La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Auchan City de Tourcoing
    Polémique autour des résultats de l’enquête du CHSCT ›››

    En réponse à la déclaration de la direction par voie de presse concernant l’enquête du CHSCT, qui n’aurait montré aucune « faute ou erreur de la part de la hiérarchie », l’UL de Tourcoing a produit un communiqué soulignant les zones d’ombre de cette enquête. David Guilluy, directeur général d’Auchan City à Tourcoing, avait annoncé mardi dans un communiqué que « les conclusions de l’enquête du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Élections TPE
    "Tous les votes qui s’expriment jusqu’au dépouillement doivent être pris en compte" ›››

    La CGT souhaite que les votes qui pourraient parvenir le 13 janvier soient pris en compte. Pour quelle raison ? Le fait que le gouvernement ait décalé d’un temps l’élection, que ce soit arrivé pendant Noël, a créé un certain nombre de difficultés pour que les salariés votent. Donc le taux de participation à l’évidence ne sera pas supérieur à ce qu’il était en 2012. Nous avons quand même obtenu certaines satisfactions. Le président du bureau de vote voulait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Elections dans les TPE
    La caravane de la CGT fait halte à Belleville ›››

    Ce 12 janvier 2017, la caravane des TPE s’était arrêtée à Belleville à Paris. Ici beaucoup de travailleurs de la communauté chinoise exercent dans des Très petites entreprises, mais beaucoup sont sans-papiers. Ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent pas voter qu’ils n’ont pas de droits. La CGT est là pour les sensibiliser !
    Voir tout le texte ›››
  • Discrimination syndicale
    La justice s’acharne contre les ex-salariés Goodyear ›››

    Venues de toute la France plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées de la fin de la matinée au milieu de l’après-midi mercredi 11 janvier devant le Palais de Justice d’Amiens pour soutenir les huit anciens salariés. Sur les huit ex-salariés de Goodyear poursuivis pour la séquestration de deux cadres en janvier 2014 ou violence en réunion juste avant la fermeture de l’usine de pneus d’Amiens, un seul est totalement relaxé. Les 7 autres sont (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Clinique de l’Ormeau
    "Les salariés ont le sentiment d’avoir abattu un colosse" ›››

    François Dousseau, secrétaire général de l’Union départementale des Hautes Pyrénées, a participé à la mobilisation des salariés de la clinique de l’Ormeau depuis le 8 novembre. Il détaille pour cgt.fr les péripéties d’un combat social homérique. Peux-tu nous expliquer à quoi correspond cette augmentation du RAG (rémunération annuelle garanti) de 8,33% qu’ont réussi à arracher les syndicalistes de la clinique ? La RAG est la rémunération annuelle garantie (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Auchan City de Tourcoing
    Plainte déposée pour "non-assistance à personne en danger" ›››

    Une plainte contre X pour « non-assistance à personne en danger » et « mise en danger de la vie d’autrui » a été déposée le 10 janvier par Fadila, jeune caissière d’Auchan City à Tourcoing, suite à sa fausse couche sur son lieu de travail. Nous en parlions dans un précédent article : Fadila, caissière de 23 ans en contrat de professionnalisation à l’Auchan City de Tourcoing, avait été victime d’une fausse couche sur son lieu de travail, n’ayant pas reçu la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • International
    Tchad : mouvement social en hausse, démocratie en berne… ›››

    Depuis plus de quatre mois un mouvement social important se développe au Tchad. Le non-paiement des salaires des fonctionnaires, des pensions des retraités, des subsides des maitres communautaires, un insupportable plan d’austérité comportant 16 mesures dont la diminution de 50% des indemnités des fonctionnaires, la suppression des bourses des étudiants, sont au centre des revendications des organisations syndicales UST, CIST, SYNECS regroupées au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Droit de grève
    Après sept ans de lutte : victoire pour Xavier Chuat ›››

    En mai et juin 2009, un conflit éclate dans les industries électriques et gazières avec une forte participation des salariés pour l’augmentation des salaires, une prime de 1500 € et la renationalisation d’EDF-GDF. Dans son communiqué, le Syndicat CGT Ouest Ile-de-France rappelle les faits de ce conflit pendant lequel 240 camarades ont été sanctionnés. Xavier Chuat, responsable syndical CGT à Saint-Denis était l’un d’eux. Il a été accusé d’entrave à la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • CAC 40
    Les salariés produisent les richesses, les actionnaires se gavent ›››

    Les entreprises du CAC 40 ont distribué 55,7 milliards de dividendes et de rachats d’actions, c’est le résultat de l’amélioration de leur santé financière et notamment de celle des banques. Année « faste » pour les actionnaires. Elles se sont rapprochées du record des 56 milliards versés en 2014 et notamment des 57,1 milliards distribués en 2007, juste avant le krach financier. La progression est notable par rapport à 2015, autour de 43 milliards. Dans (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Clinique de l’Ormeau
    Les grévistes de Tarbes ont enfin gagné ! ›››

    Les salariés de la clinique de l’Ormeau ont signé ce 9 janvier un protocole de fin de grève qui leur est largement favorable. La lutte paie. Il aura fallu 64 jours de grève, l’occupation successive du conseil départemental des Hautes-Pyrénées et de l’agence régional de santé (ARS) Occitanie, des barrages filtrants, des salariés en grève renversés et frappés, des lettres ouvertes, des pétitions, des caisses de grève... pour qu’un protocole de fin de conflit (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Bulletin de paie
    Simplifier ou dissimuler ? ›››

    La simplification du bulletin de paie est effective depuis le 1er janvier 2016 pour les entreprises volontaires, elle sera obligatoire pour celles d’au moins 300 salariés dès le 1er janvier 2017 et pour toutes les entreprises, dès le 1er janvier 2018. Dans un soi-disant souci de faciliter la lecture du bulletin de paie, le gouvernement a fait le choix de regrouper par « risques » les lignes de cotisations de protection sociale. Les autres (...)
    Voir tout le texte ›››
  • #ElectionsTPE2016

    Les belles équipes !
    ›››

    Depuis des semaines, les camarades collent, tractent, affichent et déploient des banderoles pour la campagne TPE. Diaporama de ces équipes qui ne lâchent rien.
    Voir tout le texte ›››
  • Répression syndicale
    Soutenons Céline Boussié, lanceuse d’alerte poursuivie en justice ›››

    La CGT appelle à un rassemblement le 13 janvier 2017 devant le Tribunal de Toulouse pour soutenir Céline Boussié, poursuivie abusivement par la direction de l’institut médico-éducatif de Moussaron. Source : site du comité de soutien de Céline La CGT dénonçait déjà en 1997 des situations de dysfonctionnement et de maltraitance institutionnelle au sein de l’institut médico-éducatif de Moussaron. L’affaire n’avait cependant pas abouti, compte tenu des (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Vivarte, distribution de prêt-à-porter et de chaussures
    Le sort du groupe est entre les mains de "fonds vautours" ›››

    Le 5 janvier une quarantaine de salariés du groupe Vivarte* s’étaient regroupés à la mi-journée devant Bercy, où les représentants de l’intersyndicale (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC) ont été reçus dans l’après-midi par le cabinet de Christophe Sirugue. Les syndicats du groupe se sont déclarés "extrêmement déçus". Gérald Gautier, représentant de FO, s’est exprimé au nom de l’ensemble des syndicats présents, il a résumé "Ils partagent nos constats mais n’ont pas (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Polyclinique de l’Ormeau
    Le combat continue après 58 jours de grèves ! ›››

    Après le refus du groupe d’accepter les propositions du préfet de région pour arrêter le conflit, les salariés ont investi la gare Matabiau à Toulouse pour faire entendre leurs revendications. Photo : UD CGT 65 Une rencontre a été organisée entre les grévistes et les représentants du groupe Médipôle Partenaire sous l’égide du préfet de région Occitanie le 3 janvier 2017 au soir. Après quatre heures de « débats », la réunion s’est conclue à 2 heures du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Outils
    La Loi Travail ne doit pas entrer dans l’entreprise ! ›››

    Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez rappelle que "2016 a été marquée par la loi Travail et plusieurs mois de mobilisations syndicales contre ce texte. Il s’agit d’une loi régressive, consécutive à un déficit de concertation et de dialogue social". Il assure que le combat contre cette réforme est loin d’être fini : "La France a été pointée du doigt tant par l’Organisation internationale du travail (OIT) que par l’ONU et des recours juridiques (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Campagne TPE
    Quand la CGT part à la rencontre des salariés des TPE ›››

    De passage à République et dans le troisième arrondissement, rue du Temple et rue de Bretagne, ce 5 janvier, la caravane de la CGT sur les élections TPE a permis de sensibiliser les employés de petites entreprises du centre de Paris aux élections actuellement en cours. Menée de concert par l’Union départementale Paris, l’Union locale du 3e arrondissement et l’Urif, cette rencontre avec les travailleurs parisiens a été l’occasion d’un échange nourri (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Vœux
    Pour l’année 2017, la CGT vous souhaite l’abrogation de la loi Travail ›››

    Abrogation de la loi travail, relance de l’industrie, lutte contre le FN, 32 heures... Pour ses vœux de la nouvelle année, Philippe Martinez a précisé la feuille de route de la CGT. Ce sont des vœux militants et de combat qu’a prononcés Philippe Martinez ce 4 janvier, à l’opposé de ce que nous promettent d’éventuels candidats à l’élection présidentielle : « supprimer les subventions à l’associatif, amputer les budgets culturels, ne pas augmenter les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Répression syndicale
    Tous mobilisés pour la relaxe de Laurent ! ›››

    Une mobilisation sera organisée le 6 janvier devant le Palais de justice de Paris pour exiger la relaxe de Laurent, camarade du service d’ordre de la CGT pendant les manifestations contre la Loi Travail, appelé à comparaitre devant les juges le jour même. Laurent, militant CGT membre du service d’ordre, a été interpellé lors d’une manifestation contre la Loi El Khomri en possession du matériel nécessaire pour assurer la sécurité du cortège. Accusé de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Sanofi sanctionné par la justice
    Des indemnités et des requalifications ›››

    Le géant du CAC 40 Sanofi vient d’être sanctionné par la justice. Le groupe devra verser des indemnités conséquentes à des salariés et requalifier certains contrats en CDI. Le groupe Sanofi, malgré les 30 milliards d’euros de dividendes distribués aux actionnaires en environ 10 ans, et le 4 milliards de bénéfices nets réalisé en 2015, est le champion de l’abus de précarité La CGT du groupe pharmaceutique Sanofi a dénoncé lundi 2 janvier "l’utilisation (...)
    Voir tout le texte ›››

Travailleurs-euses sans-papiers :

La lutte se fête... et continue !

vendredi 12 décembre 2014 , par Sabine Ferry

Le 17 décembre 2014, à la veille de la journée internationale des travailleurs migrants et de leurs familles, la CGT et l’ensemble des travailleurs, militants mais aussi journalistes, personnalités... engagés dans la lutte pour les régularisations fêteront tous les acquis obtenus jusqu’à présent.
Musiques et buffet du monde mais aussi projection du film de Marcel Trillat Etrangers dans la ville, en présence du réalisateur seront au programme.
Retour sur un mouvement sans précédent avec Francine Blanche, dirigeante de la CGT.


- Le 18 décembre 2014 aura lieu la journée internationale des travailleurs migrants, à cette occasion, la CGT célèbrera, la veille, les milliers de régularisation des travailleurs sans papiers. Pouvez-vous nous retracer la genèse et l’histoire de cette lutte et de ses acquis ?

Francine Blanche : L’occupation de l’église St Bernard en juillet 1996 a permis aux travailleurs « clandestins » de sortir de l’ombre et de se revendiquer comme « sans-papiers ». Mais la régularisation « aux normes françaises » des postes de travail de ces salariés ne vient pas alors à l’ordre du jour. On en reste –et c’est déjà important- à une vraie solidarité vis-à-vis de travailleurs mis dans des situations de travail inadmissibles, même si elles apparaissent encore comme marginales.
Il faudra attendre octobre 2006 pour que des travailleurs migrants, ne supportant plus les conditions de travail qui leur étaient imposées et les menaces de licenciement qui leur étaient faites parce qu’ils étaient sans papiers, franchissent le seuil d’une organisation locale de la CGT et demandent l’aide du syndicat. C’étaient les 22 salariés de la blanchisserie Modeluxe et l’union locale CGT de Massy (Essonne). Ils sont vite suivis par ceux de Paris Store, Buffalo Grill, Métalcouleur, OSP…Les sans-papiers revendiquent alors d’être reconnus comme travailleurs. Par la conquête des « papiers », ils veulent agir pour que leurs conditions de travail et de vie s’améliorent. Le mot d’ordre, qui deviendra celui du mouvement –« On bosse ici, on vit ici, on reste ici  »- témoigne de cette nouvelle étape.
La circulaire du 7 janvier 2008, qui visait à l’origine à protéger les patrons qui employaient des sans-papiers, ouvre une brèche dans laquelle vont s’engouffrer les travailleurs. Elle va être retournée par les salariés en lutte eux-mêmes, avec à leurs côtés la CGT.
Ce sera l’occupation du restaurant « La Grande Armée » à Paris, à partir du 12 février 2008. Le 15 avril 2008 débute la première vague de grèves menée avec la CGT par une centaine de salariés dans différentes entreprises d’Ile-de-France, suivie de la « Grande Grève » engagée par des milliers de travailleurs le 12 octobre 2009. Ils seront bientôt 6804 sur une trentaine de piquets de grève. Sans compter de multiples initiatives en régions. L’extrême détermination des grévistes, dont l’occupation pendant trois semaines nuit et jour des marches de la Bastille depuis le 27 mai 2010, le soutien de plus en plus massif des organisations de la CGT, l’unité d’action intersyndicale et interassociative de la part de ceux qui sont devenus le « groupe des 11 » déboucheront, le 18 juin 2010, sur des critères nationaux de régularisation incluant y compris des salariés intérimaires et des travailleuses auparavant non déclarées de l’aide à la personne.
Après plusieurs manifestations et occupations encore, dont celle du parvis de la Gare Montparnasse pendant deux jours en octobre 2012, les critères seront enfin concrétisés dans la circulaire de régularisation du 28 novembre 2012…

- Des milliers de travailleurs régularisés… mais la lutte continue ?

Francine Blanche : Oui, car on est loin du bout ! La circulaire de régularisation arrachée par la lutte est loin de s’appliquer correctement partout. Certaines préfectures empêchent la poursuite du contrat de travail pendant l’étude du dossier, ou refusent les travailleurs intérimaires, ou trouvent toujours que le (la)salarié(e) ne parle pas suffisamment le français. Des centaines de grévistes ne sont toujours pas régularisés. Et il faut dépasser la circulaire car il n’y a toujours pas de processus « serein » de régularisation pour les travailleurs contraints au travail au noir par leurs employeurs, -il suffit de voir par exemple ce qui se passe pour les salarié(e)s du Bd de Strasbourg à Paris-. Et le nouveau projet de loi « immigration » du 23 juillet 2014, même s’il devrait permettre d’avancer sur des cartes de séjour pluriannuelles, « oublie » les travailleurs intérimaires et ne parle pas des salariés régularisables…Alors oui, la lutte continue !

- L’initiative du 17 décembre prochain à la CGT à Montreuil rend hommage à tous ces acteurs de la lutte ?

Francine Blanche : Ces hommes et ces femmes sont les salariés les plus vulnérables qui soit, puisque sans droits là où ils travaillent et menacés d’expulsion à tout moment. Pourtant ils ont été des milliers à oser se montrer, à entrer en lutte, sachant très bien qu’il n’y avait pas de retour en arrière possible, pour arracher leurs droits. Ils sont restés des mois et des mois dans la lutte, en occupant quelquefois sous la pluie, dans le froid, des dizaines d’agences d’intérim, de chantiers, d’entreprises. Et ils ont gagné, pour eux et pour tous, puisque les critères ne s’appliquent pas qu’à une « liste ».
C’est l’honneur de la CGT d’avoir été et d’être à leurs côtés. Mais la lutte ne s’arrête pas aux « papiers ». Il faut aussi s’adresser aux prud’hommes pour mettre aux normes sociales françaises salaires et conditions de travail, reconstruire les carrières professionnelles pour récupérer les droits, notamment à la retraite, acquis par des années de cotisations… Ce n’est parce qu’on est migrants qu’on doit gagner moins !
Beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui adhérents à la CGT. Beaucoup d’autres cherchent à y être. Sachons les accueillir et être toujours mieux le syndicat des tous les salariés ! C’est tout cela qu’on va fêter ensemble le 17 décembre, veille de la journée internationale des droits des travailleurs migrants et de leurs familles… mais on n’oubliera pas d’être aussi présents dans les différentes initiatives et manifestations du 18 décembre, dont celle de Paris -de Belleville à République ! Tant il est vrai que « la lutte se fête » mais qu’elle continue !