La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Culture

Faute de réponse de la ministre, la CGT quitte la réunion du CNPS

mardi 16 janvier 2018

Devant les réponses lacunaires de Françoise Nyssen au sujet du document CAP 2022 lors de la plénière du Conseil national des profession du spectacle (CNPS), la délégation CGT a décidé de quitter la réunion pour rejoindre le rassemblement auquel elle avait appelé.

Le 15 janvier 2018, pour la première fois depuis sa nomination, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a présidé une réunion plénière du Conseil national des professions du spectacle (CNPS).

Celle-ci intervenait dans un contexte très sensible, après la diffusion dans Le Monde d’un document de travail en lien avec le comité action publique (CAP) 2022 source d’inquiétudes quant au devenir de la culture française (suite à sa publication, la ministre avait d’ailleurs déposé une plainte portant gravement atteinte à la liberté de la presse).

Appuyée par FO, le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) et l’Union fédérale d’intervention des structures culturelles (Ufisc), la délégation CGT a soumis à la ministre ses interrogations légitimes quant aux projets du ministère : quelles conséquences des ordonnances sur leurs professions ? Quels risques pour l’Afdas (assurance formation des activités du spectacle) dans le contexte de la réforme de la formation professionnelle ? Quel devenir au processus de négociation spécifique obtenu en 2015pour les annexes des artistes techniciens intermittents du spectacle dans le contexte de la réforme de l’assurance chômage ? Et surtout, quid du document CAP 2022 ?

Face aux réponses lacunaires de la ministre — montrant qu’elle maîtrisait mal ses dossiers — et son refus de démentir le contenu du document — dont elle minimise la portée — la délégation CGT a symboliquement déchiré ce dernier avant de quitter la réunion pour rejoindre le rassemblement auquel elle avait appelé.

Dans un communiqué en date du 16 janvier, la CGT Spectacle invite les militants à poursuivre la lutte contre le détricotage inexorable de la culture orchestré par le gouvernement, en indiquant que « les actions du 15 janvier ne sont qu’un début ».