La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Solidarité syndicale internationale

La CGT, Avenir social et le NGWF signent une convention favorisant la syndicalisation des ouvrières du textile au Bangladesh

jeudi 5 juin 2014
PDF - 137.1 ko

En visite en France pour participer au 10e congrès de la Fédération CGT Textile-Habillement-Cuir (THC-CGT), qui s’est ouvert le 3 juin dernier à Bourgoin Jallieu (38), Amirul Haque, Président de la Fédération nationale de l’habillement du Bangladesh (NGWF), organisation leader pour les droits des salarié-e-s du Rana Plaza, a été reçu, ce jeudi 5 juin, à 14h30, à Montreuil, par Thierry Lepaon, Secrétaire général de la CGT.

A cette occasion, une convention pour la mise en œuvre d’un projet de coopération entre la CGT, la NGWF, et l’association Avenir social, a été signée qui favorise la syndicalisation des travailleuses du textile au Bangladesh.

Dans un pays où les femmes représentant 85% des 3,6 millions travailleurs du textile, le partenariat conclu ce jour a pour objectif de soutenir les efforts conduits par la NGWF pour permettre aux travailleuses du textile de mieux connaître leurs droits afin de mieux les défendre et en conquérir de nouveaux, en prenant des responsabilités dans les syndicats.

La convention de partenariat, signée ce jeudi 5 juin, au Siège de la CGT, à Montreuil, rappelle ainsi que, au Bangladesh comme ailleurs, « avoir des syndicats dans les usines avec des adhérent-e-s et dirigeant-e-s formé-e-s est la seule façon de s’assurer de la mise en œuvre des mesures de sécurité et de l’amélioration des conditions d’emploi et de travail. »

Ce projet se concrétisera, notamment, par la mise en œuvre de 10 ateliers de formation d’une durée d’une journée chacun, auxquels participeront, au total, 300 travailleuses bangladaises du textile.

En contribuant à cet effort de formation, la CGT souhaite apporter sa pierre à l’édifice qui permettra d’éviter que de nouvelles catastrophes comme celle de l’usine Rana Plaza, il y a tout juste un an, ne se reproduisent. L’effondrement du Rana Plaza, en 2013, avait entrainé la mort de près de 1 200 travailleuses et travailleurs, en blessant 2 500 dont certains si gravement qu’ils ne pourront plus vivre et faire vivre leurs familles grâce à la rémunération de leur travail.

Montreuil, le 5 juin 2014

Entretien avec Amirul Haque Amin, Président de NGWF du Bangladesh