La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le vendredi 31 mars 2006

Courriers de protestation adressés à Villepin et Chirac de l’Union Network International



Monsieur le Premier Ministre,

Au nom de 15 millions de travailleurs du monde entier, UNI Syndicat mondial exhorte le
gouvernement français à retirer son très contesté Contrat de première embauche (CPE) et à
entrer immédiatement en négociation avec les syndicats français.

Le 28 mars, trois millions de citoyens français ont clairement exprimé qu’ils rejetaient
l’initiative du gouvernement visant à créer une nouvelle catégorie d’emploi précaire et qu’ils
condamnaient cette profonde rupture avec la tradition française de négociation préalable (et
exhaustive).

Le gouvernement français – à l’instar de syndicats mondiaux tel UNI – a été en première ligne
dans l’opposition à la walmartisation du monde, à la course à la sous-enchère dictée par les
multinationales avec l’approbation de trop nombreux gouvernements. Pourtant le CPE est un
nouveau pas sur la voie de l’insécurité pour les travailleurs.

UNI vous prie instamment d’analyser l’impact pour le peuple français de cette loi contestée et
les implications plus vastes, si la France adopte l’obsession anglo-saxonne de « flexibilité du
travail », qui en d’autres termes signifie emploi précaire et pouvoir immodéré pour
l’employeur.

S’atteler à l’emploi des jeunes est une tâche très importante, mais qui serait mieux accomplie
avec la pleine participation des syndicats français et dans un pays uni.
Union Network International est le syndicat mondial des compétences et des services. Nous
comptons plus de 900 syndicats affiliés à travers le monde – dont 28 en France. Nous avons
au total un effectif affilié de 15 millions de travailleurs du monde entier.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Philip Jennings
Secrétaire général
UNI Syndicat mondial