La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Afrique

La CGT solidaire des luttes sociales au Togo

mercredi 18 mars 2015
PDF - 135.3 ko
Texte en pdf

Aujourd’hui, la situation sociale au Togo est en ébullition. Les travailleurs du secteur public et parapublic, luttent depuis des semaines avec la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) pour de meilleures conditions de travail et de vie décente.

La jeune centrale syndicale, créée en 2013, est, depuis, de tous les combats. Les revendications portées visent directement à l’amélioration de la vie quotidienne des travailleurs togolais avec la revalorisation de la grille salariale, le relèvement des allocations familiales par enfant à 10 000 FCFA (15€), le versement d’une indemnité de transport et l’harmonisation de l’âge de la retraite.

La STT est déterminée à obtenir satisfaction sur l’ensemble de ces points. Toutefois, elle se heurte au gouvernement togolais qui cherche à saper le mouvement social en délégitimant les actions de grève et en intimidant les grévistes. Ainsi, a été rendue publique une note du ministère du Travail destinée aux ministères et secrétaires d’Etat demandant communication des noms des grévistes et les menaçant à mots couverts de licenciements et sanctions administratives. Plus inquiétant encore, lors d’une assemblée générale organisée par la STT le 15 mars, des hommes lourdement armés de machettes et de gourdins ont fait irruption et s’en sont pris violemment aux travailleurs…

La CGT condamne avec force ces actions de déstabilisation du mouvement légitime de grève et des exactions commises à l’encontre des travailleurs. Elle témoigne de tout son soutien et sa solidarité à la STT et salue son combat pour la satisfaction des attentes des travailleurs togolais. Elle rappelle que la grève est un droit fondamental et soutient la STT dans son interpellation du gouvernement togolais quant au respect des 8 conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail, dont, notamment, la convention n°87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical.

Montreuil, le 18 mars 2015