La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Tour de France social 2014

Ils roulent pour de nouveaux droits

mercredi 16 juillet 2014 , par Sabine Ferry , Philippe Gelinaud

Mardi 15 juillet. Pendant que l’une des caravanes CGT parties à la rencontre des travailleurs saisonniers faisait étape à Trégastel, le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, rejoignait celle arrivée à Arcachon pour débattre avec les salariés. La caravane accompagnant le Tour de France cycliste profitait du repos des coureurs à Besançon pour préparer le départ de l’étape suivante en invitant la population à rouler pour de nouveaux droits.

Sous le ciel breton

Côtes-d’Armor. Si la journée a débuté sous une petite bruine, le soleil a vite pris le dessus et le stand CGT a été baigné par le soleil tout l’après-midi. Une vingtaine de militants avaient installé deux grands barnum et des drapeaux CGT sur le front de mer de trégastel, où travailleurs saisonniers mais aussi salariés en congés se sont arrêtés pour s’informer de leurs droits et rencontrer les militants.

« L’accueil des patrons ou gérants des commerces, campings, hôtels et restaurants a été dans l’ensemble très bon. La discussion a facilement été entamée avec les saisonniers qui étaient très réceptifs à la présence de la CGT sur leur lieu de travail et au matériel mis à leur disposition », témoigne Cyrille Couineau, de la CGT locale.

Plusieurs équipes de deux ou trois militants se sont déployées sur toute la côte de granit rose, tracts et guides des saisonniers en mains : Tréberden, Pleumeur Bodou, l’Ile-Grande, Trégastel bourg et plage, Ploumanac’h, jusquà Perros Guirec et sa plage, son centre ville et son port.

« Rejoignez le bon peloton »

Besançon. La quarantaine de militantes et militants CGT au départ de la 11e étape Besançon/Oyonnax, dans la poursuite de l’initiative des aides à domicile, ont fait signer plusieurs centaines de pétitions au départ de l’étape.

Petite anecdote, il y a deux jours, une affiche a été dérobée sur le camion de la CGT. Le mot d’ordre « Rejoignez le bon peloton » a du pour le moins plaire à celle ou celui qui est parti avec... et souhaitons qu’il réponde aux besoins ce celles et ceux qui souhaiteront s’organiser collectivement dans la CGT.

C’est en tout cas la volonté de ce salarié intermittent du spectacle qui, voyant la CGT au départ de l’étape, a décidé d’adhérer au syndicat.

Problème numéro 1 des saisonniers : le logement

Arcachon. Tôt le matin, Thierry Lepaon et les militants de la CGT du bassin d’Arcachon allaient à la rencontre des saisonniers, à l’heure des mises en place et avant l’arrivée des flux de touristes. L’accueil s’est fait sur le front de mer, à l’ombre de deux tentes, avec croissants et café. Dans une ambiance fraternelle, trois équipes ont parcouru ensuite la ville et ont eu l’occasion d’échanger avec d’autres saisonniers, mais aussi avec les commerçants et les restaurateurs. Ceux-ci se sont montrés plutôt à l’écoute, certains prenant même des exemplaires du [Guide des saisonniers 2014] pour leurs employés.

Le bassin d’Arcachon accueille beaucoup de travailleurs saisonniers – jeunes ou réguliers – qui rencontrent des difficultés qui ne sont pas toujours liées aux conditions de travail (amplitudes horaires, clientèle parfois aisée, exigeante et pas toujours agréable, etc.), mais aussi à celles du logement, principal frein à l’embauche.

Les loyers sont inabordables, même en camping. Il est ainsi fréquent de trouver de jeunes travailleurs s’entassant dans de petits appartements, ou même, sur les parkings, des camions-dortoirs, tolérés par les municipalités du bassin afin de faciliter l’embauche des travailleurs saisonniers.

Ces difficultés sont telles qu’il n’est pas rare de trouver, en plein de mois de juillet, un restaurateur ayant encore des postes à pourvoir.