de tétrachloroéthylène (PCE) et de trichloroéthylène (TCE), des solvants classés cancérogènes, sur quasiment la totalité du site. Le collège y est installé depuis les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Intérim
    Hausse dramatique des accidents mortels au travail ›››

    Le syndicat CGT-Intérim vient de publier un article sur les accidents mortels du travail chez les travailleurs intérimaires. Le constat est dramatique. Le manque de formation, le turn-over qui empêche la transmission de compétences, l’absence ou le manque de suivi médical par la médecine du travail et la quasi-absence de formation à la sécurité sont autant de facteurs qui doublent les risques d’accident du travail pour les intérimaires. Les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Liberté de la presse
    L’information, un délit dans la « patrie des droits de l’homme » ? ›››

    La CGT-spectacle, la CGT-culture, la Filpac-CGT et le SNJ-CGT ont produit un communiqué commun suite à la plainte inacceptable déposée par la ministre de la Culture après les révélation du Monde le 13 Novembre dernier. Nous vous en reproduisons le contenu ci-dessous. © Rebecca Barray / Flickr La ministre de la Culture a annoncé dans un communiqué qu’elle avait l’intention de porter plainte contre X suite aux révélations du Monde le 13 novembre sur (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Code du Travail
    Continuons à nous mobiliser contre les Ordonnances Macron ! ›››

    C’était la quatrième mobilisation contre les ordonnances Macron à laquelle participait la CGT. Hier, 16 novembre, des dizaines de milliers de salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes ont confirmé qu’ils ne céderont pas sur leurs droits. Les Ordonnances Macron sont une transformation profonde des relations entre la·le salarié·e et son employeur. Face à la simplification des modalités de licenciement individuel et collectif, à la fusion des instances (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Les entretiens de l’IHS
    Histoire et décadence de la CSG, 2e partie ›››

    D’où vient-elle ? Où va-t-elle ? La contribution sociale généralisée (CSG) a maintenant 26 ans et rentre dans sa maturité. L’occasion, au moment où les pouvoirs publics lui assurent un avenir prometteur, de faire le point sur son passé encore frais, en compagnie de Gérard Rodriguez, du conseil d’administration de l’IHS. Nous publions quatre nouveaux épisodes de notre série, composée de 13 épisodes. 5- La CSG, une victoire pour le patronat ? 6- (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Culture
    Le centre Benoit Frachon va fêter ses 70 ans ! ›››

    4 questions à Lionel Charvin, responsable pédagogique et culturel du Centre de formation Benoit Frachon à l’occasion des 70 ans du centre (2017-2018). Plusieurs événements sont encore à venir. Quels sont les liens entre formation syndicale et culture au Centre Benoit Frachon ? Deux courants ont traversé la CGT : le syndicalisme et l’éducation populaire. Au sortir de la guerre, il devenait nécessaire de re-former des cadres à la CGT, un certain (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Dordogne
    Condamnation de la direction de Cetec pour délit d’entrave ›››

    Le tribunal correctionnel de Périgueux (Dordogne) vient de rendre son verdit concernant l’affaire qui oppose depuis plusieurs années le dirigeant de la société Cetec, spécialisée dans l’ensachage, et des salariés et élus de l’entreprise. Ce jugement est l’aboutissement au pénal d’une démarche auprès des prud’hommes lancée il y a trois ans par deux salariés dénonçant du harcèlement moral et de la discrimination syndicale. Le dirigeant de la Cetec vient (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Pyrénées Orientales
    Les facteurs de Rivesaltes assignent la poste au TGI ›››

    Après avoir fait une grève historique de sept mois l’an dernier pour défendre leurs emplois et leurs conditions de travail, les facteurs et factrices de Rivesaltes, Espira et Claira, ainsi que les syndicats CGT Fapt 66 et Sud Poste 66 sont obligés d’assigner la poste en justice pour n’avoir pas respecté l’accord de fin de grève signé en 2016. Cette lutte et cette victoire avaient permis de sauver quelque 30 emplois. Problème : depuis le 1er juillet (...)
    Voir tout le texte ›››

Écotaxe poids lourds

La marche arrière du gouvernement va se payer très cher

mardi 24 juin 2014 , par Frédéric Dayan

Les décisions envisagées concernant l’écotaxe poids-lourds, telles qu’elles ont été présentées dans la presse et confirmées par Matignon, pourraient, selon le syndicat CGT des agents des Douanes, "avoir de lourdes conséquences écologiques, économiques, budgétaires, fiscales et sociales."

Dimanche matin dans Dimanche Ouest-France, on annonçait ainsi que l’écotaxe poids-lourds (TPL) serait transformée en un système de péage spécifique limité à 4 000 km de routes. Il y a donc d’ores et déjà fort à craindre que le transport routier ne se reporte sur les tronçons non taxés. Cette taxe dont l’idée est de mettre à contribution les utilisateurs du transport routier qui se reposent actuellement sur la collectivité pour assumer les coûts d’entretien et de rénovation du réseau routier. Des coûts importants si l’on considère par exemple qu’un véhicule de 40 tonnes sur 5 essieux dégrade autant la chaussée que le passage de 100 000 automobiles.

Le principe de cette taxe est déjà en vigueur sous diverses formes dans d’autres pays européens comme la Suisse ou l’Allemagne ce qui entraîne des reports de trafic vers le réseau routier français non taxé.

L’écotaxe ou TPL était initialement prévue sur 10 000 km de routes nationales non concédées et 5 000 km de routes départementales. Elle devait devait servir au financement d’infrastructures alternatives au transport routier (transport ferroviaire et fluvial) ainsi qu’à l’entretien des structures routières, en particulier des routes nationales transférées aux départements sans les ressources permettant leur entretien. Elle devait rapporter de 1,1 à 1,2 milliard d’euros dont environ 230 millions étaient destinés à rémunérer la société concessionnaire Écomouv, 160 millions pour les collectivités locales et 700 à 760 millions alimentant l’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF).
Face à l’opposition violente des bonnets rouges animée par les patrons du transport et les élus de l’opposition, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a décidé de surseoir à la mise en œuvre de la taxe au 1er janvier 2014.

Les grandes lignes du projet gouvernemental, telles qu’elles apparaissent dans l’article de Dimanche Ouest-France font apparaître que les recettes du nouveau dispositif seraient de 550 millions d’euros, affectés à l’AFITF. "Les conséquences financières pour l’AFITF et les collectivités locales (déjà touchées par la réduction des dotations de l’État) sont donc considérables. A terme, ce sont probablement les impôts locaux qui devront augmenter pour combler une partie du manque à gagner tandis que les investissements dans les infrastructures actuelles ou futures seront limités impactant ainsi la croissance. Le budget de l’État pourrait également être touché si la remise en cause du dispositif imposait de verser des indemnités à la société concessionnaire Écomouv, en particulier pour les fameux portiques installés en pure perte sur 11 000 km de voies finalement non taxées", s’inquiètent les douaniers CGT. Ces derniers rappellent à leurs "autorités de tutelles qu’elles ont pris des engagements concernant l’avenir des agents des douanes affectés au service TPL de Metz. Tout comme les personnels employés par Écomouv, ils connaissent une incertitude cruelle sur leur avenir depuis de très long mois. Le mépris à leur égard n’a que trop duré ! L’implantation durable de ces emplois à Metz était présentée comme une compensation au choc économique de la fermeture de bases militaires. L’État doit respecter ses engagements par delà les alternances politiques."