La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Fédération de la Chimie CGT et CGT-ExxonMobil

Grève à la plateforme de raffinage et de pétrochimie ExxonMobil de Gravenchon

vendredi 12 décembre 2014 , par Alessandro Vitagliano

La major pétrolière ExxonMobil, avec une augmentation de 3% de ses bénéfices au 3e trimestre, a largement dépassé les attentes. Ses activités de raffinage, de distribution et à ses produits chimiques lui ont permis de compenser le recul de la production sur fond de chute des prix du brut.
Cela n’a pas empêché la direction d’ExxonMobil de provoquer les syndicats.

Depuis le 11 décembre à 22 h, les unités de la plateforme de raffinage et de pétrochimie ExxonMobil de Notre Dame de Gravenchon sont à l’arrêt, suite à l’appel à la grève lancé par la CGT.

Les procédures d’arrêt des installations avaient débuté lundi 8 décembre au soir avec la salle de contrôle Pégase, qui pilote l’une des deux unités de distillation de pétrole du site.
Cet arrêt de travail est le recours logique des salariés face à l’obstination de la direction ExxonMobil à vouloir démanteler leurs statuts, conditions de travail et salaires.
- Après avoir imposé il y a 6 mois une augmentation du temps de travail au travers de la remise en cause des accords RTT,
- après avoir annoncé de nouvelles suppressions d’emplois sur la plateforme en septembre dernier,
- après avoir annoncé son intention de baisser drastiquement la réparation de la pénibilité des travailleurs postés 3x8 en s’attaquant à leur retraite anticipée.

La direction ExxonMobil a proposé lundi 8 décembre, lors de négociations salariale de groupe, des mesures d’austérité, sans précédent, pour la deuxième année consécutive, faisant suite à une année sans accord sur les salaires.

Dans le même temps, ExxonMobil, première compagnie pétrolière cotée au monde, a fait plus de 8 milliards de dollars de bénéfices nets pour le seul 3ème trimestre 2014, dans un contexte où la chute des prix du pétrole brut a fait exploser les marges de raffinage en France. ExxonMobil n’est donc pas une société frappée par la crise et devant faire face à des décisions difficiles, mais une multinationale richissime dont la seule politique est le dogme du dividende aux actionnaires, au détriment de l’emploi, de la santé et des salaires de ceux qui créent les richesses ; une société qui a largement les moyens de satis-faire les demandes raisonnables des salariés.

Les revendications de la CGT, soutenues par les salariés en lutte, consistent en la réouverture des négociations que la direction considère comme terminées.

La grève pourrait s’étendre dans les prochaines heures aux autres sites non encore touchés du groupe ExxonMobil, en particulier la raffinerie Esso de Fos-sur-Mer.