La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Audiovisuel

Derrière l’« affaire Bouygues », les vrais maux de l’AFP

mardi 10 mars 2015 , par Philippe Gelinaud

L’annonce erronée du décès de Martin Bouygues, le 28 février dernier, pourrait n’être que le symptôme de profonds problèmes de fonctionnement auxquels l’AFP doit faire face suite aux politiques menées par la direction ces dernières années.

Le syndicat national des journalistes (SNJ) CGT de l’agence France-Presse (AFP) voit dans cet incident une catastrophe « annoncée, depuis la partition de la rédaction parisienne, les consignes rédactionnelles souvent en dehors des règles de base et de vérification, la multiplication des alertes sur tout et rien, les absurdes “ exclusifs AFP ”, le suivisme et la course derrière les chaînes d’info en continu, la pression mise sur les équipes de terrain ».

Dès 2010, un communiqué du SNJ-CGT reprochait à la direction, à propos du déménagement d’une partie de la rédaction, « d’éclater la rédaction sans projet rédactionnel clair ». Les militants dénonçaient les dangers que cela faisait porter sur « le savoir-faire et la richesse de l’Agence : sa fiabilité et sa crédibilité » et mettaient en garde contre des projets « de faire de l’AFP une entreprise d’agrégation de contenus où les journalistes deviendraient des opérateurs du multimédia privilégiant les tâches techniques sur les couvertures de terrain, l’enquête ».

Derrière la posture de « dramatisation outrancière et culpabilisation du personnel » adoptée par la direction de l’AFP ces derniers jours, le syndicat voit ainsi d’éventuels calculs carriéristes du P.-D. G. et, surtout, un écran de fumée destiné à cacher la dégradation des conditions de travail des journalistes.

La démission du directeur France et du rédacteur en chef France, ainsi que les menaces de sanctions sur les journalistes, ne solutionnent donc rien. Sur ce second point, le syndicat prévient que « nous n’accepterons aucune sanction ».


PDF - 71 ko
Cliquer l’image ci-dessus pour voir le communiqué du SNJ-CGT de l’AFP sur l’« affaire Bouygues ».