La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Médias

Dans le métro parisien, agression contre un journaliste

mercredi 22 novembre 2017

Un journaliste a été agressé le 17 novembre dernier par des agents de la RATP, alors qu’il filmait un contrôle des titres de transport. Le SNJ-CGT s’est fendu d’un communiqué pour dénoncer cette atteinte à la liberté de la presse.

Vendredi 17 novembre, Raphaël Godechot, journaliste qui collabore à plusieurs titres de presse, a été violemment agressé par des contrôleurs de la RATP. Alors qu’il se trouvait à la station Denfert-Rochereau, notre confrère est témoin d’un contrôle des titres de transport.
M. Godechot raconte la scène sur le site d’information StreetPress. Alors que des agents de la RATP encerclent un homme sans titre de transport, ni papier d’identité, il décide de filmer pensant que la situation peut dégénérer. La réaction est immédiate : « Une agent en civil — elle n’a même pas de brassard sécurité — s’est approchée de moi, m’a poussé, pincé et tapé dans le bas-ventre pour me faire reculer afin de m’éloigner de la scène ».
Loin de se calmer, les agents de la RATP vont déclarer « qu’il n’y a pas de liberté de presse » et tout faire pour empêcher notre confrère d’exercer son métier. Menaces, étranglement, mise au sol, tentative d’effacer la vidéo sur le téléphone, tout y passe. Jusqu’à la sentence finale : « T’es journaliste ? Tu sais quoi, on s’en fout, t’es pas connu. Tu ne vas rien pouvoir faire » et la remise d’une contravention de 110 euros pour « trouble de la tranquillité ».
Le SNJ-CGT condamne vigoureusement cette agression par des agents de la RATP et apporte toute sa solidarité à Raphaël Godechot dont les blessures lui ont occasionné trois jours d’incapacité totale de travail. Le SNJ-CGT se portera à ses côtés en justice.
Le SNJ-CGT s’inquiète d’un climat nauséabond en France pour les journalistes dont l’exercice du métier est de plus en plus difficile, comme de nombreux évènements l’ont démontré encore récemment : par exemple à Briançon pour notre consœur du Temps ou à Roubaix pour notre confrère de C à Vous.
Le SNJ-CGT appelle la ministre de la Culture à défendre la liberté de l’information et le travail des journalistes plutôt que de menacer la protection de leurs sources en portant plainte contre X, suite aux révélations du Monde sur les pistes de réformes de l’audiovisuel public.