La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >>  Europe/Inter  >> Paix et sécurité
Publié le dimanche 28 décembre 2003

La CGT et le plan de paix de Genève



La communauté internationale doit soutenir ce processus de recherche de la paix au Proche-Orient.

Ce plan est une lueur d’espoir dans cette spirale de violence qui plonge le Proche-Orient dans le cahot. La conception de ce plan présente les aspects positifs suivants :

- Il repose sur l’idée qu’il est nécessaire de convaincre les opinions publiques israélienne, palestinienne, mais aussi arabe, américaine et européenne ;

- Il tire les enseignements de la stratégie d’OSLO, à savoir la politique des petits pas. Le plan de Genève, a contrario, propose des réponses aux questions les plus difficiles ;

- Il confirme qu’un accord politique négocié est possible et que des interlocuteurs existent ;

- Enfin, il oblige chacun dans les deux camps à débattre et à prendre position sur les questions cruciales.

Trois conditions devront néanmoins être réunies pour l’application de ce plan.

- L’arrêt de la violence, de la colonisation et de la construction du mur dit de séparation, qui minent toute possibilité de négociation.

- Le contenu définitif de l’accord devra obtenir l’aval des deux peuples et de leurs représentants.

- La mise en œuvre d’un tel accord nécessite l’engagement et la participation effective de la communauté internationale

Afin de contribuer à cet objectif de paix, la CGT favorisera l’expression d’un soutien à ce processus de la part des syndicats français et européens. Elle poursuivra dans le même temps son rôle de médiation entre les syndicats israéliens, palestiniens et arabes.