La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 21 novembre 2017
En direct de la CGT en territoires

Déclaration commune CGT dans les 3 CESER Hauts de France, Ile de France, Normandie sur l’Axe Seine / Canal Seine - Nord Europe



Déclaration travaillée collectivement par les comités régionaux Normandie, Nord Pas de Calais, Picardie, l’union régionale Ile de France, les fédérations Ports et Docks, l’Union interprofessionnelle des transports.

Le projet de Canal Seine Nord Europe est porteur d’enjeux essentiels, aussi bien en termes d’emplois dans les différentes régions et professions concernées, qu’en termes de réindustrialisation et de report modal notamment par la voie fluviale, tel que la CGT le revendique.

Le projet doit être une véritable réussite pour tous les secteurs économiques concernés, pour que soient prises réellement en compte les dimensions sociétales, territoriales et environnementales.

La CGT considère que la concertation doit se poursuivre pour approfondir plusieurs éléments de ce projet qui nécessite des garanties.

Enjeu national, maîtrise publique à tous les niveaux : Socialement, Financièrement, Économiquement.

La CGT réaffirme que le projet doit s’inscrire dans une cohésion nationale afin de prendre en compte la complémentarité des modes de transports.

Une régionalisation, voire métropolisation, du projet irait à l’encontre de la nécessité de planifier, penser nationalement l’articulation entre les différents modes de transports du fluvial au portuaire et du fret ferroviaire.

Pour une réussite du projet du Canal Seine Nord Europe, l’État et les collectivités territoriales doivent d’abord moderniser et développer les infrastructures existantes afin de permettre une cohésion et connexion entre les différents modes de transports.

Des investissements publics sont donc nécessaires et urgents pour créer et moderniser nos dessertes terrestres, qu’elles soient aéroportuaires, ferroviaires ou portuaires : la problématique de désenclavement doit être une priorité.

En cas contraire, le projet le Canal Seine Nord Europe sera un outil au service du développement de l’économie des pays du Range Nord.

Un financement régional voire métropolitain ne permettra pas la cohésion nationale nécessaire, accentuant des risques de dérives financières importantes.

Les régions, étant garantes des investissements, alors que leurs budgets sont de plus en plus contraints, auront à faire face à des taux d’endettements de plus en plus forts qui risquent de les conduire à diminuer leurs interventions dans des domaines primordiaux pour la vie des citoyens.
Nous alertons sur le risque que le projet Canal Seine Nord Europe s’accapare la quasi-totalité des capacités de financement de l’État et des collectivités territoriales ainsi que les subventions européennes au détriment de certains dossiers primordiaux pour l’acheminement de nos marchandises et le transport de passagers.

Enfin, la dimension sociale et le risque de dumping social ne sont que partiellement abordés et n’apportent aucune garantie pour les travailleurs. A ce titre, aucune étude n’a été réalisée pour mesurer le rapport entre création d’emplois et le niveau de financement du projet.

A contrario, si l’ensemble des éléments de cette déclaration n’était pas pris en compte, la CGT alerte sur la destruction de milliers d’emplois du fait d’une concurrence déloyale.

En conclusion, la CGT considère que l’ensemble des garanties permettant la réussite du projet Canal Seine Nord Europe dans l’intérêt des territoires, des professions, des travailleurs que nous représentons n’étant pas formulé, votera contre cet avis.

La CGT appelle de ses vœux la poursuite et l’approfondissement par les 3 CESER du travail commencé avec comme fil conducteur un véritable aménagement du territoire qui réponde aux besoins des populations dans le cadre d’un projet d’État qui garantisse le tissu industriel et les droits de travailleurs, tout en étant soucieux des enjeux environnementaux.