La cgt

NOUS SUIVRE
  
Publié le lundi 16 février 2015
Information orientation

L’entretien professionnel



Ce n’est pas un entretien d’évaluation, il ne peut pas servir à me juger.
Il doit être un moment d’échange avec ma hiérarchie, mon employeur :
- pour faire le point sur mon travail, son évolution ;
- réfléchir sur mon parcours professionnel, à partir de mes attentes et de mes besoins ;
- définir le cas échéant mon projet de formation et en assurer le suivi.

Il est organisé par l’employeur, obligatoirement tous les deux ans quelle que soit la taille de l’entreprise.
Il doit m’être proposé lorsque je reprends mon activité à l’issue :
- d’un congé de maternité, parental d’éducation, de soutien familial, d’adoption, sabbatique ;
- d’une période de mobilité volontaire sécurisée ;
- d’une période d’activité à temps partiel ;
- d’un arrêt longue-maladie ;
- d’un mandat syndical.

Il donne lieu à la rédaction d’un document dont une copie m’est remise.

Un bilan au bout de six ans
Tous les six ans de présence continue, un état des lieux doit être réalisé par l’employeur. Il doit permettre de vérifier que, en plus d’avoir bénéficié des entretiens professionnels prévus, j’ai au cours des six dernières années :
- suivi au moins une action de formation ;
- acquis des éléments de certification par la formation ou par une validation des acquis de mon expérience ;
- bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.

Un document retraçant l’état des lieux doit être établi et une copie m’être remise.

Dans les entreprises d’au moins cinquante salariés, si je n’ai pas bénéficié des entretiens prévus et d’au moins deux des trois mesures mentionnées ci-dessus, mon compte personnel de formation (CPF) doit être abondé de 100 heures supplémentaires (130 heures si je suis à temps partiel).

Ces heures de CPF me permettent de financer une formation pour laquelle je n’ai pas besoin de l’accord de mon employeur sur son contenu.