La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Répression
    Une inspectrice du Travail convoquée au Tribunal suite aux pressions patronales ! ›››

    Trois agents de l’inspection du Travail des Yvelines (une inspectrice, le responsable de l’unité de contrôle et le responsable de l’unité départementale) sont cités à comparaitre, devant le tribunal correctionnel de Versailles le 4 juillet 2017 par la société SEPUR, s’indigne le syndicat CGT Travail emploi formation professionnelle (CGT TEFP). Cette entreprise poursuit l’inspectrice qui a rappelé que le fait de ne pas réintégrer dans l’entreprise un (...)
    Voir tout le texte ›››
  • 40e marche des fiertés
    "La PMA, pourquoi pas ?" : la CGT en débat ›››

    La 40ème marche des fiertés aura lieu à Paris ce samedi 24 juin. Comme chaque année la CGT à travers notamment le collectif LGBT fera partie du cortège avec le slogan "Au travail, comme dans la vie, l’égalité pour tous et toutes". 1977-2017, 40 ans de luttes pour les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT). Des luttes qu’il faut continuer de mener pour mettre fin aux discriminations. Citons à ce titre, le rapport de l’association (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Liberté d’expression
    Le SNJ-CGT dénonce la "timidité" de l’AFP face au nouveau pouvoir ›››

    L’agence France Presse (AFP), l’une des trois principales agences mondiales, aurait-elle des scrupules à couvrir les affaire qui portent l’opprobre sur le nouveau gouvernement ? C’est ce que pense le SNJ-CGT, qui s’est fendu d’un communiqué sur la question. Selon le syndicat, l’affaire Richard Ferrand, sortie par le Canard Enchainé, dans son édition du 24 mai, aurait pu être révélée par l’AFP. Des journalistes de l’agence étaient en possession des (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Libertés syndicales
    Amazon s’attaque à la CGT ! ›››

    Une fois de plus, informe la CGT Commerce et services, la société Amazon s’attaque à la CGT en licenciant une de nos camarades, représentante syndicale élue au CHSCT du site Amazon Sevrey (71), sous couvert d’accusations fausses et mensongères. Ce licenciement, continue la Fédération, a été orchestrée avec la complicité d’un cadre. "Une fois de plus, Amazon nous montre son aversion pour les syndicats, et particulièrement la CGT", ajoute la fédération (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Événements
    Contre le racisme, la CGT se mobilise le 29 juin ! ›››

    Pourquoi le racisme est-il antinomique avec le message de la CGT ? Comment des valeurs comme la laïcité sont-elles instrumentalisées par l’extrême-droite pour faire passer son message d’exclusion ? Comment combattre les discours xénophobes et populistes qui polluent, de plus en plus, l’espace public ? Pour répondre à toutes ces questions, la CGT organise une nouvelle campagne contre le racisme jusqu’en juin 2018, et vous invite le 29 juin à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Irak
    Hommage aux journalistes Bakhtiyar Haddad et Stéphan Villeneuve ›››

    Le SNJ-CGT (Syndicat national des journalistes CGT) et le SGLCE (Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT) expriment leurs condoléances aux familles du journaliste français Stéphan Villeneuve et du journaliste kurde irakien Bakhtiyar Haddad, tués par l’explosion d’une mine à Mossoul. Les trois journalistes français Stéphan Villeneuve, Véronique Robert et Samuel Forey, accompagnés par le journaliste kurde irakien Bakhtiyar Haddad, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Syndicalisation
    Les assistant-e-s maternel-le-s de Loire-Atlantique créent leur syndicat ›››

    Passionnant et utile socialement, le métier d’assistant-e maternel-le est également source de précarité, sur fond de stéréotypes de genre. Pour défendre leurs droits et porter leurs revendications, les assistant-e-s maternel-le-s de Loire-Atlantique ont décidé de s’organiser et de créer un syndicat départemental. Accueillant un ou des enfants à leur domicile privé, les assistant-e-s maternel-le-s sont salariés du particulier employeur parent de l’enfant (...)
    Voir tout le texte ›››
  • SFR
    Agression au cutter en arrière-boutique ›››

    C’est une bien triste histoire que celle de ces deux collègues qui s’écharpent en arrière-boutique. Le fond du fond de l’histoire : le manque d’effectifs. Une raison qui n’excuse pas pour autant la violence. Le 8 juin 2017 vers 19 heures, Yassine, salarié de la boutique SFR du centre commercial de Paridis à Nantes avait négocié avec son responsable de partir plus tôt, mais son collègue Abdel n’en avait pas été informé. Au moment de partir, « je lui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Lapeyre
    Bidouillages financiers pour gruger les salariés ›››

    Les syndicats CGT et FO ainsi que 1 776 salariés ont engagé des poursuites contre Lapeyre. En effet, le groupe de menuiserie avait élaboré un montage financier complexe pour éviter de payer aux salariés leur prime de participation aux bénéfices. Le manque à gagner représenterait plus de 81 millions d’euros entre 2002 et 2008. Conformément à la loi, le groupe Lapeyre, spécialisé dans la menuiserie, avait mis en place un accord de participation (...)
    Voir tout le texte ›››
  • TPE
    La CGT majoritaire dans la plupart des commissions paritaires régionales ›››

    La CGT, pour les salariés, et la CPME, pour le patronat, seront les organisations les mieux représentées dans les futures commissions paritaires régionales (CPRI) créées pour représenter les salariés et les employeurs des TPE. Les commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI), créées par la loi Rebsamen en 2015, ont pour mission de conseiller et d’informer les salariés et les employeurs des très petites entreprises (moins de 11 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mouvement social
    La cartographie des mobilisations contre les ordonnances Macron ! ›››

    Comme l’avait annoncé la CGT, la troisième semaine de juin sera consacrée aux mobilisations contre les ordonnances Macron, que notre président voudrait faire passer courant de cet été. La CGT, dans un récent communiqué, a dénoncé les méthodes employées par le nouveau pouvoir en marche pour faire passer ces réformes cet été : « 6 réunions d’une heure par syndicat – qui plus est, sans aucun texte du gouvernement – ne font pas une concertation. 6 heures pour (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Libertés syndicales
    Rassemblement de soutien à Miguel Salles devant le tribunal des Prud’hommes de Nantes ›››

    Suite à des évènements qui se seraient produits sur un barrage situé au niveau de l’aéroport Nantes-Atlantique dans le cadre des journées d’action contre la loi « Travail », Miguel Salles, responsable syndical CGT d’Airbus Bouguenais, avait été convoqué à un entretien à sanction pouvant aller jusqu’au licenciement. La direction lui avait alors infligé trois jours de mise à pied. Le mois dernier, le tribunal civil de Nantes, saisi par un salarié Airbus qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Glyphosate
    La Commission européenne laboure le principe de précaution ›››

    Alors que le glyphosate – substance active du Roundup – fait l’objet de questionnements de plus en plus prégnants quant à ses effets néfastes sur l’environnement et la santé humaine, la Commission européenne a donné son autorisation en juin 2016 pour une nouvelle prolongation jusqu’à fin 2017, et propose depuis mai dernier une réautorisation de mise sur le marché pour dix ans. La Fédération nationale agroalimentaire et forestière (Fnaf) CGT revient sur (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Fonction publique
    Grève du personnel du ministère du Travail le 20 juin ! ›››

    Face à un plan de restructuration masqué, les organisations syndicales du ministère du Travail appellent à la grève le 20 juin prochain.
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    GM&S : faute de proposition satisfaisante de l’État, la lutte continue ! ›››

    Suite à la réunion du lundi 12 juin avec la cellule de crise mise en place par l’Élysée, aucune solution satisfaisante de reprise n’a été proposée, et ce malgré les pistes de travail présentée à l’État lors de cette rencontre par les syndicats CGT et FO. Les salariés ont par conséquent voté la poursuite des action à 85,6 %. La lutte continue pour GM&S. Lors de la réunion du 12 juin dernier avec la cellule de crise mise en place par l’Élysée, un seul (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agroalimentaire
    La CGT d’Haribo c’est du costaud ›››

    Haribo France compte deux usines en France, une à Uzès et une à Marseille – le siège social. Haribo qui connaît une progression phénoménale : son chiffre d’affaires a plus que doublé sur les dix dernières années en passant de 120 à 255 millions d’euros, tout en baissant ses effectifs, passant de 850 en 2006 à 719 en 2017. En 2006, 96 % des ventes du marché français étaient fabriquées par les deux usines en France, en 2016 seulement 69 % des ventes du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Web
    Un nouveau site pour le syndicat CGT Orange ›››

    Le syndicat FAPT-Orange renouvelle ses moyens de communication ! Grâce à une enveloppe octroyée dans le cadre d’un accord sur les moyens accordés aux organisations syndicales datant de janvier dernier, le syndicat a pu lancer le chantier, il y a deux mois, de son nouveau site Internet, mis en ligne le 13 juin. « C’est une refonte totale, notre précédent site datait des années 2000 », explique Cédric Carvalho, DS de FAPT-Orange. « Nous cherchons à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Groupe Bolloré
    Faute d’une analyse de risques satisfaisante, plusieurs salariés intoxiqués au plomb ›››

    En charge des travaux de transformation des bacs de pétrole sur le site de l’ex-raffinerie Pétroplus à Petit-Couronne en Normandie, le groupe Bolloré n’a pas pris les mesures nécessaires pour diagnostiquer correctement les risques liés à la présence de plomb sur le site, causant l’intoxication – parfois grave – de plusieurs salariés du site. L’Union départementale CGT de la Seine-Maritime revient sur ce sujet dans un communiqué paru le 14 juin 2017. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Temps de travail
    Gains de productivité : les 32 heures sur la table chez Verescence ›››

    À Mers-les-Bains, depuis le jeudi 8 juin jusqu’à dimanche dernier, environ 200 salariés de chez Verescence ont effectué plusieurs débrayages. Ils protestaient contre une nouvelle organisation de travail que la direction veut mettre en place. L’entreprise, ex Saint-Gobain Desjonquères, leader mondial du flaconnage en verre pour les industries de la parfumerie et de la cosmétique, est détenue par des fonds d’investissement depuis dix ans et la course (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Liberté d’expression
    Le SNJ-CGT s’offusque de la plainte déposée par la ministre du Travail ›››

    Dans un communiqué de presse, le Syndicat national des journalistes (SNJ) CGT s’offusque de la plainte déposée par Muriel Pénicaud, ministre du Travail, après la publication d’informations concernant le contenu de la future réforme du Code du travail. « Il faut remonter très loin pour trouver une telle outrecuidance », s’écrie le SNJ-CGT, qui pense que la France est « en marche vers un régime autoritaire ». La ministre du Travail avait en effet annoncé (...)
    Voir tout le texte ›››

Face aux injonctions du Medef

La CGT en phase avec les salariés

lundi 7 juillet 2014 , par Frédéric Dayan
Interview de Thierry Lepaon le 7 juillet

La CGT a décidé de ne pas participer à la seconde journée de la Conférence sociale 2014. Thierry Lepaon, nous en explique les raisons après la rencontre avec le Chef de l’Etat. A cette occasion, Thierry Lepaon a réaffirmé, notamment, l’opposition de la CGT au Pacte de responsabilité "qui va avoir un effet récessif sur notre économie" et il a réclamé "un changement de cap en matière économique et sociale".
Il a aussi dénoncé les faux semblants du dialogue social et notamment le fait qu’avant même l’ouverture de la conférence sociale, le gouvernement répond à deux vieilles revendications patronales.
Dans ces conditions, explique Thierry Lepaon, "il n’est pas question pour la CGT de cantonner le syndicalisme tout entier dans un rôle de figuration, particulièrement méprisant pour l’exercice de la démocratie sociale et qui divise les organisations syndicales". Dès lors la CGT a décidé ce matin, qu’elle ne participerait pas aux séances de travail prévues pour la seconde journée.

- Télécharger la vidéo
- Visionner sur Youtube

Intervention de Thierry Lepaon devant le Président de la République

Monsieur le Président de la République,

Vous ouvrez cet après- midi la troisième conférence sociale de votre quinquennat. Après cinq années de mépris des organisations syndicales par le précédent gouvernement, vous avez souhaité donner une nouvelle dimension aux relations sociales dans notre pays en instituant, dès votre élection, le principe d’une conférence sociale annuelle.

Donner un sens politique à la construction sociale dont notre pays a besoin, sous la responsabilité du Président de la République qui est garant de la cohésion de la nation, est une ambition à laquelle la CGT est sensible.

Au bout de trois exercices, il est temps d’en faire le bilan. Un bilan économique et social d’abord.

La situation des salariés se dégrade de mois en mois : hausse des inégalités, augmentation de la pauvreté qui touche d’abord les chômeurs et les salariés, installation du chômage de masse, désillusion, démobilisation et usure des salariés au travail, déstructuration de la vie sociale.

L’industrie continue de perdre des emplois. Les mesures d’austérité prises par le gouvernement aggravent la situation.

Le pacte de responsabilité met en danger notre protection sociale. La transformation progressive de notre sécurité sociale vers une fiscalisation du financement et des prestations n’est pas de nature à répondre aux besoins d’aujourd’hui.

En l’absence d’engagements clairs du patronat sur la création d’emplois, le pacte de responsabilité va avoir un effet récessif sur notre économie.

Vous avez décidé d’engager une réforme territoriale en urgence, qui soulève une opposition majoritaire. Cette réforme intervient au moment même où vous mettez un terme à la remise à plat fiscale proposée par l’ancien Premier ministre, qui aurait pu ouvrir la voie à de nouveaux moyens pour l’action publique. La réforme territoriale n’est pas destinée à rapprocher le service public des citoyens. Au contraire il s’agit de chercher, à tout prix, les économies imposées par votre plan d’austérité à 50 milliards d’euros. Elle va se traduire par un vrai plan social dans la fonction publique. Nous y sommes clairement opposés.

La politique menée fait exploser les conflits sociaux parce que le gouvernement ne veut pas entendre les salariés, ni ouvrir une réflexion de fond sur les problèmes qu’ils rencontrent. C’est vrai à la SNCF, c’est vrai du conflit des intermittents. Nous avions averti que la remise en cause par le patronat des conditions d’indemnisation du chômage des salariés du spectacle et des intérimaires conduirait à l’affrontement. Nous y sommes.

Je vous ai alerté également vendredi dernier sur la situation de la SNCM. Il est inacceptable que l’Etat renie sa parole. C’est cela qui provoque l’exaspération de tous les acteurs concernés.

Nous attendons un changement de cap en matière économique et sociale.

C’est en respectant les salariés et en revalorisant le travail par une autre répartition des richesses créées par le travail qu’une issue à la crise sera possible.

Depuis deux ans, le gouvernement met en œuvre une politique sectorielle en superposant des dispositifs qui, en soi ne sont pas critiquables, mais qui ne peuvent pas servir de politique de l’emploi. On est arrivé au bout de cette logique. Un jour, on s’occupe des jeunes, un autre des seniors, en ignorant volontairement la responsabilité du patronat qui prend pour cible le travail des salariés au travers de ce qu’il appelle le « coût du travail ».

Nous sommes devant une absence de politique globale qui fragilise notre contrat social et conduit à l’échec en matière économique et sociale. C’est le cas en France et en Europe, les mêmes causes produisant les mêmes effets.

Les salariés ont besoin d’une rupture claire avec la situation existante. Il y a une urgence sociale et politique à prendre en compte la réalité de vie des millions de salariés, de retraités et de privés d’emploi.

Nous faisons aussi un bilan concernant la démocratie sociale.

L’attitude du premier Ministre à l’égard des partenaires sociaux n’est pas admissible. De façon unilatérale, il remet en cause des mesures qui ont fait l’objet d’une négociation, d’un accord, d’une loi.

Très concrètement, le gouvernement donne raison au patronat qui ne veut pas endosser sa responsabilité dans la reconnaissance de la pénibilité au travail et qui exclut du travail pour inaptitude 150 000 salariés par an.

Avant même l’ouverture de la conférence sociale, le gouvernement répond à deux vieilles revendications patronales.

Le relèvement des seuils sociaux, alors qu’on sait qu’ils n’ont pas d’incidence sur la création d’emplois, et la simplification du code du travail en vue de « rendre l’économie plus souple », selon les termes du ministre du Travail.

Pour la CGT, une économie plus souple impose au contraire de renforcer les garanties sociales des salariés par une sécurité sociale professionnelle inscrite dans la loi.

Il n’est pas question pour la CGT de cantonner le syndicalisme tout entier dans un rôle de figuration, particulière- ment méprisant pour l’exercice de la démocratie sociale et qui divise les organisations syndicales. Le gouvernement ne peut pas décider du calendrier, du contenu et des objectifs des thématiques à débattre entre partenaires sociaux et demander aux organisations syndicales d’assurer la mise en œuvre par une négociation sous contrainte du patronat.

La CGT s’opposera à toute mesure affaiblissant le droit d’intervention, de représentation et de négociation collective des salariés dans notre pays.

La possibilité d’un dialogue social, c’est aussi le respect des libertés syndicales à l’entreprise. Elles continuent à être malmenées, à l’image de ce qui se passe chez Toyota, mais aussi ailleurs. Mettre un terme aux discriminations syndicales suppose un engagement clair de l’État pour reconnaître le fait syndical et pour sanctionner ceux qui ne respectent pas la loi.

Concernant les huit thématiques abordées par la conférence sociale, la CGT formule 94 exigences qui donnent un sens, et des propositions très concrètes qui correspondent à des attentes fortes de la part des salariés. Nous les avons rendues publiques la semaine dernière. Notre contribution vise à obtenir une sortie progressiste de la crise. C’est là- dessus que nous attendons des résultats.

Parmi ces propositions, cinq priorités sont essentielles pour la CGT.Elles sont une première étape pour un change- ment de cap qui réponde aux aspirations du monde du travail et pour réorienter la politique économique. Je les rappelle :
1. revaloriser le Smic, l’indice des salaires de la fonction publique, les pensions et les minima sociaux ;

2. établir un calendrier strict et à court terme pour ouvrir des négociations dans les branches professionnelles sur les grilles de qualification avec pour objectif : plus aucune grille en dessous du Smic et une garantie de reconnaissance des qualifications sur une carrière complète ;

3. mettre en œuvre une véritable démocratie sociale : tous les salariés doivent pouvoir élire un représentant du personnel dans leur proximité, y compris ceux des TPE, ils doivent pouvoir bénéficier d’un droit d’expression direct et collectif sur leur travail, pris sur leur temps de travail, leurs représentants doivent pouvoir disposer de droits d’intervention dans la stratégie de l’entreprise avec un droit de veto sur les licenciements ;

4. relancer l’emploi par l’investissement industriel en engageant la France dans le plan d’investissement visant la création d’emplois de qualité, porté par la Confédération Européenne des Syndicats, en y consacrant 2 % du PIB ;

5. évaluer et contrôler les aides publiques accordées aux entreprises et les réorienter pour qu’elles servent à l’emploi et à l’investissement.

L’organisation de la conférence sociale a donné lieu à quatorze réunions préparatoires, qui ont beaucoup mobilisé nos équipes sur la mise en œuvre de mesures qui semblent déjà décidées et convenues avec le patronat. Ces rendez-vous n’ont pas montré une volonté du gouvernement d’ouvrir le débat sur des sujets de réflexion qui préoccupent la CGT et les salariés.

Les salariés, les retraités et les privés d’emploi attendent des réponses à leurs problèmes maintenant.

Par contre, tout le monde a relevé l’empressement avec lequel le premier Ministre a répondu par avance aux demandes du patronat contre l’intérêt des salariés.

Ce n’est pas d’une conférence sociale hors sol dont les salariés ont besoin.

Dans ces conditions nouvelles, le bureau confédéral de la CGT a décidé ce matin, que la CGT ne participerait pas aux séances de travail prévues demain. Je tiens donc à vous en informer dès à présent.

Le 7 juillet 2014