La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >>  Europe/Inter  >> Paix et sécurité
Publié le mardi 8 août 2006

L’urgence d’un cessez-le-feu au Liban et l’application de l’ensemble des résolutions de l’ONU, une nécessité absolue



Après plusieurs semaines de combats, la situation du peuple libanais devient chaque jour plus insoutenable. La destruction des infrastructures, ponts, moyens de communication, par l’armée israélienne rend l’aide humanitaire internationale difficile. Tout doit être tenté et mis en œuvre pour protéger les civils.

Les raids aériens sur des objectifs économiques, des sites industriels, mais aussi des écoles et hôpitaux, achèvent de désorganiser le pays, réduisant à néant les efforts de reconstruction des dernières années.
La CGT réaffirme sa solidarité envers les travailleurs et les organisations syndicales, envers la population du Liban.

Face à l’inaction de la communauté internationale et de l’Union européenne face à ce drame, la CGT réitère son exigence de :

  • L’arrêt des bombardements et des tirs ;
  • La pleine application des résolutions 242, 238 et 1559 du Conseil de Sécurité de l’ONU concernant le Liban d’une part, Israël et les territoires palestiniens d’autre part ;
  • Le retrait des troupes israéliennes des territoires occupés.

La CGT appelle ses organisations à exprimer leur solidarité envers les travailleurs et le peuple libanais :

  • En répondant généreusement à l’appel à la solidarité matérielle lancé par l’Avenir Social. Les sommes collectées seront utilisées en fonction des besoins recensés par les syndicalistes libanais avec lesquels la CGT est en contact ;
  • En participant aux manifestations organisées à Paris le mercredi soir à 18 heures 30 devant l’Opéra et aux rassemblements dans les villes de province.

La CGT appelle à réussir la manifestation du 12 août prochain à Paris, à 15 heures 30, Place du Châtelet qui s’inscrit dans le cadre de la Journée Mondiale pour la Paix.
Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à Londres, Bruxelles, Berlin, Madrid, Berne.
Surtout, à Tel Aviv le samedi 5 août, cinq mille manifestants israéliens se sont rassemblés et ont défilé en protestation contre la guerre, en exigeant « un cessez-le-feu immédiat, l’arrêt des massacres de civils, l’ouverture de négociations pour échanger les prisonniers, et des négociations de paix avec le Liban, l’autorité palestinienne et la Syrie ».

Au-delà du cessez-le-feu, il nous faut mobiliser et rassembler toutes les forces pour réunir les conditions d’une paix durable au Proche-Orient fondée sur le respect du droit de tous les peuples de la région à vivre dans un Etat souverain.