La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Emploi

La Cour des Comptes préconise d’accentuer les pires orientations de Pôle emploi

vendredi 10 juillet 2015 , par EB

La Cour des comptes a rendu public, le 2 juillet 2015, un rapport thématique intitulé "Pôle emploi à l’épreuve du chômage de masse". Le rapport fait état de certains constats que la CGT Pôle emploi dénonce depuis des mois.

C’est un constat largement partagé et en particulier par le rapport de la Cour des Comptes : l’organisation actuelle de Pôle emploi caractérisée par la segmentation des demandeurs d’emploi dans différentes modalités de suivi ne permet pas de répondre aux besoins de chaque personne ni d’accompagner tous les demandeurs d’emploi.


Un constat d’échec qui fait consensus

« La solution » mise en place par Pôle emploi ne permet plus aux conseillers de Pôle emploi de mener une de leur mission fondamentale qui est de créer ce lien si essentiel entre entreprises et demandeurs d’emploi.

Crédits : Pôle emploi

Depuis la création de Pôle emploi, il a en effet été demandé aux conseillers d’abandonner le volet entreprises. Une plateforme d’appel pour les employeurs (3995) a été mise en place. La mesure a eu pour effet la dépersonnalisation du service apporté notamment aux PME qui se sont détournées de Pôle emploi pour leurs recrutements. Du fait de la conjoncture, le nombre d’offres récoltées a fortement baissé et par conséquent le taux des reprises d’emploi par l’intermédiaire direct de Pôle emploi aussi.


La CGT dénonce...

La CGT Pôle emploi dénonce les préconisations de la Cour des Comptes qui admet que l’agence a vocation à être un Service Public universel et pourtant recommande des solutions qui vont à l’encontre des intérêts des citoyens.

La Cour des comptes propose en effet de réduire le nombre d’agences Pôle emploi au nom de la mutualisation des moyens et de renforcer l’offre numérique (réseaux sociaux, MOOCS, tchat en lieu et place d’entretiens physiques avec un conseiller)...
Comme si se contenter de mettre des données à disposition des demandeurs d’emploi et des entreprises, suffisait à répondre aux attentes des usagers et à concrétiser les embauches.

Une mission de service public laissée aux acteurs privés

Le rapport préconise également d’augmenter la sous-traitance pour le suivi des demandeurs d’emploi. L’abandon au marché privé des missions de service public, a pourtant toujours engendré un coût supplémentaire pour des résultats de moindre qualité.

Autre proposition émise par le rapport : remettre en cause les garanties collectives des personnels de droit privé pour augmenter les recrutements en CDD que la Direction de Pôle emploi ne forme pas, ou en permettant davantage de mobilités forcées des personnels de droit privé à l’aube de la fusion des régions.

La Cour des Comptes formule des orientations et des recommandations pour l’État, les partenaires sociaux, Pôle emploi et l’Unedic, qui vont très largement dans le sens
de la privatisation du service public, des attaques contre les droits des agents et
des chômeurs, et de la casse des missions de Pôle emploi.

La CGT Pôle emploi, pour sa part, souligne que les agents de Pôle emploi déploient
un professionnalisme et un engagement incontestables pour rendre aux usagers le service qui leur est dû et milite pour un Service Public de l’Emploi qui ait tous les
moyens de remplir ses missions et cet engagement fondamental que la République doit aux citoyens.


Pôle emploi en chiffres
  • 53 000 agents
  • Plus d’un millier d’agences et de points relais
  • 32 Md€ d’allocations et d’aides versées
  • 5 Md€ de budget
  • Entre janvier 2009 et janvier 2015, le nombre de personnes inscrites sur ses listes est passé de 3,9 millions à 6,2 millions, soit + 58 %