La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le jeudi 6 septembre 2018
En direct de l’institutionnel

La Bretagne lance un deuxième appel à projets régional pour "mobiliser" les moyens sur les centres-villes et centres bourgs



Forte du succès de son premier appel à projets lancé en mars 2017 pour soutenir le développement des centres bourgs et centres-villes, la région Bretagne a annoncé fin juin 2018 le lancement d’une deuxième mouture en octobre prochain.

Ce dispositif, bâti au côté de l’État, de l’EPF breton et de la Caisse des dépôts, concerne toutes les communes "hors territoire métropolitain", et s’articule en cohérence avec le plan national Action cœur de ville, pour lequel 11 villes bretonnes ont été sélectionnées par le gouvernement, par exemple Lannion, Saint-Brieuc, Pontivy et Redon, lauréates du plan national et du premier appel à projets breton.
L’objectif de la région à travers ce dispositif : "Faciliter et rendre visible la réussite de projets d’ensemble sur des périmètres géographiques délimités, pour démontrer que de nouveaux modèles de développement, et notamment de nouveaux modèles économiques, peuvent prospérer dans les centres-villes et les bourgs ruraux de Bretagne." L’idée est née à l’issue d’un colloque en 2016 organisé sur ce thème à Saint-Brieuc, auquel plus de 700 élus avaient participé. Ces élus expliquaient alors manquer de visibilité financière pour concrétiser leurs projets, même lorsqu’ils étaient déjà soutenus au plan national, par exemple dans le cadre du dispositif "Centres-villes de demain" lancé en avril 2016 par la Caisse des dépôts et l’AMF.
La région a donc retenu 60 projets à l’issue de son premier appel (sur 208 candidatures), soutenus à raison d’"un million d’euros par projet maximum pour les bourgs et de deux millions d’euros pour les villes. Les aides accordées font l’objet d’un contrat d’un an pour les études et de quatre ans "minimum" pour la phase travaux, "35 projets sont en phase opérationnelle et 25 en phase études" à ce jour.
En termes de financement, 7 millions d’euros du conseil régional, 7 millions d’euros de l’État, dans le cadre du volet territorial du contrat de plan 2015-2020 pour chacun, 400 000 euros de la CDC et un accompagnement renforcé de l’EPF sont mobilisés sur chaque appel à candidatures en faveur du dynamisme des bourgs. 7 millions d’euros du conseil régional, des crédits dédiés de l’État, 300 000 € de la CDC et un accompagnement renforcé de l’EPF sont mobilisés sur les appels à candidatures en faveur du dynamisme des centres-villes.
L’afflux de candidatures observé l’an dernier témoigne pour la vice-présidente régionale d’une "réelle attente" de la part des communes bretonnes, quelles qu’elles soient. Le profil des lauréats est d’ailleurs très varié : de 415 habitants pour la plus petite (Mellionnec) à̀ 45 200 habitants pour la plus grande (Saint-Brieuc). Avec toujours pour point commun de "[travailler] de manière transversale sur leur centralité et ce, sur différents axes (l’habitat, le patrimoine, la culture, les aménagements doux, les espaces publics…) en impliquant plusieurs opérateurs (bailleurs privés, associations, communauté de communes, etc.)".
Avec la deuxième vague de candidatures qui s’annonce, la région entend construire un réseau qui fédérera lauréats et candidats non retenus, pour "partager leurs expériences et entraîner une mise en mouvement à l’échelle de la Bretagne".

(Source : AEF)