La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Protection sociale
Publié le mercredi 12 mars 2014
Conventions d’objectifs et de gestion

La Sécu en mode dégradé



Usagers plus accueillis, dossiers en retard, cotisations sociales mal recouvrées, personnels des caisses en grande souffrance... C’est une succession de cris d’alarme qu’ont lancé les administrateurs CGT et la fédération CGT des organismes sociaux dont relèvent les personnels des institutions de la Sécurité sociale lors d’une conférence de presse ce mercredi 12 mars.

Ce qui est au cœur de cette crise dénoncée par la CGT, c’est la mise en musique des orientations gouvernementales dans la cadre des "Conventions d’Objectifs et de Gestion", les COG, dont le seul objectif est la diminution à tout prix des dépenses dans l’ensemble des domaines.

Eric Aubin, dirigeant de la CGT en charge de la protection sociale rappelle que "500 millions € d’économies de frais de gestion ont été inscrits dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014. Et de fait, il est demandé à l’ensemble des caisses, sans aucun
discernement, le non remplacement d’un départ à la retraite sur deux, et une diminution des moyens de 10 à 15 % en quatre ans. "
Cela alors que déjà, par exemple pour la seule branche maladie, à la CNAMTS, plus de 16 000 emplois ont été supprimés en dix ans. Les frais de gestion ont été réduits de plus de 10 %, entraînant une forte dégradation des conditions de travail des personnels, avec pour conséquences des difficultés de plus en plus importantes pour répondre aux besoins des assurés sociaux (écouter l’interview sur ce sujet).

Dans la branche vieillesse, souligne Jean Louis Butour, administrateur CGT de la CNAV, "il nous est demandé par les tutelles de supprimer des emplois par non remplacement d’un départ à la retraite sur deux, alors même que l’Etat confie à cette branche des missions nouvelles comme la gestion du compte individuel pénibilité."

Pour la branche famille, Michel Coronas, administrateur CGT de la CNAF souligne à quel point les "personnels des CAF sont aux avant-postes sur le front de la misère. Et on leur impose de fermer leurs accueils pour solder les milliers de dossiers en souffrance. Véritablement, les caisses fonctionnent en mode dégradé". Pour sortir de ce chaos, dans cette seule branche famille, la CGT exige la renégociation de la COG avec la création de plus de 4000 emplois.
Cette conférence de presse a d’ailleurs été l’occasion pour la CGT de faire connaître ses propositions.

C’est dans ce contexte que se développent des conflits locaux comme l’a souligné Denis Lalys, le secrétaire général de la CGT des Organismes sociaux. Ainsi en Loire Atlantique où le personnel de la Caisse primaire d’assurance maladie se bat contre des fermetures d’accueils. Tout comme à la CAF de Marseille où les personnels sont en grève reconductible là encore pour maintenir des accueils menacés de fermeture. Luttes encore dans le secteur de la mutualité ou à Pôle Emploi... bref, la tension sociale est à son comble et comme le souligne Denis Lalys, "dans un processus de mobilisation intersyndicale inédit depuis au moins 6 ans". C’est sur cette toile de fond que les salariés des organismes préparent la mobilisation du 18 mars dont ils sont à l’origine sur proposition de la CGT. Denis Lalys évoquait ce matin "des très forts taux de grévistes annoncés dans les caisses et organismes."

emailVersion imprimable de cet article Version imprimable
MP3 - 2.8 Mo
Ecouter l’interview de Denis Lalys, CGT Organismes sociaux